..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 25 janvier 2015

Le Danemark



Ce pays ne se contente pas d’être inutile, il est gênant. En effet, si la presqu’île du Jutland et les 443 îles qui le composent n’existaient pas, la navigation entre la Mer de Nord (à l’ouest) et la Mer Baltique (à l’est) en serait grandement facilitée. On pourrait même envisager la fusion de ces deux mers avec les économies d’échelles que ça impliquerait. Je m’étonne que personne n’ait songé à éliminer les disgracieuses excroissances que constitue ce royaume. La tâche ne serait pas difficile vu que le pays est plat comme ma main avec un point culminant, à 170,86 m (plus quelques centimètres quand une taupe s’y aventure). Quelques pelleteuses et camions nous en débarrasseraient en peu de temps et on pourrait vendre la terre ainsi récupérée aux Pays-Bas, histoire de relever un peu leur niveau.  Seulement, pour cela il faudrait un minimum de clairvoyance et de détermination, qualités hélas rares au sein de l’Union Européenne.   Donc, aussi regrettable que cela soit, ce pays existe encore. D’une superficie plus de douze fois inférieure à celle de la France (par pitié nous éviterons la comparaison avec la Russie), il est peuplé de 5, 6 millions d’habitants appelés Danois et d’on ne sait combien de chiens du même nom dont la taille est sans rapport avec sa superficie. Le climat y est adouci par la proximité du Gulf Stream ce qui donne des hivers pourris et des étés qui ne valent guère mieux. Quelques petits fleuves le parcourent. On ne soulignera jamais assez le mérite qu’ils ont de parvenir à la mer vu la faible déclivité. Remonteraient-ils à leur source qu’on ne saurait leur en vouloir.
Petite parenthèse : Les Danois ayant eu, comme nous le verrons dans la partie historique la sale manie d’aller ennuyer un peu tout le monde, ils ont rattaché à leur couronne le Groënland, vaste île d’Amérique où grâce au réchauffement climatique ils ont pour projet de faire pousser des bananes et autres fruits exotiques. Les îles Féroé, archipel de peu d’intérêt situé au diable vauvert lui sont également liées. Mais, vu le peu d’intérêt de ces territoires, nous n’en dirons pas plus.

Du point de vue de l’histoire, comme nous l’esquissions plus haut, la constante principale de cet état a été d’emmerder ses voisins. A partir de son territoire, comme autant de vols de gerfauts hors de leur charnier natal, des Vikings partirent piller l’Europe. Unifié et converti au christianisme sous le règne d’Harald à la dent bleue (bonjour l’hygiène buccale !), il put donner libre cours à sa nocivité. Ainsi, un certain Knut le Grand parvint même un temps à régner sur l’Angleterre et la Norvège. Le Danemark parvint longtemps à unifier sous sa férule l’ensemble de la Scandinavie. A partir de 1814, cependant, son influence dépérit et il se trouva encore plus réduit par la guerre des duchés qui lui arracha 1864  le Schleswig-Holstein au profit de la Prusse. Suite à la défaite de l’Empire allemand, les Danois parvinrent à récupérer une partie du Schleswig en 1920 alors que, pleutres, ils étaient restés neutres lors du premier conflit mondial. Occupé par son puissant voisin du sud durant le second, le Danemark abandonna  ensuite sa neutralité et rejoignit l’Otan. Membre de l’Union Européenne depuis 1973, il n’alla cependant pas jusqu’à rejoindre l’Euro.

L’économie danoise est florissante, classant ses habitants parmi les plus riches du monde, ce qui prouve si besoin était qu’il n’y a de succès que pour la crapule. 32% de son PIB provient des exportations. On y produit en quantité des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, du beurre, du bacon, des rollmops, de l’ameublement, du matériel médical, des machines, de l’électronique et même de la bière que les étrangers ont la coupable folie de leur acheter.

Pour ce qui est de la culture, disons que ce n’est pas le Pérou (et pourtant, le Pérou, pour la culture…). On y parle une langue gutturale qui donne à tout être accessible à la  pitié l’envie de taper dans le dos de ses locuteurs tant elle laisse penser qu’ils ont avalé de travers et sont sur le point de suffoquer. La religion traditionnelle est le luthérianisme. On y est traditionnellement social-démocrate même si entre 2001 et 2009 une alliance libéralo-conservatrice avait laissé poindre une lueur d’espoir. La littérature danoise est quasi-inexistante. Mis à part Hans Christian Andersen  qui fit beaucoup pour l’alarme incendie et Herman Bang, célèbre pour son gang, rien à signaler. Côté musique pas grand-chose non plus. Cinéma : à part Carl Theodor Dreyer qui nous fit beaucoup rire et un certain Lars von Trier dont les déclarations font frémir ceux qui se plaisent à frémir, rien. Quant à sa peinture, seuls ceux qui pensent que Leonardo Da Vinci et Vincent Van Gogh étaient danois la vantent.

Alors un petit voyage à Copenhague ? Est-ce vraiment envisageable ?

PS. Ouf, j’en ai fini avec la Scandinavie, région que ceux qui veulent nous voir mourir d’ennui souhaiteraient nous faire imiter ! Quel soulagement !

33 commentaires:

  1. Vous allez vous faire engueuler par Catherine, je sens ça…

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble qu'un chien se nomme Danois, est il de ce pays ou simplement un immigré teuton venu s'établir en ces régions nordiques ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, le Danois et le Dogue allemand sont tous deux issus d'une race apportée en Europe par les Alains vers le IVème/Vème siècle. Chiens de guerre à l'origine, ils furent utilisés pour la chasse à courre au moyen-âge.

      Supprimer
    2. C'est une bien belle bête que les Danois ne méritent pas.

      Supprimer
    3. Ouais,mais je trouve que le mâle a un peu trop les couilles qui pendent...

      Supprimer
    4. Peut-on vraiment lui en tenir rigueur ?

      Supprimer
  3. L'histoire de la Scandinavie viking est une de mes passions. Les rudes gaillards de l'époque étaient loin d'être les affreux barbares décrits dans les chroniques, puis les romans et films. Commerçants dans l'âme, toujours à la recherche de nouveaux marchés, de nouvelles richesses, de terres inconnues où s'installer pour fuir la stérilité de leurs nations natales, ils parcoururent une bonne partie du monde aujourd'hui connu. A l'occasion, ils ne dédaignaient pas tirer l'épée afin de profiter de la faiblesse d'une proie repérée telle. Aussi, je n'arrive pas à m'expliquer comment ces hommes ont pu devenir ces loques neurasthéniques qui déambulent tristement en attendant l'arrivée de la faucheuse, ou d'un allogène, bien chouchouté par l'Etat, qui leur fera la peau avec son surin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, si on considère que le pillage de monastère et de villes est une forme de commerce, on peut en effet dire que les Vikings étaient de fins commerçants. Leurs raids ont tout de même semé la peur et la désolation en Europe et facilité l'établissement du système féodal. Ils étaient si bon et honnêtes que le roi de France Charles III, saisi d'admiration devant leur habileté commerciale et l'enrichissement qu'ils apportaient au pays leur offrit une partie de son royaume par le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911.
      Ceux qui osent critiquer ces négociants zélés sont des malades atteints de vikingophobie.

      Supprimer
    2. Comme je le dis, ils n'attaquaient que les cibles qu'ils considéraient comme à leur portée, sans trop de pertes. A leur décharge, il faut bien avouer qu'en Angleterre comme en France, les pouvoirs en place étaient faibles, préférant trop souvent raquer pour qu'ils partent plutôt que de tenter l'affrontement. A chaque fois qu'il y a eu une vraie résistance, elle a été initiée par le peuple ou des figures locales jouissant de la considération des gens du commun. Et il faut bien reconnaître que ce furent les rares moments où les vikings finirent par plier bagages.
      Vous devriez lire les études du Pr Régis Boyer, certainement le meilleur spécialiste de ce créneau historique, outre le fait que c'est un excellent traducteur du vieux norrois, c'est aussi un grand historien qui instruit à charge et à décharge.

      Supprimer
    3. « Aussi, je n'arrive pas à m'expliquer comment ces hommes ont pu devenir ces loques neurasthéniques »

      J'ai une explication qui vaut ce qu'elle vaut : la christianisation des peuples scandinaves. Les peuples de la forêt ont été émasculés par les religions du désert qui n'avaient rien à y faire. Et voilà comment on passe en quelques siècles du Valhalla au ValhAllah.

      Supprimer
    4. Cher Anonyme, Il se peut que vous ayez raison. Il n'empêche que certaine religion du désert nous pose quelques menus problèmes actuellement.

      Supprimer
    5. Et pourtant, ils répondirent à l'appel des croisades avec enthousiasme. La littérature médiévale compte un certain nombre de sögur (pluriel de saga) sur les jorsalafari (croisés). Je pencherais plutôt pour leur engouement pour la réforme. Il n'y a pas plus pisse-froid et rigoriste qu'un parpaillot.

      Supprimer
  4. Dans les îles Feroë (province danoise), on massacre des dauphins. Pour des "raisons culturelles". Ce qui donne une idée du niveau culturel de ce pays.

    RépondreSupprimer
  5. Ainsi donc, la Petite Sirène™ pourrait bien être, en même temps que le summum de la culture danoise, le point culminant du royaume. On peine à le croire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand une mouette se pose dessus, ça n'aurait rien d'étonnant.

      Supprimer
  6. et Karen Blixen alors ? j'aime beaucoup ses contes.
    Qu'on puisse se disputer le Schleswig-Holstein est un mystère. A part le château de Schleswig ça n'a aucun intérêt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas cette dame.

      Et les vaches du Holstein, elles comptent pour du beurre ?

      Supprimer
    2. Vous ne connaissez pas la baronne von Blixen-Finecke, auteur du célèbre "La ferme africaine" qui a été adapté à l'écran sous le titre "Out of Africa" ?

      Vous me direz 10 Pater et cinq Ave.

      Supprimer
    3. Non, à ma (plus ou moins) courte honte , je dois reconnaître ma totale ignorance des ses œuvres. Si l'adaptation cinématographique dont vous parlez est Étasunienne, il est normal que je n'en sache rien vu que mes préjugés m'interdisent de regarder les images qui bougent originaires de ce "pays".

      Pour ce qui est des Pater et des Ave, je pense que les pénitences reçues en mon enfance m'en ont constitué une provision suffisante pour assurer le salut de mon âme ad vitam æternam. Mais il se peut que je me trompe...

      Supprimer
    4. " vu que mes préjugés m'interdisent de regarder les images qui bougent originaires de ce "pays"

      (soupir...). Juste comme ça, trois-quatre trucs qui me passent par la tête (on parle pas d'oeuvres qui ont transformé l'humanité, hein, juste de petits films "sympas" pour accompagner vos soirées):
      Robot and Frank , Get Low , It's a wonderful life , The Judge .

      Bon, je n'ai guère l'espoir de vous faire bouger d'une ligne, mais si l'envie vous vient de les voir, je vous expliquerais comment se procurer gratuitement ces petites bricoles en quelques minutes sur votre ordi.

      Supprimer
  7. Comme toujours, j'adore ces articles.
    Concernant le Danemark, j'émettrai une petite réserve : c'est dans ce pays que réside la société Ortofon, qui fabrique des bras de lecture, cellules ( SPU ) à bobines mobiles et transformateurs pour icelles parmi les plus réputés de la planète.
    Que serais-je sans mes SPU ?
    Certes, il en coûte le prix d'une gentille automobile, mais, quand on aime...
    J'ai donc noté " super excellent " cet article ( comme tous les autres ), mais avec cette petite réserve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je ne savais même pas ce qu'était un bras de lecture...
      Merci pour votre soutien !

      Supprimer
  8. "Hans Christian Andersen qui fit beaucoup pour l’alarme incendie."
    Heu, là je suis larguée....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voyons, Orage, la petite sirène, elle sert à quoi ?

      Supprimer
    2. Ben, que ceux qui l'avaient pigée lèvent le doigt...

      Supprimer
  9. Et pourquoi personne ne parle de Bang et Olufsen ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'en parle tout le temps mais pas ici.

      Supprimer
    2. B & O, c'est pour zozos aisés.
      Mais pour Bach et Schubert...

      Supprimer