..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 22 janvier 2015

Paradoxes d’un élu (communiste-fraîchement-repeint-en-) Vert



C dans l’air, bien que Didier Goux en ait révélé avec talent le dessous des cartes, n’en reste pas moins une émission de débat bien supérieure à ses rivales ne serait-ce que parce que le gardien-chef sait canaliser les interventions de Zeks triés sur le volet et éviter que leurs échanges ne tournent à la foire d’empoigne. C’est pourquoi il m’arrive de regarder cette émission.

Hier soir, donc, on y évoquait les ghettos, l’apartheid, enfin les banlieues. Y participaient les maires de deux communes du 9-3, Sevran (gauche), celui de Montfermeil (droite)*, un géographe et un ancien policier associatif. Bien que je n’aie jamais entendu parler de lui auparavant, celui qui retint mon attention fut le maire (communiste-fraîchement-repeint-en-) Vert de Sevran M. Stéphane Gatignon tant il s’est montré gratiné. Son phrasé, cet accent pseudo-banlieusard qu’on ne rencontre que chez les dirigeants de ce parti, qu’ils soient ou non à la tête de la CGT, me firent deviner un enfant de la balle communiste. A croire qu’il existe une école de diction où on les leur enseigne et qu’il y fut bon élève. Renseignement pris, je ne m’étais pas trompé : fils d’un adjoint au maire PCF d’Argenteuil, ce brave garçon, après avoir été l’assistant parlementaire de deux députés PCF, était devenu maire PCF de Sevran en 2001 avant de verdir fin 2009.

Son discours n’avait pourtant rien de bien original. On y retrouvait les habituelles balançoires éculées des gauchistes qu’il vous assènent avec la certitude teintée de supériorité morale de qui préconise que pour obtenir de l’eau tiède, la meilleure manière est encore de porter une eau déjà chaude à ébullition.  Toutefois, j'y remarquai une phrase qu’il crut bon de répéter tant il devait en être satisfait  (je cite de mémoire) : « On ne peut pas construire un mur autour de la France, les étrangers continueront d’y venir ». La première proposition est assez juste. On pourrait même dire que le « Mur de l’Atlantique » n’a pas empêché  des étranger de pénétrer sur notre sol il y a sept décennies.  Cependant, il y a quelque chose qui me chiffonne dans le second membre de sa phrase. Il fait de l’immigration une chose inéluctable que rien ne saurait ni empêcher ni limiter. En ce cas, il devient pour le moins curieux que la même personne dénonce le chômage comme une des sources du malaise des banlieues. En effet, si, dans le contexte d’une économie stagnante ayant pour résultat la mise chômage de cinq millions de personnes, on ne peut rien contre un nouvel afflux d’exogènes, il y a fort à parier que le non-emploi progresse et avec lui le malaise qu’il entraîne.  On se demande alors pourquoi M. Gatignon, résigné à l’inéluctable, peut bien faire de la politique.

Le deuxième paradoxe du maire de Sevran réside en deux déclarations. 
  1. Il y aurait dans notre pays 6 à 8 % de musulmans. 
  2. Notre pays ne peut plus concevoir son identité sans tenir compte de cette nouvelle donne culturelle. 
Soit. Mais cela implique que les 92 ou 94 % de la population non-musulmane devraient modifier leur identité en fonction de celle d’une petite minorité. Ce qui nous propose cet édile (communiste-fraîchement-repeint-en-) Vert, c’est donc une forme d’acculturation qui rappelle, en pire, celle des politiques coloniales.

Je le répète, les propos de M. Gratignon n’ont rien d’original. Ils font partie de la doxa gauchiste. Ce qui m’étonne, c’est le peu de réaction que provoquent ces paradoxes, c’est que personne ne se lève pour  en souligner la croquignolesque absurdité.

*Élus respectivement avec 5325 voix pour 23088 inscrit sur une population de 49 000 habitants et avec 4285 voix pour 13215 inscrits sur une population de 26 000 habitants. Ce qui pose un problème de représentativité voire de légitimité : comment peut-on parler au nom d’une population dont on a recueilli les suffrages de moins de 11% ou de 16.5% ?

16 commentaires:

  1. Présenté avec le talent qui vous caractérise, l'absurdité de la situation devient évidente ... il y a matière à réflexion.

    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Proverbe alsacien (et non pas balzacien): Pierre qui roule n'amasse pas mouse de Fischer !...

      Variante basque: Pierre qui roule et Guy fume !...

      Supprimer
  2. Un sacré loustic ce Gatignon qui veut la légalisation du cannabis, qui réclame périodiquement l envoi de l armée dans sa commune,... j'avais fait un billet sur lui en 2012 qui commençait comme ça: " Quand Stéphane Gatignon, maire EELV de Sevran, plante sa tente à Paris pour faire, pendant 4 petits jours, la grève de la faim afin d'alerter les pouvoirs publics sur la faillite imminente de la commune qu'il dirige depuis 11 ans, tous les médias s'emparent de l'affaire. Il obtient 6 millions, plie les gaules et rentre se mettre au chaud ..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pris en exemple que parce qu'il y a dans l'absurdité de ses conceptions quelque chose d'archétypal. Le reste est anecdotique.

      Supprimer
  3. Vous savez, la Démocratie on l'aime tellement qu'on ne compte pas...surtout les suffrages quand on est élu
    au rabais. En revanche, ces temps-ci on compte beaucoup les musulmans, surtout pour prouver que, somme
    toute, il n'y en a pas tant que ça. C'est curieux, je croyais que c'était bien, les musulmans, des "chances pour
    la France" qu'ils disaient : voilà t-il pas qu'on manque de chances dites donc! Si c'est pas le manque de pot, ça!
    Voilà pourquoi nous n'allons surtout pas construire un mur!
    Parti comme on est Gatignon finira ministre, il en a l'étoffe, en tout cas.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en a l'étoffe, c'est certain. J'ai du déjà écrire que si l'immigration nous enrichissait, ne serait-ce qu'en termes financiers, c'est en faire venir davantage qui s'imposait. Je crains que personne n'y croit vraiment.

      Supprimer
  4. Un candidat pour "Le mur du con" du Canard-Enchaîné !...

    RépondreSupprimer
  5. Serait-ce que les marxistes appellent une contradiction interne?

    RépondreSupprimer
  6. Et vous en faites quoi, de l'unité nationale ? Vous vous y asseyez dessus ? Il est tout à fait normal, quelle que soit l'incongruité de propos d'un ancien Rouge repeint en Vert, qu'un UMP ne relève pas.
    Cf. la volée de bois vert qui s'est abattue sur Sarkozy aujourd'hui, parce qu'il avait osé s'offusquer du mot "apartheid", hier au soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux qui croient à l'unité nationale aujourd'hui sont ceux qui croyaient au Père Noël en 1900.

      Supprimer
  7. c'était son " camarade " l'auguste Georges Marchais, qui disait en je ne sait plus quelle année, avec son phrasé inimitable ( sauf pour Thierry Le Luron ) qu'il fallait arrêter immigration, que c'était cause de chômage et de désordres dans les banlieues et je ne sais plus quel maire communiste qui avait fait démolir un centre sonacotra au bull du côté de Montreuil , tout ça c'était " avant" quand les communistes n'étaient pas encore tout verts ,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont du acheter un stock de peinture verte au plomb : ça les rend fous !

      Supprimer
  8. Si le vert est la couleur de l'espoir, elle devient de plus en plus celle de la mort idéologique.

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.