..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 2 décembre 2015

Quo non ascendet ?

Ainsi 50% des Français auraient une opinion positive sur M. Hollande !

C'est du moins ce qu'annonce un sondage IFOP/Fiducial/Paris Match. 22 points de gagnés d'un coup. Le voilà de nouveau majoritaire selon cette publication que n'effraie pas plus le poids des mots que le choc des photos. Et pourquoi ce soudain revirement ? Eh bien à cause de son attitude suite aux attentats du 13 novembre, voyons !

Après ceux de janvier, il n'avait gagné que 21 points, vite reperdus.

Mais qu'importe, l'essentiel n'est-il pas d'annoncer du sensationnel, de l'inédit, même si ceux qui tonitruent la nouvelle savent pertinemment qu'il ne peut s'agir là que d'un feu de paille et que l'insolite revirement n'a rien d'insolite et n'annonce aucun revirement durable.

Car en fait, à quoi s'attendait-on ? Notre bon président pouvait-il faire autre chose que prendre des mesures plus drastiques que celles de janvier ? L'imaginait-on un instant déclarer, rigolard, qu'il se battait le coquillard des attentats ? Déclarer que contre le terrorisme un État droit-de-l'hommiste ne peut pas grand chose ? Qu'en des temps pas si lointains et de mœurs moins amollies on n'était rarement, quelles que soient les méthodes employées, parvenu à éradiquer le terrorisme ?

Ce que révèlent ces sondages, plus que la véritable opinion des sondés, c'est leur côté influençable, leur versatilité. Rien d'autre. Dans des circonstances émotionnellement exceptionnelles, tout président prenant les mesures qui semblent s'imposer ou que ses conseillers jugent appropriées bénéficiera toujours d'un regain de popularité.

On peut même se demander si l'ampleur du rebond constaté n'a pas pour source le peu de confiance qu'on accorde à l'intéressé. Quand un cancre invétéré atteint péniblement la moyenne, il est chaudement félicité par des parents qui dans d'autres circonstances déploreraient une telle médiocrité. Quand un incapable notoire se montre exceptionnellement à la hauteur de sa tâche n'en est-on pas heureusement impressionné ?

Il n'en reste pas moins que cette spectaculaire remontée ne se traduit pas dans tous les domaines car à la question de savoir s'il « est un président dont vous souhaitez la réélection en 2017 » malgré une remontée de 6 points, on ne trouve que 28% des sondés pour répondre par l'affirmative. C'est un peu court et pas très cohérent, non ?

8 commentaires:

  1. "Eh bien à cause de son attitude suite aux attentats du 13 novembre, voyons !"
    quel aurait été le résultat si la question posée avait concerné son attitude face au chômage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entendons nous bien : la question ne portait pas sur son attitude vis-a-vis des attentats mais sa remontée en terme de satisfaction ne pouvait venir que de là. Sur sa capacité à résoudre les problèmes de la France, les mêmes sondés sont moins enthousiastes.

      Supprimer
  2. Le véritable risque, voire calcul politique, ne serait-il pas que les attentats se perpétuent jusqu'à la fin de ce sinistre quinquennat, rendant ipso facto ce qui nous sert de président éligible à nouveau à la fin de son lamentable mandat ? Lire Jégou me fait craindre le pire, ce dernier n'étant certainement pas le plus stupide des électeurs.

    Tout ça pose question ! Naitre, ou ne pas être, comme disait l'autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas car s'il gagne en popularité il ne gagne que peu de points en désir de le voir réélu.

      Supprimer
  3. Comme ils sont tous un peu responsables de ce qui nous arrive, on pourrait aussi parler de syndrome de Stockholm.
    Ou de prime aux incompétents.

    RépondreSupprimer