..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 7 janvier 2015

Extension du domaine du sport



Avant qu’ils ne découvrent les joies du labourage et du pastourage qui, comme Maximilien de Béthune, duc de Sully, l’avait si justement souligné étaient devenus les  deux mamelles de la France de son temps, nos lointains ancêtres vivaient de chasse, de cueillette et de pêche.

Les temps ont bien changé : cueillir de ci-de là expose aux coups de fusil, chasser est devenu un crime et pêcher s’est mué en  passe-temps, voire en sport. Compter sur ces activités pour subsister a perdu de sa pertinence au temps des restaus du cœur et de la banque alimentaire.

Le dernier cri en matière de pêche consiste à relâcher les poissons qu’on vient d’attraper. Personnellement voir à la télé un pêcheur remettre avec tendresse à la rivière la truite, la perche ou le brochet qu’il s’est donné tant de mal à amener à la rive me laisse pantois. Je me demande quel peuvent être alors les pensées du poisson quand il s’éloigne de celui qui, de longues minutes durant, après lui avoir enfoncé dans la gueule un crochet d’acier l’a, en dépit de ses efforts désespérés fournis au prix d’une douleur intense, ramené vers lui, capturé dans une épuisette et extrait brutalement de son milieu naturel avec les conséquences fatales qu’on peut en attendre, l’a remis à l’eau.  Peut-être ne pense-t-il pas, mais s’il avait deux sous de jugeote, il se dirait certainement : « Tout ça pour ça ! Quel sale con ! ». En ce cas, il se montrerait ignorant du mode de pensée de l’homme moderne et la place primordiale que tient chez lui la notion de sport.

Car qu’est-ce que le sport, en dehors d’une source de revenus parfois importants pour quelques professionnels, sinon un effort  pour l’effort ? Le sportif court alors qu’aucune créature menaçante n’est à ses trousses, il saute des obstacles qu’il a lui-même dressés sur son passage, il pédale sur des dizaines de kilomètres dans le seul but de revenir chez lui, etc. Le seul avantage qu’il tire de ces exercices, c’est qu’ils le maintiennent suffisamment en forme pour continuer de s’y livrer. Je n’ai rien contre l’effort physique à condition qu’il ait un but, qu’il ne soit qu’un moyen d’obtenir un résultat concret. Je bêche pour préparer la terre qui me fournira des légumes et non pour pouvoir bêcher avec plus d’ardeur ou pour maintenir ma capacité à la faire.

Pour en revenir à nos pêcheurs qui relâchent, on pourrait extrapoler leur démarche à d’autres domaines.

Par exemple la drague. Paulo rencontrerait Gwendoline, attirerait son attention d’une manière quelconque, l’enthousiasmerait par son habileté à manier le bilboquet ou en la faisant rire aux citations les plus hilarantes d’Emmanuel Kant ou de Martin Heidegger, la couvrirait de fleurs, l’inviterait à quelque bonne table, lui proposerait de prendre un dernier verre chez lui et quand la jeune femme, sentant son intimité se muer en marécage après quelques attouchement lui murmurerait la voix rauque : « Fous-la moi toute, mon gros salaud » le séducteur lui répondrait « Mais vous n’y pensez pas Gwendoline ! Je fais ça pour le sport ! Rentrez bien vite chez vous ! »

De même pour la recherche d’emploi. Kévin répondrait à des annonces, se verrait convoqué pour un premier entretien, un second où le poste lui serait offert, arracherait après d’âpres tractations un salaire élevé, déterminerait la date du début de son activité et, au moment de signer son CDI déclarerait au DRH : « Signer ? Il n’en est pas question, vous pouvez le garder votre boulot de merde, je suis très bien où je suis ! Je fais ça pour le sport !»

Ainsi bien des aspects de la vie pourraient-ils prendre un caractère ludique et pour tout dire moderne…

14 commentaires:

  1. Trop fort!!!
    L'air de vos collines n'est pas si pur que ça...

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur des Collines:
    votre texte est quasiment "houllebecquien", mais "houllebecquien" marrant, post déprime. Ce qui, en ce jour de parution du dernier opus, en date, du sieur Houellebecq, peut être pris comme un compliment.

    J'ai bien rigolé en imaginant Paulo draguant Gwendoline "en la faisant rire aux citations les plus hilarantes d’Emmanuel Kant ou de Martin Heidegger" parce que de l'humour chez Kant et Heidegger il faut vraiment se lever très, très tôt pour en trouver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on sait lire entre les lignes, on s'aperçoit que ce sont les rois de la déconne !

      Supprimer
  3. Merci pour votre juste appréciation de la moderne stupidité nommée "sport".

    RépondreSupprimer
  4. Quelles variétés d'herbes cultivez-vous dans votre jardin ?

    RépondreSupprimer
  5. Le sport, c'est le culte de l'inutile (et du cruel quand il s'agit de la chasse et de la pêche).

    RépondreSupprimer
  6. A quand un politicien gagnant une élection mais refusant le poste au prétexte que c'était purement sportif ?...

    RépondreSupprimer
  7. « Fous-la moi toute, mon gros salaud » Tsk, tsk, quel langage! Monsieur des Collines nous avait habitué à plus d'urbanité dans ses propos.
    Comme disait Churchill: "no sport."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne faisais que citer Gwendoline (une fille très bien mais qui se laisse un peu emporter par ses sens).

      Supprimer
  8. La pratique de la remise à l'eau du poisson, tant en pêche d'amateur en rivière qu'en pêche professionnelle en mer, a permis à l'humoriste Gad Elmaleh de construire un gag hilarant (i l'hareng ?) où il se demande pourquoi pourquoi les poisons relâchés ne vont pas raconter à leur semblables à quoi il faut éviter de mordre, et même, ce que l'on fait subir aux victimes qui n'en réchappent pas : par exemple, la vue d'une table de buffet où abonde le saumon, installé sur le pont d'un yacht, devrait horrifier les représentants de cette espèce, et guère rassurer les autres.

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.