..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 23 octobre 2014

Berthe au grand pied






Tout le monde le sait, Berthe (au grand pied) était femme de Pépin (le bref) et mère de Charles (le grand ou Carolus magnus) plus connu sous le nom de Charlemagne. Seulement, si on savait peu de choses de la vie de Bertrade de Laon (son véritable nom) on connaissait encore moins sa légende.  Car, qui de vous, érudits lecteurs, a lu les quelque trois mille cinq-cents vers du  Berte as grans piés d’Adenet Le Roi ?  Aucun ? C’est bien dommage, car l’histoire n’est pas commune.

Rémi Usseil, blogueur et savant amateur des chansons de geste de la Matière de France, a entrepris de pallier ce manque. Il s’en est suivi un ouvrage que vient de publier la société d’édition Les Belles Lettres et que je ne saurais trop vous encourager de découvrir.

Je ne vous dirai rien de l’intrigue sinon que les rebondissements, attendus ou surprenants, y abondent et que s’y mêlent  trahison, vertu, cupidité, bonté, perfidie,  piété, miracles, fidélité, rouerie,  amour, longues chevauchées, foi chrétienne, générosité, bref,  tous les ingrédients nécessaires au XIIIe siècle à une histoire digne de ce nom. Seuls y manquent les combats sanglants mais nous en plaindrons-nous ?

M. Usseil a pris le parti de nous conter  cette légende par le truchement d’un narrateur médiéval et cela n’est pas sans influence sur le style du récit : archaïsmes syntaxiques  et mots d’ancien français, sans nuire à la compréhension (un glossaire vous est aimablement fourni !), l’ancrent dans ce  Moyen Âge central qu’on a longtemps voulu faire passer pour obscurantiste mais qui produisit tant de merveilles architecturales et littéraires. Le récit s’agrémente de ci-de là de pièces en vers (octosyllabes, décasyllabes, alexandrins et mètres mêlés) qui s’y intègrent harmonieusement et participent avec bonheur à créer le « dépaysement temporel » souhaité par l’auteur.

Herbert George Wells avait jadis rêvé La Machine à explorer le temps… Rémi  Usseil vous invite aujourd’hui  à un voyage de découverte des temps carolingiens tels que les concevaient les trouvères du XIIIe siècle dont vous reviendrez, je l’espère, charmés comme moi.

J’allais oublier de le signaler mais le livre en tant qu’objet est très agréable : reliure, papier couché, typographie et iconographie font, alors qu’approchent les fêtes,  qu’il aurait toute sa place au pied du sapin…

25 commentaires:

  1. A propos de moyen-âge et donc de chevaliers, rien sur Valentine ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Valentine, c'est l'anti-Berthe par excellence :"Elle avait de tout petits petons" !

      Supprimer
  2. Mais pourquoi donc voulez-vous mettre ce bel ouvrage au pied d'un plug anal maitre Jacques? Oh! fi, fi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne confondez pas tour, Aristide ! Les épines vous feraient du mal !

      Supprimer
  3. Fuck and shit ! J'espérais bien être le premier à rendre compte de l'ouvrage ! Mais je me suis arrêté juste avant le début de la chasse à courre : ce sera donc pour un peu plus tard…

    RépondreSupprimer
  4. Robert Marchenoir23 octobre 2014 à 13:04

    Oui, mais y est-il question de koalas ? En ce qui me concerne, je n'achète que les livres qui parlent de koalas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fourmille littéralement de koalas !

      Supprimer
    2. On pourrait même aller jusqu'à dire que cette pauvre Berthe n'est qu'un prétexte transparent pour ne parler que de koalas.

      Supprimer
  5. Je l'ai commandé à ma gentille libraire (non pas à Amazon), je l'attends.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça risque de prendre du temps...

      Supprimer
    2. Je suis patient. J'ai attendu plus de soixante-dix ans pour lire ce livre. Je peux attendre quelques jours de plus. Et Amazon ne me téléphone pas pour me faire part des nouvelles parutions qui pourraient m'intéresser ni ne me met des bouquins de côté, ni ne me donne son opinion sur les livres qu'il lit etc

      Supprimer
    3. Si vous avez un libraire digne de ce nom, ça change tout... Mais avouez qu'ils sont rares.

      Supprimer
    4. Cher Jacques, je crains que vous n'ayez pas saisi la subtilité afférente au genre (exprimons nous moderne) du libraire pouvant expliquer qu'Amazon (et non pas Amazone) soit hors compétition ...

      Supprimer
  6. Bonne idée, en effet. Juste un détail qui a son importance, est-ce qu'ils traitent aussi de l'autre
    pied, le petit veux-je dire?
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans vouloir déflorer l'intrigue, la taille relative des pieds de Berthe ne joue pas grand rôle dans l'histoire

      Supprimer
  7. Mazette ! ça a l'air rudement bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact cher Mat, il y'est question de roi, de fou (du roi), de reine, de cavaliers ...

      Supprimer
  8. Robert Marchenoir23 octobre 2014 à 19:19

    C'est bien gentil, cette panzer-offensive de la réacosphère en faveur d'une Berthe en situation de handicap podologique, mais moi j'ai une question plus importante : est-ce que ce bouquin est relié (comme le prétend son éditeur) ou bien est-ce qu'il est broché (comme l'assure Amazon) ?

    Est-ce que par hasard il serait affligé de cette horreur moderniste aussi haïssable que le pentacourt, le kiwi ou le strapontin en pente de la RATP, j'ai nommé la couverture cartonnée, mais souple ? Cet équivalent de la théorie du genre dans l'ordre bibliophilique, ce truc de fiotte incapable de se décider entre la couverture brochée (qui est souple, évidemment) et la couverture reliée (qui est rigide, naturellement) ?

    Ah, on les sent bien, les progressistes de mes deux, tentant un timide retour à la bonne vieille édition reliée des familles, mais n'osant pas aller jusqu'au bout, parce que, tu vois, le carton rigide, c'est un peu trop patriarcal, pas assez ouvert à l'Autre, et que moi ça me rappelle un peu trop les Zeurs les plus sombres de Notristouâr ! Alors que je suis bien certain qu'une couverture demi-molle de ce type, ça ne coûte pas un centime de moins qu'une couverture en carton normale, blanche, rigide, quoi ! Une couverture street-crédible à l'ancienne, bande de fils de pute !

    Que les éditeurs français aillent tous se faire enculer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est bel et bien rigide, voire turgide !

      Et, moi vivant, personne n'enculera les Belles Lettres ! Non mais, c'est vrai, quoi…

      Supprimer
    2. Que voulez-vous cher Robert ? M. Amazon est rongé de remords à la vue de tout le mal qu'il fait à de consciencieux libraires tout dévoués à la cause du livre. Il tente de noyer sa peine dans l'alcool. Aussi est-ce pourquoi, son esprit se faisant confus, il voit du broché là où il n'y a que du relié. Plutôt que de le blâmer, joignez-moi en mes prières pour que se rétablisse son jugement naguère si sur !

      Supprimer
    3. Ah, c'est donc ça qu'on appelle une demi-molle...

      Supprimer
    4. Fils de pute ou pisse du fût ?

      La canne est reliée au brochet par le fil et l'hameçon ...

      "Demi-molle": pour tirer la couverture à lui, notre hôte pourrait-il nous éclairer sur la classification des fromages normands à cette aune de pâte ?






      Supprimer

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIMÉ;