..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 4 février 2017

Faux débat

La France connaît une croissance molle et un taux de chômage élevé. Comment en sortir ? La solution est simple si j'en crois les distingués économistes qui doctement débattaient dans le cadre de l'émission On n'arrête pas l'éco* sur le fleuron de la radiodiffusion de service public. C'est l'immigration. Elle ne coûte rien, elle rapporte même et fait progresser le PIB. C'est indéniable : selon l'un des deux clowns de service, 1 % d'immigration entraînerait 1 % d'augmentation du PIB. De plus, sans le faire baisser, elle n'augmenterait pas le chômage. Admettons. On ne voit pas très bien comment ça peut faire avancer le schmilblick car au niveau du PIB par habitant c'est la stagnation.

Si on suit ce raisonnement, en laissant entrer en Doulce France 66 millions d'immigrés, on doublerait le PIB et cette France de 132 millions d'habitants deviendrait, devant le Japon, la 3e économie mondiale. Ce qui nous ferait la jambe belle, vu que les habitants (pourrait-on encore parler de Français?) ne verraient aucune amélioration de leur situation économique.

Bien entendu, mon extrapolation est ridicule. Il est évident qu'en un court laps de temps il serait rigoureusement impossible de laisser rentrer des dizaines de millions de personnes sur notre territoire sans que s'y installe le chaos. Elle n'a pour but que de montrer le côté absurde du raisonnement de ce distingué économiste.

Quand bien même 1% d'immigrés amènerait 2% de croissance, ces raisonnements purement économiques omettent de prendre en compte les données culturelles du problème. Si les dits immigrés (ou migrants) venaient de pays de cultures très éloignées de la nôtre, il serait difficile voire impossible que notre société ne devienne multiculturelle avec tous les risques qu'entraîne la juxtaposition de gens aux mœurs et croyances différentes sur un même territoire.

La question n'est donc pas de savoir si l'immigration est ou non rentable mais de choisir le type de société que nous voulons. Et cela dépasse le seul problème de l'immigration. Les politiques tendent à confiner le débat au seul champ économique. Ce faisant, ils se transforment en petits comptables dont les actions ne tendraient qu'à renouer avec la sacro-sainte croissance, seule susceptible de résoudre en deux coups les gros tous les problèmes du pays.

Il me semble qu'une nation a plus besoin de croire en en elle-même et en son avenir qu'en un taux de croissance. Ce qui n'exclut pas l'on se préoccupe de la rigueur de la gestion économique, bien entendu.

* On n'arrête pas les cons non plus !

7 commentaires:

  1. Merci, oncle Jacques pour ce bel effort pour essayer de nous ramener aux vrais débats !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, bien sûr : c'est depuis que les politiques se sont transformés en économistes ( ce qu'ils ne sont pas : même les énarques n'ont qu'une formation de gestionnaires, pas d'économistes) qu'ils ont perdu tout crédit. En laissant la vision de l'homme comme simple agent économique prendre le pas sur celle de l'homme comme citoyen, ils n'ont pas compris qu'ils se rendaient eux-mêmes inutiles.

    RépondreSupprimer
  3. "Un groupe de loups, c'est une horde. Un groupe de vaches, c'est un troupeau. Un groupe d'hommes, c'est souvent une bande de cons." (Philippe Geluck)

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.