..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 18 avril 2015

Droits et devoirs



Il serait question de transformer le droit de vote en obligation avec, en cas de non-respect, sanctions à la clé. Ainsi, ce droit que certains de nos aïeux ont acquis au prix de leur vie (écrasons, à ce souvenir, la  larme citoyenne qui embrume nos yeux républicains !)  se transformerait-il en devoir imposé par la loi. Ayant ces derniers temps une forte tendance à voter et m’éloignant rarement de mes collines, ça ne changera pas grand-chose. Comme mon vote, d’ailleurs.

Toutefois remplacer un droit que l’on est libre d’exercer ou non en obligation me paraît contraire à la liberté. Les « droits-de-l’hommistes » brandissent bien haut (du moins d’après eux) le flambeau de la « démocratie ». Au contraire, il n’existe aucun « devoirs-de-l’hommiste » mais s’il en était on peut supposer qu’ils s’opposeraient aux partisans des droits et que, partant, ils appartiendraient au camp du mal. L’opposition entre droit et devoir est flagrante.


Prenons par exemple le droit de cuissage dont bénéficiaient selon certains les seigneurs de jadis. Quoi de plus agréable que d’en jouir (à tous les sens du terme) ? En revanche, si on en avait fait un devoir, le cuissage aurait perdu beaucoup de son attrait.  Imaginons que le seigneur ait été homosexuel. Accomplir ce devoir se serait avéré pénible pour lui. De même, si la mariée avait été laide, contrefaite, revêche, frigide et d’hygiène douteuse, ce devoir se serait transformé en corvée. Sans compter que les plus puissants seigneurs se seraient usé à l’accomplir, vu le nombre de vilaines à honorer.

Depuis quelque temps, le devoir de mémoire est devenu très tendance. Or s’il est une chose qu’il est difficile de contrôler c’est bien sa mise en pratique : qu’est-ce qui prouve que ce citoyen à la triste figure est bel et bien en train de méditer sur l’holocauste ou sur la traite négrière et non en proie à de sombres pensées suite à la réception de son avis d’imposition ?  Faute de moyens de contrôler efficacement les mémoires, ne serait-il pas plus raisonnable de transformer ce devoir en simple droit laissant à ceux qui ont d’autres préoccupations la possibilité d’oublier certains drames ?

Le devoir conjugal est le plus paradoxal de tous, vu qu’il n’est de nos jours associé à aucun droit. Ainsi qui remplirait ce devoir sans le consentement de  son conjoint se verrait accusé de viol et probablement condamné.

En dehors des devoirs moraux que l’individu s’impose, je serais donc plutôt d’avis qu’il n’en existe  pas d’autres. Pour les droits, je fais totalement confiance à la manière dont on voit notre société évoluer pour nous en priver ou les réduire.

12 commentaires:

  1. "Devoirs moraux", c'est quoi ce vocabulaire réactionnaire et rétrograde ? Il n'existe de devoir moral, que le bon plaisir de chacun. Non ? An, bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois être réactionnaire et rétrograde, bien que je m'en défende.

      Supprimer
  2. Le vrai devoir de mémoire n'existe plus depuis qu'on de ne demande plus aux écoliers d'apprendre par cœur et que l'Histoire qu'on leur enseigne s'apparente plus à un devoir d'oubli.
    Je me pose une question, en cas de contrôle, les malades d'Alzheimer sont-ils exemptés du devoir de mémoire sur présentation d'un certificat médical?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'ils le sont ou du moins qu'on leur accorde des circonstances atténuantes.

      Supprimer
  3. Moi je comprends très bien le blues des socialistes : se ramasser des gamelles à répétition alors que l'on a une réserve électorale pour laquelle on se démène mais qui ne vote pas ça fout un peu les boules.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être méditent-ils sur d'autres méthodes de s'approprier le pouvoir ?

      Supprimer
  4. Devoir et obligation ne sont pas synonimes....
    Et nous sommes dans une société d'obligations (et prohibitions), non de devoirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que les deux mots ne soient pas parfaitement synonymes, j'en conviens. D'ailleurs, la synonymie totale n'existe pas. Toutefois, selon M. Robert, lexicographe sérieux, un des sens de devoir (s) est : "Ce que l'on doit faire; obligation éthique particulière, définie par le système moral que l'on accepte, par la LOI, les convenances, les circonstances" . Je persiste donc.

      Supprimer
  5. Comme je l'ecrivai chez Corto, les jeunes ayant atteint leur majorité sont automatiquement inscrits sur les liste électorales.
    Malgré tout l'abstention augmente, allez savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'importe comment, les jeunes s'ils votaient ne soutiendraient pas nécessairement socialiste.

      Supprimer
  6. http://www.zetetique.ldh.org/cuissage.html
    Le droit de cuissage, donc, n'a jamais existé dans la France médiévale. Aucun des arguments, aucun des faits insinués, allégués ou brandis, ne résiste à l'analyse; à chaque fois que l'enquête a pu cerner le contexte précis d'un cas qui ne relevât pas de la falsification ou du contre-sens, elle a repéré un pur effet de discours, ressortissant à l'insinuation tactique, à la dénonciation stratégique ou la hâblerie d'intimidation, sans que ces énonciations unilatérales soient jamais intimées, ni ne produisent la moindre interaction de droit ou de fait. "

    RépondreSupprimer