..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 2 février 2017

Grave défaut et témoignage

J'ai récemment avoué un handicap. Aujourd'hui je dois confesser un défaut. Et pas un petit. J'ai en effet tendance à sous-estimer la profonde stupidité de certains de mes contemporains. Sondez-les, ils vous diront accorder peu de crédit aux media. Faites une campagne médiatique bien orchestrée et les voilà qui se mettent à partager l'avis des journaleux et à faire leurs les plus foireux arguments qu'on leur susurre à l'oreille. Et s'il n'y avait que ça ! Figurez-vous qu'ils vivent chez Walt Disney. Il ne sont qu'honnêteté, vertu, rigueur. Afin de renforcer ces qualités, ils ont besoin de modèles. Et où vont-ils les chercher, mais selon leur logique implacable chez les politiques qu'ils déclarent volontiers tous pourris. Ajoutons encore qu'ils font montre d'un sens politique qui ferait honte à une une amibe morte quand, sciant la branche qui les porte, il ne voient pas les néfastes conséquences d'une telle action.

C'est des personnes qui se déclarent de droite qu je découvre abasourdi la foncière stupidité. Les gens de gauche ne valent souvent pas plus cher mais vu que les « valeurs » dont ils se disent porteurs sont pour moi mortifères et que les objectifs qu'ils s'assignent mènent à mon avis aux pires catastrophes, ce qu'ils peuvent bien penser, dire et faire, je m'en tamponne le coquillard tant qu'ils me semblent en perdition et voués à une heureuse et proche disparition. Mais quand je vois, comme récemment, les braves gogos que j'avais cru de mon camp tomber avec entrain dans un panneau grossier, je ressens un découragement certain.

Cette « affaire » Fillon, j'ai commencé par m'en moquer comme de l'an quarante. Dans ma grande innocence, je croyais que rares seraient les sots qui en tiendraient compte. Mea maxima culpa ! Je sous-estimais leur capacité à se voir manipulés et aussi et surtout leur capacité à mal évaluer l'importance relative d'un quelconque fait par rapport à ce qui est en jeu, à savoir le relèvement de la France et la mise au rencart d'une gauche qui ne rêve que de détruire le peu qu'il en reste.


Cela dit, j'aimerais vous communiquer le texte de Vincent Goyet, ex-assistant parlementaire qui expose en détail ce que peuvent être les fonctions de ces professionnels, l'enveloppe dont disposent les députés et sénateurs pour rémunérer leur personnel et l'usage qu'ils en font ou peuvent en faire. Le texte est long mais à mon sens il mérite d'être lu dans son intégralité. Je suis responsable des passages en gras.

DERNIÈRE MINUTE : pour ceux qu'une longue lecture lasserait, j'ajoute à sa suite un texte plus court tout aussi édifiant.


Parce que j'ai été attaché parlementaire, beaucoup de ceux qui me connaissent m'ont demandé comment faire le tri entre tous les éléments qu'ils ont lus dans la presse ces derniers jours à propos du fonctionnement de l'équipe qui entoure chaque député.
Je tiens à préciser tout de suite que je soutiens François Fillon depuis la défaite et le départ de Nicolas Sarkozy en mai 2012. Comme ça, les choses sont dites. Les éléments que je donne ci-dessous sont ma propre analyse et mon propre ressenti, issus de mon expérience personnelle. Je laisse chacun y puiser ce qu'il voudra.
Avant tout, le cabinet parlementaire fonctionne de fait comme une TPE. Le député embauche et rémunère librement ses collaborateurs, sur la base de contrats de travail de droit privé, qui prennent automatiquement fin en cas d'interruption du mandat parlementaire.
Pour rémunérer ses collaborateurs, chaque député dispose d'une enveloppe mensuelle de 9 561 € (lorsqu'il laisse l'Assemblée nationale gérer ces contrats et payer les charges patronales), 14 341 € s'il décide de tout gérer lui-même. Sur les 9 561 €, il doit donc encore acquitter les charges salariales (précision technique pour les puristes).
Dans les faits, l'immense majorité des députés laisse l'Assemblée s'occuper de tout.
Chaque député organise à sa guise le travail de son équipe, avec des collaborateurs dont le travail peut être très divers : agenda, logistique, courriers, dossiers législatifs, dossiers locaux, réunions, questions au Gouvernement, amendements, relations presse, relations avec les élus, relations avec la population, communication, rendez-vous, représentation, conseil, etc. Ce travail répond en fait aux trois fonctions remplies par un parlementaire : 1/ il représente le peuple ; 2/ il vote les lois ; 3/ il contrôle l'action du Gouvernement et des administrations.
Bref, le travail est gigantesque, et la politique est bien souvent le lieu où les militants viennent donner un coup de main bénévole (mise sous pli, distribution de documents à la population, logistique des réunions publiques, réseaux sociaux, etc.). Il y a plutôt trop de travail que pas assez !
François Fillon est aujourd'hui attaqué non pas pour avoir rémunéré son épouse et deux de ses enfants, mais parce que certains soupçonnent qu'il s'agirait d'emplois fictifs, sans travail réalisé en contrepartie.
Comme je viens de le souligner, ce n'est pas le travail qui manque autour d'un député. J'ai croisé des dizaines et des dizaines de parlementaires, davantage encore de collaborateurs, et la plupart d'entre eux sont des passionnés, qui ne comptent pas leurs heures. De même, il est inimaginable qu'un élu fasse une carrière politique durant 35 ans (François Fillon a été élu pour la première fois en 1981) sans que sa / son conjoint(e) ne lui apporte au quotidien un soutien et une aide de tous les instants, surtout si elle / il n'a pas une autre activité professionnelle à côté.
Quid du niveau de rémunération pour le conjoint non salarié du chef d'entreprise ? Comme dans n'importe quelle TPE, il est fréquent que le conjoint participe de fait à l'activité sans percevoir de salaire. Quand la structure trouve l'espace d'une rémunération, il peut y avoir ensuite une forme de rattrapage salarial, en contrepartie de toutes les années de bénévolat.
S'agissant de Pénélope Fillon, elle n'a pas été rémunérée entre 1981 et 1988. Puis elle a bénéficié d'un salaire comme attachée parlementaire jusqu'en 2013 (avec manifestement un rattrapage salarial). Elle a perçu 639 000 euros net sur cette période (les médias parlent en brut pour gonfler la somme). Ramené à 35 années de travail aux côtés de son mari, nous arrivons à l'équivalent d'un salaire net mensuel de 1521 €. Tous ceux qui se scandalisent du montant de 830 000 € brut devraient méditer sur la période concernée... Si j'avais travaillé durant 35 ans aux côtés de François Fillon, sur la base du salaire de 2600 € net que je touchais en 2007, j'aurais coûté bien plus de 830 000 € brut (faites le calcul : 1,4 million d'euros brut - et par souci de simplicité, je n'ai pas tenu compte du 13e mois...).
Mais quel travail a donc bien pu réaliser Pénélope Fillon ? Sans doute un travail de petite main pour un grand nombre de courriers reçus au domicile (François Fillon n'avait pas de permanence parlementaire en circonscription). Un soutien logistique également. Un travail de conseil, relecture (c'est ce qui semble ressortir de la bouche de l'avocat de François Fillon). Un travail de représentation, aussi, accompagnant son mari, ou se substituant à lui quand il n'était pas disponible.
Pénélope Fillon n'aurait-elle pas pu remplir toutes ces tâches sans être rémunérée ? Si, sans doute. Mais en France, la loi autorise les parlementaires à salarier leurs proches. De très, très nombreux élus le font, ponctuellement ou de façon pérenne. C'est fréquemment le cas pour les enfants étudiants des députés ou sénateurs, dont les parents mettent ainsi le pied à l'étrier professionnel.
Mais alors, pourquoi cette brusque poussée de fièvre concernant François Fillon ? Qui ne voit pas l'opération de déstabilisation à quelques semaines de la présidentielle ? "Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose", proclame Francis Bacon dans son Essai sur l'athéisme.
Interrogeons-nous maintenant sur le niveau de rémunération des enfants de parlementaires : n'est-il pas excessif ? On peut parfaitement le penser dans certains cas. Mais 1/ ce montant reste à la discrétion du parlementaire et 2/ on sort du débat sur le caractère fictif de l'emploi. Les enfants de Fillon avaient fait des études de droit, l'un d'eux a d'ailleurs obtenu son diplôme d'avocat l'année suivante. Ils avaient donc des compétences utiles pour aider leur père dans ses missions parlementaires. Il ne s'agit pas d'emplois fictifs. Or, c'est là-dessus que Fillon est attaqué.
Certains s'étonnent aussi que Pénélope Fillon n'avait pas de badge pour accéder à l'Assemblée, ni d'adresse e-mail personnalisée. J'ai travaillé durant 5 ans à l'Assemblée (entre 2002 et 2007), j'avais évidemment un badge pour accéder à mon lieu de travail, mais ce n'était pas le cas de tous mes collègues de circonscription. Je n'ai par ailleurs jamais eu d'adresse e-mail professionnelle à mon nom : j'ai toujours utilisé l'adresse des parlementaires pour lesquels j'ai travaillé.
Autres questions légitimes que se posent beaucoup de gens : pourquoi Pénélope Filllon a-t-elle été rémunérée par le suppléant de François Fillon ? A quel travail est-ce que cela correspond ? Pourquoi un salaire si élevé ? Lorsqu'un parlementaire devient ministre, il conserve un lien avec le territoire d'où il est originaire. Les collaborateurs du suppléant devenu député font souvent le lien et la navette entre la circonscription et le ministère. Et Pénélope Fillon a pu être d'autant plus sollicitée dans ce cadre que l'agenda de son mari le rendait beaucoup moins disponible. Le suppléant de François Fillon était par ailleurs peut-être davantage présent en circonscription qu'à Paris, n'ayant pas forcément les mêmes ambitions et appétences pour le travail législatif que son prédécesseur.
Enfin, un élément important : jusqu'en 2012, les députés pouvaient conserver le reliquat du crédit collaborateurs qui leur était attribué. Cet argent ne serait donc pas resté dans les caisses de l'Assemblée. Ceux qui demandent à Pénélope Fillon de "rendre l'argent" ignorent manifestement qu'il s'agirait de le rendre... à François Fillon lui-même.
Mais alors, pourquoi Pénélope Filllon a-t-elle dit qu'elle ne travaillait pas et ne s'était jamais mêlée de politique ? Peut-être simplement parce qu'elle ne considérait pas son action comme un travail, mais comme un engagement aux côtés de son mari. Il n'empêche que si elle n'avait pas été là, toutes les tâches qu'elle a accomplies auraient dû l'être par quelqu'un d'autre. En outre, un attaché parlementaire ne fait pas de politique : il travaille dans le domaine politique, mais c'est le parlementaire qui fait de la politique. Pas ses collaborateurs. Enfin, de la part de celle qui était la conjointe d'un parlementaire puis d'un ministre, il aurait été désobligeant de se présenter simplement comme "l'assistante". Pour des raisons évidentes, Pénélope Fillon ne s'est manifestement jamais considérée comme telle.
Posons-nous maintenant la question de l'orchestration de cette affaire politico-médiatique :
- le mercredi 25 janvier, le Canard Enchaîné publie un article
- le jeudi 26 janvier, le Parquet national financier ouvre une enquête judiciaire
- le vendredi 27 janvier, ce même parquet auditionne plusieurs témoins
Une vitesse absolument stupéfiante !
Pour rappel, le parquet national financier a été créé par Christiane Taubira en 2014, qui y a placé ses amis : le procureur du PNF, Eliane Houlette, était commissaire du gouvernement auprès du Conseil des ventes volontaires. Elle doit son incroyable et fulgurante promotion au Garde des Sceaux de l'époque, laquelle a également constitué une équipe de procureurs adjoints et vice-procureurs parmi ses très proches (Michel Pelegry, Ulrika Delaunay-Weiss, Patrice Amar, Monica d'Onofrio...).
Rappelons aussi qu'en France, le parquet (a fortiori le parquet national financier) n'est pas indépendant du pouvoir exécutif : les procureurs dépendent directement du ministre de la Justice, ce qui est d'ailleurs pointé du doigt par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
La vitesse avec laquelle le parquet s'est jeté sur François Fillon ne manquera pas d'interpeller tous ceux qui déplorent les lenteurs habituelles de la Justice. La perquisition de l'Assemblée nationale qui a eu lieu hier après-midi relève là encore de l'exceptionnel.
Parallèlement, quand des journalistes publient dans le livre "Nos très chers émirs" des accusations nominatives de corruption envers un ministre du Gouvernement, le même parquet reste curieusement muet. Pourquoi une telle différence de traitement ?
Face à cette situation, je suis persuadé de l'impossibilité pour Pénélope Fillon de ne pas avoir participé au travail parlementaire de son mari. Son travail n'a pas été fictif, et il dure depuis 35 ans.
Je suis aussi persuadé que cette opération de déstabilisation a été sciemment préparée et orchestrée. Je n'ai pas voulu croire à une machination envers DSK en 2011, ses propres turpitudes étant suffisantes pour provoquer la chute d'un candidat annoncé par tous comme le prochain président français. La similitude de l'acharnement qu'il a subi alors, avec l'acharnement subi aujourd'hui par François Fillon, fait naître le doute. Les mêmes officines semblent à l’œuvre. D'ailleurs, ce sont les mêmes qui en furent et en seraient les grands bénéficiaires : François Hollande et ses proches, du PS à Macron.
Et toute cette agitation éloigne les citoyens de ce qui devrait nous préoccuper à titre principal : la situation de la France, qui compte un nombre record de chômeurs, dont la Dette n'a jamais été aussi élevée, et qui n'offre aux jeunes générations que le choix entre le déclassement ou l'émigration.
Voilà pourquoi je continue plus que jamais à soutenir François Fillon. Parce que le projet qu'il porte me semble nécessaire pour redresser notre pays. Parce qu'il faut desserrer l'étau de l'étatisme. Parce qu'il faut permettre à chacun de travailler davantage s'il le souhaite pour gagner davantage. Parce qu'il faut améliorer le financement et la couverture maladie de notre assurance sociale. Parce que la France doit redevenir un interlocuteur crédible sur la scène internationale.
Et parce que je ne suis pas dupe du matraquage médiatique actuel.
NB : suite à vos remarques, j'ai rectifié à 1988 la date de fin du travail bénévole de Pénélope Fillon. Le montant total perçu sur la période 1981-2016 reste le même, donc le salaire mensuel moyen ne change pas : 1521€ net.

De Julien Aubert, député de Vaucluse :

Je lis ici et là des réactions vives sur les révélations du Canard enchaîné concernant l’épouse de François Fillon. Dans le contexte abrasif de notre époque, marquée par la méfiance généralisée, cela se comprend parfaitement et je pense d’ailleurs que c’était exactement l’effet recherché par les informateurs du Canard. Je tiens cependant à préciser quelques points, pour ceux qui n’ont pas lu mon livre « Salaud d’Elu » (#salaudelu)
– L’enveloppe collaborateur du député, qui lui sert pour fonctionner, a une origine publique mais cela n’est pas pour autant de « l’argent public ». Ce n’est pas l’origine des fonds qui lui donne son origine publique mais l’organe qui le distribue… Sinon le traitement d’un fonctionnaire ou la pension qu’on verse à un retraité seraient considérés comme de l’argent public, même après avoir été déposés sur leur compte en banque !! Je comprends bien pourquoi ceci peut paraitre discutable pour les citoyens mais je l’affirme. Preuve en est : la Cour des comptes ne contrôle pas l’usage de ces sommes, alors qu’elle est compétente pour tout usage de deniers publics – Elysée compris. En effet, si l’Assemblée est une institution publique, le député est considéré en revanche comme un employeur privé, avec des contrats de droit privé, et il est dans la même situation qu’un indépendant qui choisit – à son avantage ou à ses dépens – de travailler avec tel ou tel. Aussi choquant que cela puisse sembler – car les Français n’aiment pas le népotisme – si le député choisit de travailler avec son fils et que celui-ci est un incapable c’est tant pis pour lui. Au moment de l’élection, il risquera la faillite…
– Il est difficile d’évaluer le rôle de l’assistant parlementaire car chaque député a des besoins différents. J’ai des collègues qui ont des assistants qui répondent essentiellement au téléphone ou aux courriers ; d’autres ont des nègres ; d’autres des attachés de presse ou des conseillers politiques. En d’autres termes, tous ne produisent pas du papier…
– Sur le caractère présumé fictif de l’emploi occupé, normalement vous y avez recours lorsqu’il s’agit d’augmenter sans le dire le revenu de quelqu’un, à moindres frais. Dans le cas de François Fillon, je vois mal pourquoi il se serait donné cette peine. A l’époque des faits, la non-consommation de l’enveloppe collaborateurs revenait de droit au deputé employeur. Dès lors si l’idée était d’augmenter son revenu, nul besoin de passer par sa femme : il suffisait de n’employer personne ! C’était tout aussi légal, et encore plus simple – il économisait au passage le cout des cotisations sociales prélevées sur la même enveloppe. En revanche, vu les horaires et la vie particulière que les députés mènent, certains salarient des membres de leur famille tout simplement pour pouvoir les voir.
Voilà pourquoi avant de foncer tête baissée dans le beau scandale sorti à point nommé avant une élection capitale pour discréditer un candidat, il convient de réfléchir posément, d’attendre les éléments de justification de François Fillon sur le travail fait par sa femme et de bien comprendre toutes les implications de l’usage du crédit collaborateur. Je le dis d’autant plus sereinement que je n’ai jamais employé un membre de ma famille et que je milite pour une modification des règles d’emploi pour exclure les membres de la famille du député, afin d’éviter ce genre de polémique sans fin (j’avais d’ailleurs déposé une proposition de loi sur les collaborateurs de collectivités territoriales). A l’ère du soupçon, un député qui emploie sa femme est forcément coupable, alors que celui qui vous donne un coup de pouce pour placer la vôtre est un mec bien.
En parlant de soupçon, une dernière question pour alimenter la réflexion commune : qui pouvait avoir accès aux archives des contrat passés à l’Assemblée nationale par François Fillon, en dehors de son cercle, de manière à fournir au Canard des informations chiffrées très précises et des dates ? Et qui y avait intérêt ?

22 commentaires:

  1. C'est bien tout ça, probablement vrai, mais c'est foutu quand même! Ceux qui ont lancé l'affaire, aidés en cela par des média totalement apolitiques (pouce, j'éclate de rire), savaient comment le populo allait réagir. A noter que la gauche dans cette affaire n'est pas la plus véhémente. Elle se tient à l'écart, compte les points, voit la droite se fractionner et se dit que pour 2017 tout n'est peut-être pas perdu pour elle!
    En matière de rouerie, ce sont des Maîtres. C'est un début, après pourrait venir pourquoi pas,l'Economie par exemple.

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le populo est bien brave, mais vu sa mémoire et la cohérence de sa conduite, il peut être retourné comme une crêpe. Il faut tenir la barre, c'est tout. D'autant plus qu'une partie du populo n'avait jamais compté voter Fillon.

      Supprimer
  2. J'ai une véritable admiration pour les pianistes du petit matin quand plus personne n'écoute.

    RépondreSupprimer
  3. En 2007, Penelope Fillon a déclaré textuellement : « je n'ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre-là ». (« quoi que ce soit de ce genre-là ») Il me semble que cette sale affaire est disqualifiante pour M. Fillon. (Elle le serait dans de nombreux pays.) Ce qui me choque le plus, comme je me plais à le dire un peu partout, ce n'est pas la malhonnêteté qu'elle révèle, mais le manque d'intelligence politique de M. Fillon qui a cru que cette situation ne porterait pas préjudice à sa carrière.
    Moi, ce qui m'agace légèrement, ce sont les gens qui s'accrochent à M. Fillon comme si c'était une planche de salut, et la prétention du candidat des Républicains qui affirme être le seul à pouvoir porter les idées qu'il défend (assez mal, me semble-t-il).
    L'élection n'a pas encore eu lieu. Le résultat n'est pas plié parce que Fillon est éliminé.
    Il y a d'autres valeureux candidats que ceux qui sont omniprésents dans les médias que vous fustigez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il y a d'autres valeureux candidats" Ah bon ? Alors ils sont bien discrets ! Leur discrétion, si elle est louable, a tout de même un inconvénient : celui de les mettre dans la totale incapacité de gagner.

      Supprimer
    2. C'est à nous, valeureux citoyens, de nous renseigner, et de ne pas dépendre uniquement des grands médias pour notre information.

      Supprimer
  4. (Enfin « textuellement » pas tout à fait, puisqu'elle l'a déclaré en anglais. Je ne suis pas allé vérifier l'original mais je suis sûr que la traduction est assez fidèle. Je me suis contenté de copier-coller l'extrait d'un commentaire trouvé ici : http://hoplite.hautetfort.com/archive/2017/01/29/blitzkrieg-5904674.html#comments)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste à savoir ce qu'en anglais, langue qu'elle domine, Mme Fillon entend par "assistant". Dans la même interview, elle dit avoir tracté, visité des maisons de retraite, etc.

      Supprimer
    2. elle entend peut-être quelqu'un qui assiste. Elle a peut-être aussi voulu dire qu'elle ne faisait pas partie des proches collaborateurs de son mari. Connaissant l'expression française « assistant parlementaire », elle a peut-être tout simplement voulu dire qu'elle n'était pas l'assistante parlementaire de son mari (or anything). Donc que son aide n'était pas une aide professionnelle.

      Supprimer
  5. Décidément, Jacques, vous aggravez votre cas d'abruti, brillant certes (etc.).
    Je dois sans aucun doute être aussi un abruti car, comme c'est souvent le cas, je partage votre vision des choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rupert ! Dans un monde presque uniquement peuplé d'esprits fins et perspicaces, on est heureux d'apprendre qu'on n'est pas le seul abruti !

      Supprimer
  6. Calomniez, calomniez, il en restera quelque chose.
    C'est l'intérêt de cet acharnement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais tout passe, tout lasse, même le plus haineux des acharnements.

      Supprimer
  7. Il y a un truc qui me turlupine.
    Tout ce cirque autour de Fillon a été déclenché par un article dans un journal. Est-ce que c'est aux journalistes d'enquêter et de révéler des malversations et ensuite aux institutions de suivre? et non pas l'inverse.
    Au Parquet National Financier ces aimables fonctionnaires lisent le journal et ensuite ils interviennent. Leur agenda est déterminé par le Canard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu qu'il infléchit déjà la politique de ce pays, ne serait-il pas souhaitable qu'il se présente aux présidentielles ?

      Supprimer
  8. Bien vu M. des Collines !
    Aristide a lui aussi un avis très sage , qui pointe
    la nécéssaire faiblesse humaine chez les politiques .
    C ' est là : http://aristidebis.blogspot.fr/2017/01/chronique-de-la-rapacite-ordinaire.html

    Bonne soirée
    Labolisbiotifool

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se trouve qu'en l'occurrence je ne partage pas la vision de M. Aristide.

      Supprimer
  9. Pour ma part, il me suffit de voir de quel acharnement il est l'objet et la victime pour comprendre qu'il ferait - ou aurait pu faire - un bon président. Cette preuve est en soi irréfutable. La raison pour laquelle on l'attaque ainsi est pourtant simple: il pourrait/aurait pu être élu assez largement, et donc bénéficier à ce titre d'une certaine indépendance par rapport au "système", national et étranger. Cela suffisait à le disqualifier. Sans sympathie particulière pour FF, je souhaiterais néanmoins qu'il réussît, car attaqué comme il l'a été il ne peut sortir de l'épreuve que mieux trempé, et donc plus apte à prendre les rennes du pouvoir. Sauf retournement, cela semble toutefois aujourd'hui assez peu probable. Félicitations en tout cas pour votre clairvoyance et honnêteté intellectuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je ne partage cependant pas votre pessimisme. S'il jetait l'éponge ce serait dommage pour la France. D'un autre côté s'il n'était pas capable de résister aux aboiements d'une meute de journaleux, comment aurait-il, une fois élu, le courage de garder le cap qu'indiquent ses discours ? J'espère donc qu'il tiendra et qu'un mouvement de soutien succédera à l'agitation des chacals et au tournoiement des girouettes.

      Supprimer
    2. Je forme le même vœu que vous, tout bien réfléchi. Un baptême du feu, même tardif, est toujours salutaire - et cela ne lui manquait que trop. S'il s'efface c'est qu'il n'avait guère l'étoffe, s'il sait faire face il en sortira grandi, trempé et aguerri. Une élection présidentielle ne se décide ni à la corbeille, ni dans les salles de rédaction. Il y a forcément des moments où il faut savoir jouer, crânement, son va-tout. Quant au sursaut de soutien, malheureusement, ne rêvons point, cela ne lui sera donné que par surcroît...
      Quoi qu'il advienne, encore bravo pour l'aimable dignité toute française de votre blog

      Supprimer
    3. Que vous dirais-je sinon merci ? Je suis en effet Français. Et en disant cela,je sais de quoi je parle.

      Supprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.