..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 27 mars 2021

Les végétarismes

 

Cette affiche, aperçue  il y a quelques années sur les routes du Lot-et-Garonne
m'a bien fait rire mais je vous déconseille de mettre ce conseil en pratique

Dans la série les NHC (Nouveaux Humains de Compagnie), nous allons aujourd’hui traiter des différents types de végétarisme et des avantages et inconvénients que chacun présente afin que vous puissiez choisir celui de votre compagnon à deux pattes en toute connaissance de cause.

Le végétarisme est très tendance, surtout auprès de ceux qui veulent à tout prix sauver une planète supposée en danger de disparition. L’idée est généreuse, surtout si on réalise qu’en cas de disparition pure et simple de la Terre, cela aurait de très fâcheuses conséquences pour la Lune qui n’aurait plus rien autour de quoi se satelliser.

Comme dit souvent ma coiffeuse, « On gagne toujours à fréquenter des âmes généreuses ». Plus qu’à son pourboire, je pense que, ce disant, elle pensait à l’élévation spirituelle que les côtoyer apporte aux êtres en quête d’absolu. Fréquenter des adeptes du végétarisme ne peut donc que vous apporter un bénéfice moral.

Nous examinerons donc les dix tendances recensées du végétarisme en allant de la plus stricte à la moins sévère.

Les végans en constituent la branche la plus extrême. Non seulement ils se refusent à tout aliment d’origine animale mais répugnent à se vêtir ou se servir de tissus ou d’objets de la même provenance. Je suppose que, logiquement, ils refusent tout produit issu de la pétrochimie vu que le pétrole résulte généralement de la décomposition de planctons. De même, ils doivent s’interdire de demeurer ou de pénétrer dans tout bâtiment en calcaire, roche dont l’origine largement animale est connue de tous. Cela crée bien des contraintes mais dans la vie il faut savoir ce que l’on veut. Le bon côté des végans les plus enragés c’est qu’ils sont distrayants. Écouter discourir M. Aymeric Caron est pour moi une source inépuisable d’hilarité. Avec certains éléments radicaux, on peut s’adonner à des activités originales comme les attaques de boucheries ou la réalisation clandestine de films dans les abattoirs.

Un cran en dessous on trouve les végétaliens qui ne mangent que des légumes, des fruits, des céréales, des noix, des légumes et des graines mais à qui leur laxisme permet de porter des vêtements et chaussures de cuir et des foulards ou cravates de soie.

L’ovo-végétarisme permet, comme son nom l’indique, en plus de végétaux, de consommer des œufs. Si votre spécialité culinaire est l’omelette aux cèpes, vous pouvez la partager avec eux.

S’il bannit les œufs, le lacto-végétarisme, autorise les produits laitiers. On peut donc avec ses adeptes deviser gaîment entre la poire et le fromage.

L’ovo-lacto-végétalisme permet de se repaître en plus de végétaux d’œufs et de produits laitiers.

Plus laxiste encore, le pesco-végétarisme autorise en plus des œufs et des produits laitiers la consommation des poissons, des crustacés et des fruits de mer. Outre le fait que ce régime réduit le risque de carences alimentaires, il vous permet de partager leur repas avec ses adeptes sans trop vous emmerder.

Le pollo-végétarisme se rapproche du précédent mais remplace le poisson par la volaille comme il arrive à certains commentateurs des recettes du site Marmiton de le suggérer.

Le crudivorisme consiste à ne manger que des aliments crus. Il peut constituer une variante anti-cuisson du végétalisme mais certains crudivores ne répugnent pas à se goinfrer de viandes, poissons, fruits de mer, produits laitiers et œufs. On peut donc partager en leur compagnie un steak tartare ou divers carpaccios accompagnés d’une petite salade verte. C’est déjà ça…

Le semi-végétarisme, lui, me paraît une curieuse école. Vu qu’il permet de manger viandes, poissons, produits lactés et œufs. On ne saisit donc pas bien la différence entre ses pratiquants et les omnivores. Peut-être qu’ils reprennent systématiquement une deuxième portion de légumes ?

Pour finir parlons du flexitarisme. Le flexitarien sans aller jusqu’au végétarisme s’efforce de réduire, autant que lui permet son côté velléitaire, sa consommation d’aliments carnés. Est-ce que celui qui ne craignait pas d’ingurgiter une côte de bœuf à lui seul devient flexitarien quand il se contente d’une entrecôte de 300 g ?

Voilà, vous savez tout. Faites votre choix ! N’importe comment, vous n’avez rien à craindre car le végétarisme n’est pas contagieux : j’en suis la preuve vivante ayant partagé 3 ans durant la vie d’une végétalienne, cela n’a rien changé à mes habitudes alimentaires ni réfréné mon goût prononcé pour la barbaque.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.