..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 31 décembre 2015

Ayez peur !

Ce soir, certains d'entre vous vont probablement s'empiffrer à s'en faire péter la sous-ventrière. C'est mal, très mal. Se livrer aux excès c'est non seulement se ravaler à un niveau inférieur à celui de la bête, mais c'est surtout DANGEREUX. « L'homme creuse sa tombe avec sa fourchette » ( Activité aussi peu productive qu'utile, surtout quand il souhaite être incinéré) se plaisait à répéter ma sainte et avare mère... Dieu merci, il s'agit là d'une métaphore. Il n'empêche que manger tue non seulement celui qui le fait mais participe à détruire la planète en épuisant ses ressources. Boire est encore pire, même avec modération. Respirer est fortement déconseillé vue la pollution. Écouter les vœux de M. Hollande nuit gravement à l'équilibre psychique. Fumer tue (c'est pas moi qui le dis, c'est marqué sur les paquets). Conduire met votre vie (et accessoirement celle des autres) en péril. Marcher, c'est prendre le risque de chutes et d'écrabouillage. Aller au concert est l'occasion de se faire kalachniquer.

Si vous voulez vivre sainement, ayez peur de tout et restez couchés sur un fin matelas posé au sol (ça évitera de périlleuse chutes). Après avoir étayé votre plafond (un écroulement est à redouter), mettez un casque et une armure, respirez de l'air filtré grâce à un masque et des bouteille. Ces quelques précautions vous mettront à l'abri de bien des périls. Le bonheur moderne est à ce prix. Il sera éphémère mais intense. Seuls les inconscients ne suivront pas mes conseils.

Je suis un inconscient.Ne partageant pas les multiples peurs qui obsèdent tout bon Français, je compte ce soir bien manger, bien boire et bien fumer. Sans modération.C'est lamentable !

Bon réveillon à tous !

21 commentaires:

  1. Mais grâce au capote Nestor, t'es pas né, t'es pas mort.

    RépondreSupprimer
  2. déjà venir au monde rapproche de l'heure dernière, c'est dire !
    Bonne fin d'année

    RépondreSupprimer
  3. se faire kalachniquer.

    Je pressens que ça ne va pas tarder à entrer dans le Petit Robert...
    Bonne bouffe !

    RépondreSupprimer
  4. Il faut de la modération en tout. Y compris dans la modération.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aime bien l'expression "n'abusez pas trop!"

      Supprimer
    2. Ma modération est très modérée quant à mes abus ils ne sont jamais trop excessifs !

      Supprimer
  5. Manger tue encore bien davantage ceux qui négligent de le faire : il n'y a qu'à voir l'Afrique…

    (Je sais : c'est très mal.)

    RépondreSupprimer
  6. De La France
    L’arrachement aux valeurs et le nihilisme instinctif contraignent l’individu au culte de la sensation. Quand on ne croit à rien, les sens deviennent religion. Et l’estomac finalité. Le phénomène de la décadence est inséparable de la gastronomie.
    Depuis que la France a renié sa vocation, la manducation s’est élevée au rang de rituel. Ce qui est révélateur, ce n’est pas le fait de manger, mais de méditer, de spéculer, de s’entretenir pendant des heures à ce sujet. La conscience par la culture, comme en amour, est un signe d’affaiblissement de l’instinct et de l’attachement aux valeurs. Tout le monde a pu faire cette expérience : quand on traverse une crise de doute dans la vie, quand tout nous dégoûte, le déjeuner devient une fête. Les Français savent depuis plus d’un siècle qu’ils mangent. Du dernier paysan à l’intellectuel le plus raffiné, l’heure du repas est la liturgie quotidienne du vide spirituel. La transformation d’un besoin immédiat en phénomène de civilisation est un pas dangereux et un grave symptôme. Le ventre a été le tombeau de l’Empire romain, il sera inéluctablement celui de l’intelligence française.
    Cioran 1941

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cioran, c'est bien ce boute-en-train qu'on invitait à toutes les fêtes pour être sûr de se fendre la pêche ?

      Supprimer
  7. Bon réveillon, Monsieur des Collines, faites-vous péter la sous-ventrière, fumez autant que vous voulez, buvez tout votre fond de cave... mais de grâce, de grâce, continuez votre blog dont je me régale tout aussi discrètement que fidèlement.
    PS : j'adopte le verbe "kalachniquer" et lui adjoindrai, à l'occasion, un "ta mère" final.

    RépondreSupprimer
  8. Bon réveillon, cher Jacques. Que le foie soit gras comme il faut et qu'il soit bien arrosé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait du le bluter...On en saura peut être plus demain...

      Supprimer
    2. Merci de vos souhaits, Al ! Il fut bon, comme le foie gras non bluté !

      Supprimer
  9. Bon réveillon à tous, si réveillon il y a ! Et pour les autres, bon début d'année quand même !

    RépondreSupprimer
  10. Comme quoi les conseilleurs ne sont pas les payeurs!

    RépondreSupprimer