..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 30 juin 2022

Du droit à la tête de veau sauce gribiche

 


Il y déjà quelque temps, certains ont été saisis d’effroi à l’annonce des honteuses attaques de la Cour Suprême des US of A contre la tête de veau sauce gribiche (ou TDVSG). Depuis des décennies déjà, suite à une jurisprudence, nos amis d’Outre-Atlantique avaient autorisé la consommation de ce mets succulent dans l’ensemble des États. Mais c’était compter sans les odieuse manigances de l’infâme Trump. Profitant de son pouvoir de nommer les juges de ladite cour, ce monstre y avait fait entrer des réactionnaires résolument anti-tête de veau qui après mure réflexion avaient décidé que désormais il incomberait à chacun des États de décider de l’autorisation ou de l’interdiction de ce plat. La nouvelle, comme on pouvait s’y attendre, provoqua une levée de bouclier non seulement dans le pays tout entier mais aussi dans notre belle république.

Il faut dire que la France s’intéresse beaucoup à ce qui se passe dans bien des pays dont la population se soucie comme d’une guigne de ce qui agite ses débats. La remise en cause du droit fondamental à la tête de veau par cette grande nation provoqua la juste inquiétude des plus belles consciences républicaines que compte l’hexagone. Car, vue la propension qu’ont les pratiques étasuniennes à s’imposer - avec quelque retard – dans notre cher pays, ne risquait-on pas de voir certains esprits malades réclamer qu’une telle mesure y fût prise avec les conséquences désastreuses que l’on peut deviner ? Il fallait réagir avant qu’il ne fût t trop tard ! Des voix s’élevèrent pour réclamer que le droit imprescriptible à la consommation de la TDVSG fût inscrit dans la Constitution.

Mesure salutaire s’il en est ! Gravé dans le marbre constitutionnel, ce droit serait à l’abri des menées sournoises de ses opposants. Sauf que…

Le leader du parti qui réclamait avec la plus extrême véhémence ladite inscription se trouve être partisan de l’abrogation de la constitution et son remplacement par une nouvelle qui instaurerait une sixième république. Cinq républiques se sont succédé avec des constitutions différentes. Si on y ajoute les senatus-consulte del’an X et de l’an XII, les chartes de 1814 et de 1830, la constitution de 1852 instaurant le Second Empire, et la Loi Constitutionnelle du 10 juillet 1940, on s’aperçoit qu’en 230 ans, notre pays a changé onze fois sa loi fondamentale. Moins de 21 ans en moyenne ! C’est dire le peu d’intangibilité d’une telle inscription.


Plutôt que de protéger la TDVSG par une inscription dans la constitution, ne serait-il pas plus sage de faire confiance au bon sens des Français ? D’autant plus qu’à ma connaissance aucun parti ne cherche à l’interdire.

15 commentaires:

  1. Bel esprit de dérision, vous nous revenez en pleine forme JE !

    RépondreSupprimer
  2. Votre lectorat attends que vous parliez du mix energétique de votre trou paumé : éolien et photovoltaique, au lieu de foutaises et de métaphores grotesques et indigentes.
    Hector Poivrot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attendez-vous à la possibilité que son lectorat vous trouve à ce point grotesque qu'il ait la furieuse envie de vous dire : merde !

      Supprimer
    2. Au soi-disant Poivrot : "Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse" écrivit le bon Vigny. Vous illustrez avec constance sa maxime. Je ne saurais trop vous inviter à tenter la grandeur et à nous dispenser de vos faiblesses.

      @ Mildred : Que voulez vous, certains malades sont incurables.

      Supprimer
  3. Quant à moi, je suis obligée de vous avouer, Oncle Jacques, que je suis considérée comme génocidaire, par certaine jeune personne qui - bien que prête à battre le pavé pour que 200 000 enfants à naître puissent continuer à être être jetés à la poubelle chaque année - ne supporte pas que je jette les oeufs qu'une certaine dame pigeon a décidé de pondre dans le pot de camélia de mon balcon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne vous rendez pas compte de la gravité de vos actes, chère Mildred ! Quand on a un coeur digne de ce nom, on respecte la vie de TOUTES les espèces. La seule qui puisse faire exception à cette règle étant la sienne.

      Désolé d'avoir supprimé votre réponse au malade mais on ne pouvait supprimer ses âneries sans qu'elle disparaisse. J'en profite pour dire à l'anonyme (qui n'en est pas un) et à ses avatars que désormais je supprimerai tout commentaire suspect, fût-il prétendument écrit par Alfred de Vigny ou par un quelconque Poivrot.

      Supprimer
  4. Don't worry : I just wanted you to know how we appreciate your incredible sense of humour, and how deeply we miss it during your days of spleen !

    RépondreSupprimer
  5. Tonton Jacques Etienne est revenu
    Des posts et des billets, il en a l'cul cousu
    La famille hypocrite crie "vive le barbu"
    Tonton Jacques Etienne est revenu

    À nous ses petits neveux on nous disait "il s'est fait coincé"
    Au rayon plomberie dans un bricomarché
    Mes enfants que la Vierge nous patafiole
    Plutôt que de revoir un jour sa fiole
    À Buenos Aires il faisait la traite d'on ne sait quel produit
    Il est revenu fortune faite plein de cadeaux jolis
    Une poupée qui fait pipi, qui s'mouche
    Et qui a des seins qui s'gonflent avec la bouche

    Tonton Jacques Etienne est revenu
    Des posts et des billets, il en a l'cul cousu
    La famille hypocrite crie "vive le barbu"
    Tonton Jacques Etienne est revenu

    Depuis qu'tonton est là, on lit des post baba
    On fout des coups d'pétard partout, nos parents mouftent pas
    Le matin après l'chocolat on chique
    Et on crache à six pas comme au Mexique
    Il était chef guérillero et dur comme un silex
    Il a battu Hector Poivrot au poignard en solex
    Estafilé de l'oreille à la bouche
    L'autre avait un bel abreuvoir à mouches

    Tonton Jacques Etienne est revenu
    Des posts et des billets, il en a l'cul cousu
    La famille hypocrite crie "vive le barbu"
    Tonton Jacques Etienne est revenu

    La Dive et Pierre Perret aussi



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vois que mon retour vous rend tout guilleret et enrichit la poésie lyrique d'un nouveau chef-d'oeuvre !

      Supprimer
    2. Et avantage non négligeable, surtout pour une chanteuse de rue, on peut le chanter !

      Supprimer
  6. Dans le monde d’après le Déluge, il y a peu de places, et aucune pour les auteurs de metaphores indigentes.
    Shiva

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.