..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 8 juillet 2017

Mars


Ce matin, intrigué par un de ces tests qui rendent Facebook fascinant, je cliquai sur « Ce que les journaux disent de toi » et à mon grand dam voici ce que je découvris :


Moi qui voulais que ce ou plutôt ces voyages demeurassent secrets ! En effet, à la différence de M. Thomas Pesquet qui nous bassina récemment avec son excursion à 450 km de la terre, je suis un véritable mais modeste explorateur interplanétaire. Ce guignol qui nous a fait une pendule à treize coups sous prétexte qu'il avait passé quelques semaines dans l' « espace » me hérisse. En fait-on tout un plat quand un Parisien se rend à Brest ou à Strasbourg ? Pourtant il est plus éloigné de son point de départ que Môssieu ne l'a jamais été de la terre ! Mais passons.

Le manque de régularité des parutions d'articles sur ce blog s'explique, je peux bien l'avouer maintenant qu'un importun a vendu la mèche, par les quelques séjours que j'ai effectués sur la Planète Rouge. Un jour que je ne savais trop quoi faire, j'entrepris d'adapter mon break Focus aux voyage interplanétaire. Les quelques modifications nécessaires comprenaient, évidemment, l'installation d'un Inter-rossiteur capable d'assurer la transpérambulation de l'anti-matière pseudo-cosmique (Merci, Robert Rankin !). Je n'en dirai pas plus. Après une matinée de travail, ce fut chose faite. Je pris un repas léger et ensuite la direction de Mars vers treize heures. Le voyage devant, selon mes calculs, durer environ six heures, cela me permettait d'y arriver pour l'heure de l'apéro.

Je parvins à destination à l'heure prévue. Ma première impression fut assez défavorable, car, si le whisky était acceptable, on l'y sert sans glaçons. En effet les Martiens ont une technologie plutôt rudimentaire et sont incapables de faire geler l'eau, ce qui n'a rien d'étonnant de la part de gens qui se déplacent en soucoupes. En revanche, la cuisine et les vins y sont tout à fait remarquables et les portions généreuses. Une des choses qui me surprit le plus fut que, contrairement aux observations des ufologues, Mars n'est pas seulement peuplée de petits hommes verts. En fait, seuls les jeunes sont de cette couleur. Mûr, le Martien tourne à l'orangé puis au rouge, comme le font les tomates. Les voyages formant, comme on sait, la jeunesse, ce sont les gamins qu'on envoie faire un tour sur terre. Ce qui explique la bévue de nos scientifiques quant à la couleur et à la stature de nos voisins lesquels sont, comme vous et moi, de taille parfaitement normale. C'est pourquoi, grâce à ma couperose, j'ai pu passer sans problème pour un gars du coin. Les femmes, bien que très portée sur la bagatelle, y ont, tout comme les hommes, une haleine de chacal, ce qui me découragea d'entamer tout badinage.

Je dois dire qu'en dehors des plaisirs de la table, un séjour sur Mars présente peu d'intérêt. Les paysages sont d'une monotonie atterrante : pas plus de relief que la Beauce. Les champs de betteraves rouge, de tomates, de poivrons, de cerises, de groseilles ainsi que la prédilection du Martien pour les animaux à poil roux expliquent le surnom de la planète. L'architecture rappelle celle de Bezons. Quant à la télé, c'est la cata : les chaînes y passent pratiquement en boucle les équivalents locaux de La vache et le prisonnier, Où est passée la 7e compagnie, La Grande vadrouille ou des chefs-d’œuvre de Bergman. Pour ce qui est des infos, RAS vu qu'il ne se passe jamais rien de bien nouveau. L'ennui s'installe d'autant plus vite que le martien est totalement dépourvu d'humour et sa conversation soporifique. Comme on pouvait s'y attendre, les Martiens parlent un Français assez pur mais avec un fort accent béarnais qui rend parfois sa compréhension difficile. Ce qui n'est pas grave vu le manque d'intérêt des paroles prononcées. C'est pourquoi, j'ai décidé, après mon troisième voyage de ne plus y mettre les pieds.

Je ne saurais donc trop déconseiller une escapade vers cette planète surtout aux bricoleurs maladroits qui, ayant mal réglé leur inter-rossiteur, risquent de se retrouver sur Vénus ou Saturne où on s'emmerde encore plus. En dehors de la gastronomie, le seul véritable intérêt de ce séjour est qu'on n'y parle pas de M. Macron dont on ignore jusqu'à l'existence. Mais, bon, vu qu'avec des boules Quies on peut échapper aux discours du Président Jupitérien, est-ce que ça vaut le voyage ?

16 commentaires:

  1. Je suis ravi que votre escapade martienne ait été éventée, puisque cela nous vous un compte-rendu de cette qualité ! Vos descriptions de pays lointains étaient déjà délicieuses, cher Jacques, et maintenant que vous visitez les planètes, c'est une nouvelle veine de passionnants billets qui s'offre à vous. Je serais d'ailleurs curieux de savoir ce que l'on pense, sur la planète Jupiter, de notre président jupitérien (ou jovial) dont la renommée, cela va sans dire, doit s'étendre jusqu'aux sphères les plus lointaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, justement non ! M'étant rendu sur Jupiter (toujours au volant de mon break Ford Focus), j'ai pu constater qu'auprès des Jupitériens (ou Joviaux), M. Macron était un total inconnu. Ce qui m'a amené à penser que notre président est un escroc.

      Supprimer
  2. Si j'avais su que vous étiez parti en week-end sur Mars je vous aurais bien demandé de me rapporter un petit bocal de lôq#@62f. J'ai une fuite d'huile sur mon transpérambulateur et je ne peux m'y rendre en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, cher Alain, il me semble que votre requête soit vaine : car d'après les autorités scientifiques "Transpérambulateur fuitu, transpérambulateur foutu". Changez-en !

      Supprimer
  3. Bonjour Monsieur des Collines

    N'est ce pas plutôt vers ce Mars-là que vous allâtes ?(Mars plein de calories ce qui pourrait expliquer votre léger embonpoint -fort seyant d'ailleurs-) :)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mars_(chocolat)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé de vous contredire, chère Ana Maria, mais mon peu de goût pour les sucreries me fait exclure ce Mars de mes envies.

      Supprimer
  4. Je vous soupçonne de chercher fébrilement mais l'air de rien, une planète où vous réfugier avec votre fille au cas où son mariage tournerait mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non ! Français et fier de l'être (même si depuis les dernières élections j'ai du mal à voir pourquoi), je ne saurais m'installer, quels que soient mes chagrins, ailleurs que dans l'Hexagone.

      Supprimer
  5. Vous devez vous y sentir à l'aise, car ne dit-on pas que les hommes viennent de Mars ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me contente d'en revenir avec
      l'espoir de ne plus y retourner.

      Supprimer
  6. S'il vous plaît, rapportez de la biėre de Mars pour Jégoun...

    RépondreSupprimer
  7. S'il vous plaît, rapportez de la biėre de Mars pour Jégoun...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi uniquement pour Nicolas Jégoun ?
      Nous aussi, Citoyen, nous avons chaud et soif !!!

      Signé : le Comité de Salut public réac. :)

      Supprimer
  8. Un Mars et ça repart

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.