..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 27 août 2012

Juillet 1969




Cette année-là durant mes vacances, je faisais le facteur. En plus je vivais des amours compliquées (surtout pour moi) avec une jeune fille dont je tairai le nom histoire de ne pas provoquer l’ire d’une mouette anglaise comme je l’ai fait il y a quelque temps.

J’avais à l’époque un meilleur sommeil qu’aujourd’hui. J’entretenais avec la ponctualité des rapports distants. Ce qui m’amenait à arriver très souvent en retard à la poste. L’horrible gorgone qui tenait en cet endroit le poste de receveuse avait tendance à me le reprocher.  Allez savoir pourquoi . Je pense avoir rarement rencontré femme si laide et désagréable. Sa subordonnée guichetière était une bonne grosse dame maternelle qui considérait avec indulgence mes écarts de jeune chien  fou.

Ainsi, lorsqu’au matin qui suivit  les premiers pas de l’homme sur la lune  la receveuse m’adressa d’amères  remontrances, la brave femme prit-elle ma défense  déclarant qu’après une nuit pareille, mon arrivée tardive était excusable.   Je ne pouvais qu’acquiescer. Cependant, n’ayant rien fait de particulier durant cette fameuse « nuit pareille » je ne voyais pas de quoi elle pouvait bien parler. La gorgone en ayant convenu, tout allait pour le mieux.

Ce n’est qu’ensuite que j’appris que j’avais raté un des événements clés du siècle. Raté est un bien grand mot. En fait, je n’avais strictement rien à cirer de ce qu’un amerloque ait posé le pied sur la Lune, Mars ou Jupiter. Je suis très mauvais public.

21 commentaires:

  1. C'est drôle Jacques, je ne sais pourquoi, mais ces pas sur la Lune ne m'ont jamais provoqué d'émotion.
    Peut-être que je suis trop jeune pour avoir connu et intégré le principe de course à la technologie, de conquête de l'espace, en revanche je ressens bien plus d'émotions face à une odieuse guichetière, ça oui..
    N'avez-vous pas souhaité de l'envoyer faire un tour sur la Lune?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une horreur à voir ! L'envoyer sur la Lune aurait dissuadé les plus téméraires de tenter une nouvelle expédition !

      Supprimer
  2. "J'avais à l'époque un meilleur sommeil qu'aujourd'hui."
    Et comme nous disait un ami, un mois avant de mourir : "C'est vrai qu'il y a quarante ans je me portais mieux !"

    RépondreSupprimer
  3. Quant à moi, je dormais donc j'étais déjà sur la Lune et je n'ai pas rencontré Amstrong.

    Une pour rire, nous en avons bien besoin avec les branques qui nous dirigent quoique Montebourg nous en raconte avec sa tirade sur le nucléaire, donc voilà , il me semble qu'elle soit de Coluche:

    " Avec les capotes Nestor, t'es pas né, t'es pas mort"

    Pour Mildred

    "La vie est une longue maladie dont la mort nous guérit."

    RépondreSupprimer
  4. Moi, je venais de rejoindre mes parents en Algérie, où je suis resté un an et demi, et j'avais vraiment autre chose à découvrir que la lune (sinon celle de la petite Marie-Paule, qui m'a tout de suite bien plu, malgré mon très jeune âge…).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Insinueriez-vous qu'en vous le cochon s'est réveillé très tôt ? Ce n'est pas bien.

      Supprimer
  5. Je comprends pourquoi Modernoeud nous considère comme d'affreux grognons, ronchons, etc... Qu'est-ce que vous êtes mauvais publics ! Moâ, messieurs, j'étais devant le poste N&B du café-bar en bas de chez moi !
    Complément pour Didier Gx : il y avait alors aussi, figurez-vous, une Marie-Paule sur laquelle j'avais des visées moins strictement "documentaires" que vous avec vos treize balais... Mais ça ne m'empêchait pas d'être ce soir là avec Amstrong ! (non, ce n'est pas la peine de me demander si c'est pour ça que je n'ai pu conclure avec "ma" Marie-Paule...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Ne pas communier unanimement ! C'est un des traits marquants de l'homme de droite.

      Supprimer
  6. pleurez Pierrots, poètes et chats noirs, la lune est morte ce soir...♪ ♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Je n'étais même pas au courant !

      Supprimer
    2. Je croyais que c'était le lion qui était mort ce soir… On m'aurait menti ?

      Supprimer
  7. Ca me reppelle (je l'ai déjà raconté) un ami tunisien qui avait appelé son chien Kamar.
    Tu vois me disait-il Kamar c'est la lune en Arabe. Pour les musulmans la lune c'est le reflet de Dieu et depuis que les ricains l'ont piétiné rien ne va plus.
    Le même (puisque vous en parliez récemment) a poussé l'assimilation très loin: en plus de franciser nom et prénom, il est mort d'une cirrhose à 53 ans. En bon Français.
    Ma pomme, en 69, était à des années lumière de se soucier de la lune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seriez-vous jeune fredi ? Rassurez-vous : ça passe vite !

      Supprimer
  8. Chacun a les préoccupations qui lui conviennent, ça devrait
    être inscrit dans les droidelommes, ça.
    Quant à moi, je ne vous dirai pas ce que je faisais cette
    nuit là.
    D'ailleurs tout le monde s'en fout.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en déduis que vous n'avez pas regardé l'alunissage !

      Supprimer
  9. Et vous fustigez les bobos ? Mais ça, c'est un vrai billet de bobos. Ce qui caractérise le mieux le bobo, ce n'est pas comme vous feignez de le croire, son goût pour le multiculturalisme, mais sa manie de tout déprécier, sa petite façon bien à lui d'adopter en toute circonstance une attitude blasée. Vous êtes un bobo, Jacques.

    RépondreSupprimer
  10. Vous savez, Dorham, à cette époque, je n'avais pas 19 ans ans... Je ne fais que relater une anecdote de ce temps. Pour ce qui est d'être un petit bourgeois, pourquoi le nierais-je ? Bohème, dans la mesure où cela désignerait une forme d'anticonformisme, pourquoi pas ? mais le Bobo est de gauche et cela j'ai cessé de l'être il y a bien 35 ans déjà. Par dégoût.

    RépondreSupprimer
  11. C'est peut-être cela qui nous distingue le plus : la capacité de dégoût... Sérieusement. Les gens m'énervent, bien souvent, mais de là à éprouver du dégoût...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous ferais bien suivre un échange de courriels entre un correspondant -que j'ai cessé de considérer comme un ami depuis- et moi, après que je lui fis suivre un petit pps humoristique sur la gôche. De mes amis gauchisses, il est le seul à m'avoir envoyé bouler, les autres en ont ri, se disant que finalement, ils devaient être de droite.

      Je veux bien avoir des amis de gauche (je ne m'en prive pas d'ailleurs), mais quand, en plus, ils sont sectaires et stupides, à quoi bon ?

      Supprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.