..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 5 avril 2015

D’Urbain II et du pape François (premier du nom)…



Vendredi, le pape François a condamné avec la plus grande fermeté (et non avec la plus molle hésitation) les massacres des chrétiens d’Orient et a blâmé la coupable indifférence des Occidentaux face aux exactions jihadistes. C’est bien. Seulement ça ne fait que souligner une réalité : notre époque a les papes qu’elle mérite.

Souvenons-nous qu’il y aura cette année mille vingt ans, un autre pape, Urbain II, lança à l’issue du concile de Clermont un appel à la croisade qui aboutit moins de quatre ans plus tard à la prise de Jérusalem. Il faut dire que depuis 17 ans déjà, les Turcs Seldjoukides, soit dit sans vouloir les critiquer*, s’étaient comportés de manière contestable en Terre Sainte : massacre de la population de Jérusalem, réduction des chrétiens à l’esclavage, attaques contre les Byzantins, interdiction de l’accès de Jérusalem aux pèlerins chrétiens, etc. Ce qu’il faut bien appeler des incivilités (excusez la force du terme) poussèrent le bon pontife,  dont on est en droit de penser qu’il était de caractère impulsif, batailleur et expansionniste, vu qu’il encourageait également la Reconquista espagnole, à appeler les chevaliers de l’Occident chrétien à se rassembler sous le signe de la croix et à aller infliger aux infidèles la bonne raclée que selon lui ils méritaient.

Les barons furent précédés par une « croisade des pauvres » qui, rassemblés en France ou en Allemagne se livrèrent à de menues exactions avant de se faire anéantir qui par les Turcs, qui par les Hongrois comme il convenait aux vilains de l’être. Venus de toute l’Europe, les chevaliers et grands féodaux se regroupèrent à Constantinople d’où ils partirent pour la ville sainte. Retracer les nombreuses péripéties de ce long et périlleux voyage serait trop long. Toujours est-il que le 15 juillet 1099, les croisés s’emparèrent de Jérusalem. Mission accomplie. Enfin, provisoirement…

Un pape ne peut plus guère rêver de regrouper l’occident sous la bannière de la chrétienté. Qui entendrait son appel ? Il doit se contenter d’exprimer sa douleur. Les temps ont bien changé me dira-t-on. Mais ont-ils vraiment changé  POUR TOUT LE MONDE ? N’entend-on pas de toute part des voix s’élever pour appeler à la guerre sainte sous la bannière de l’Islam ? Ne massacre-t-on pas ici ou là les chrétiens avec une ardeur digne des Seldjoukides ?  L’Occident est devenu bien prudent, limite timoré, il bombarde bien encore un peu mais refuse le combat de terrain, tandis que pour certains rien n’a vraiment changé…

Bonnes Pâques quand même !  

*Je ne tiens aucunement à finir mes jours dans un cul de basse fosse pour Seldjoukidophobie !

13 commentaires:

  1. Merci pour "seldjoukide", bien sympathique pour le Scrabble !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il existe une graphie différente où le Q remplace le K...

      Supprimer
    2. 2 points de moins !...

      Supprimer
  2. Si on te frappe sur le syriaque, tend l'autre chaldéen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et tes coptes seront éradiqués !

      Supprimer
    2. Au Scrabble mieux vaut syriaque que chaldéen !...

      Supprimer
  3. Et que dire du Primat des Gaules qui, dans son homélie de la messe pontificale de Pâques, n'a pas eu un mot pour les 147 jeunes étudiants chrétiens massacrés à l'Université de Garissa, au matin du Jeudi Saint ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant d'autres problèmes se posent à lui que de tels détails peuvent s'oublier...

      Supprimer
    2. Un autre point de détail ...

      Supprimer
  4. Eh oui, non seulement l'Occident Chrétien ne se défend plus mais encore, en Europe, il s'islamise à tout berzingue. L'avenir s'annonce sous des auspices massacreurs!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. Pour appeler à la croisade, encore faut-il désigner un ennemi. Or nous n'avons pas d'ennemis, il n'y a que des gens qui souffrent d'exclusion et de rejet. Allons-nous leur faire subir plus de discriminations encore en les désignant nommément ? C'est impossible, cela heurte nos convictions les plus intimes. La seule croisade qui vaille, c'est la croisade humanitaire et tolérante dans l'esprit du 11 janvier. Qu'à cela Dieu nous aide. Amen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde il est bon, tout le monde il est gentil, c'est évident...

      Supprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.