..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 4 janvier 2015

Il va causer, et puis après ?



M. Hollande, devra se lever tôt demain. Dès 7 heures du matin, sur France Inter et cela deux heures durant, il s’adressera aux Français. Enfin, aux Français, n’exagérons rien. Aux auditeurs de cette radio qui ne sont pas vraiment représentatifs. Car cette radio de « service public » est, et depuis des décennies, totalement inféodée à la gauche. J’ai déjà suffisamment fustigé le scandale que constitue, alors qu’elle est financée par l’ensemble des contribuables,  la confiscation de cette station par les diverses factions de la gauche (de la molle à l’extrême) pour ne pas revenir sur la question. La moindre des honnêtetés voudrait qu’elle se nommât Radio-Gaucho (ou –Bolcho) et qu’elle cessât de revendiquer implicitement je-ne-sais-quelle ambition de parler au nom d’une France à laquelle ses animateurs, chroniqueurs, « amuseurs » portent une affection pour le moins mesurée.

Or donc, Sa Majesté François II de Socialie va s’adresser à son bon peuple, celui de gauche, le seul qui compte à ses yeux. Comment expliquer ce nouveau type d’adresse ? Car il n’est pas courant qu’un président en exercice monopolise si longtemps l’antenne d’une radio, fût-elle d’état. Je ne me souviens d’aucun exemple passé. Aurait-il cédé au harcèlement de M. Patrick Cohen qui, à force d’assiéger son service de communication, aurait fini par obtenir l’extraordinaire privilège d'être à même de lui servir la soupe moins indirectement ? Ou bien, lassé de la piètre audience que recueillent ses interventions télévisées, aurait-il lui-même sollicité cette faveur ? Je n’ose l’imaginer : les journalistes du « service public » se déclarant indépendants du pouvoir politique, on ne voit pas comment ils auraient pu céder à une pareille invite  qui les ramènerait au statut d'esclaves qu’avaient leurs malheureux prédécesseurs aux heures les plus noires de l’ORTF.

Quoi qu’il en soit, il va causer. L’équipe de la rédaction lui posera des questions propres à le mettre dans l’embarras. Enfin pas trop. Les auditeurs en feront de même (après que l’on aura comme chaque jour sélectionné les questions les plus pertinentes au sens que les zélateurs du « service public » donnent à ce terme). Ceux qui imagineraient que les dés pourraient être pipés sont de mauvais esprits. Car on peut parier que la parole sera largement accordée aux gens de la vraie gauches, à ceux qui, déçus de sa « dérive droitière » ont, non comme des rats mais comme de fiers mutins (de Panurge) quitté son rafiot. C’est à eux que le président va principalement s’adresser, dans une tentative probablement pathétique de les ramener au bercail.

Il va, comme le triste manœuvrier qu’il fut à la tête du PS, essayer de les convaincre que faute d’incarner l’idéal, il constitue un moindre mal. Que nul autre que lui ne saurait empêcher le retour d’une droite avec laquelle les homosexuels seraient encore condamnés au PACS, les criminels multirécidivistes à la prison, les écoliers aux stéréotypes du genre et les immigrés, à qui nous devons tout, à l’assimilation. Combien, devant ce tableau apocalyptique réaliseront à quel point ils ont erré ? Combien repentants se rallieront à son panache rose ?

Aux moins rabiques il promettra un frémissement de la croissance (qui ne lui devra rien s’il se produit), moins de pertes d’emplois, plus de réformes sociétales. A tous il tentera d’apparaître comme LE rempart contre la menace fasciste. Ne nous y trompons pas : M. Hollande est entré en campagne.

Tout ça est sans intérêt. Aussi, vu que le soleil se lève bien tard, risquerai-je de ne pas être réveillé pour entendre sa voix hésitante débiter pour la Nième fois les mêmes vieilles balançoires et vérifier si mes prédictions s’avèreront.

23 commentaires:

  1. Et le réchauffement climatique,y sent sous les bras le réchauffement climatique?
    Hé ho grande cause nationale qd même

    RépondreSupprimer
  2. Au moins peut-on espérer qu'il ne fera pas de sonnerie lorsqu'il ânonnera ses lieux communs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça permettrait peut-être de rendre l'émission intéressante...

      Supprimer
  3. Causer deux heures, pétaing, deux heures ? ... si Patrick Cohen, la tête à gifles du PAF, lui en laisse placer une. Sur mon mini-transistor j'ignore où se trouve cette radio d'Etat, et je ne vais pas chercher.
    Je n'écoute que RFI et France Culture parmi les émetteurs du service public.
    Il a rien à f... François Normal ! Normal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que France Culture est largement aussi objective que sa grande sœur.

      Supprimer
  4. Ma foi, merci pour l'information, car ça au moins c'en est une!
    En conséquence j'éviterai encore plus que d'habitude de me connecter à cette station pourrie.
    Même si chez moi le soleil se lève bien plus tôt que dans vos contrées, la perspective d'entendre
    le type en question à une heure aussi matinale me gâcherait déjà le petit déjeuner.
    S'il le fallait, je préférerais encore me farcir Bourdin! Bon, je vous rassure, je ne mettrai même pas
    mon transistor en marche.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. Quand on voit le dernier flop du refus de la LH de Piketty, on ne peut qu'imaginer un nouveau désastre en matière de com. Mais France inter aura joué son rôle: save private Hollande!

    RépondreSupprimer
  6. Il va causer et puis après il va encore causer et encore et encore et il va être réélu et voilà ! Enfin c'est lui qui le dit.

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. C'est ce qu'il fait et ça devient de plus en plus lassant.

      Supprimer
  8. Fidèle à son métier notre président métreur va encore prendre des mesures, peut-être devrions nous lancer une souscription nationale pour lui acheter un véritable étalon (mètre) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Javais cru comprendre que l'étalon c'était lui !

      Supprimer
    2. L'étalon d'Achille ?

      Supprimer
    3. Grâce à lui nous aurons une France sur mesures.

      Supprimer
  9. Il faut dire que ses vœux étaient un peu à son images : ectoplasmiques.
    Il doit éprouver (pas nous) le besoin de les approfondir : "donc, les patrons, embauchez ! Au SMIC mais embauchez. Je ne vous fais pas grâce de quelques milliards pour rien bordel ! Minorités comptez sur moi autant que je compte sur vous ! Les autres démerdez vous".
    A mon avis faut pas deux heures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes un optimiste Fredi : s'il parvenait à dire quoi que ce soit clairement, ça serait un scoop !

      Supprimer

Les commentaires sont ouverts !