..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 10 septembre 2014

Mon père, ce héros ? (Reconstitution d’un puzzle) (2)



Comme disait l’autre, "les sirènes du port d’Alexandrie chantent encore la même mélodie (wowo), les lumières du phare d’Alexandrie font naufrager les papillons de ma jeunesse (Ha !)"… Tout ça c’est bien beau mais la mélodie des sirènes lasse à la longue et une fois que les papillons ont fini de naufrager, on s’emmerde en Égypte. Et puis on est bien ennuyé. Car l’Amiral est fidèle à Pétain et il suffirait de descendre la passerelle du cuirassier pour rejoindre la France Libre. On vous y encourage même. J’ai lu un jour un tract que mon père avait conservé : il enjoignait aux marins de déserter afin de retourner au combat sous peine de se voir, la victoire venue, invités à quitter la marine. Seulement, contrairement à aujourd’hui, à cette époque les héros étaient rares. Il faut dire que jusqu’en quarante-trois, l’issue de la guerre était plus qu’incertaine, miser sur le mauvais cheval pouvait porter à conséquences. Et puis surtout, je crois qu’un jeune homme entre vingt et vingt deux ans qui a passé sa jeunesse en pension et le reste dans la Marine préférerait découvrir un peu ce qu’est la vie plutôt que d’aller au casse-pipe pour une cause si noble soit-elle…

Mon père ne déserta pas mais en juin 1943 l’amiral se rallia à Alger où depuis le débarquement allié de novembre 1942 s’était déroulé un mic-mac politique d’une complexité rare. L’amiral Darlan une fois assassiné, la préférence américaine alla au général Giraud avant que sous l’impulsion de Jean Moulin un accord soit trouvé entre Giraud et De Gaulle qui se partageront un temps le pouvoir. Entrer dans les détails de cet imbroglio politique serait long mais instructif tant à l’époque les lignes sont encore bien délicates à tracer et changeantes  entre gaullistes et crypto-pétainistes. Donc, l’escadre quitte, non sans mal, Alexandrie : trois ans d’immobilisation avaient permis à des colonies de coquillages d’en bloquer les hélices. Traversant le canal de Suez, via le Cap de Bonne-Espérance et Dakar, le  Lorraine rejoindra l’Algérie et son armement y sera  modifié à Oran en 1944 avant de participer au débarquement de Provence et à la libération de Toulon. Je suppose que mon père a participé à ces opérations bien qu’il n’en ait jamais parlé. Auparavant, l’amiral Godfroy, dans le cadre de l’élimination des giraudiste se verra mis en retraite d’office par décret  en décembre 43 (ce décret sera annulée par le conseil d’état en 1953).

La guerre finie, toujours marin, il rencontra ma mère et l’épousa en novembre 1945. Le 26 mars 1946, fut votée la loi de « Dégagement des cadres ». La démobilisation avait pour conséquence logique la réduction de l’encadrement. Dire que le choix des dégagés ait été totalement exempt d’arrière-pensées politiques serait faire preuve d’une grande innocence. Officier marinier, mon père se retrouva sur le carreau. Enfin, pas tout à fait : on lui laissa le choix entre la porte et le volontariat pour l’Indochine. Jeune marié, ayant eu sa dose d’exotisme, il choisit la porte. Ainsi s’achevèrent sept ans et demi d’ « aventures ».

Résumons-nous : mon père ne fut pas de ceux qui, habités par un idéal supérieur (ou simplement dévorés par l’envie d’en découdre), se ruèrent vers les combats. En fait, il suivit le  mouvement. Un amiral gaulliste en aurait fait un Français Libre et par conséquent un héros (peut-être même un héros mort, ce qui est encore plus beau). La prudence  amena son chef à un ralliement relativement tardif qui ne lui valut rien de bon. A terme, ceux qui lui avaient obéi connurent le même sort. Ces temps étaient aussi complexes que troublés. Que les Américains aient porté au pouvoir Darlan, qu’ils aient ensuite accordé leur préférence à Giraud, deux grands chefs militaires dont l’hostilité à Vichy manquait  pour le moins d’évidence, en est la preuve. Dieu merci, soixante-dix ans ayant passé, tout est devenu limpide et d’une simplicité biblique : les alliés n’ont jamais cessé d’être droits dans leurs bottes et le camp du bien clairement défini.

Qu’aurais-je fait en de telles circonstances ? Je n’en sais rien. Sauf invention de la machine à remonter le temps je n’aurai jamais 18 ans en 1938 (et même en ce cas, au cas où on me le proposerait, je ne suis pas certain d’avoir envie de monter dans ce foutu engin). Je pense que comme l’immense majorité des gens, je serais resté dans l’expectative en tentant de survivre là où les hasards de l’existence m’auraient placé.

Oh, et puis tiens, puisqu’en France tout est censé se terminer par des chansons, un petit Brassens en guise de conclusion. A noter que cette chanson, en nos temps de grand héroïsme, aurait bien du mal à connaître le succès…


17 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas cette chanson mais uniquement celle qui dit "mourir pour ses idées, oui, mais de mort lente".

    RépondreSupprimer
  2. elle est chouette cette chanson, pas assez connue vous avez raison , c'est vrai qu'à l'époque c'était un peu le hasard qui faisait les larrons, mon père est resté aux pompiers de Paris, tranquille, si on peu dire tandis que mon beau père, après les maquis Lorrains est parti avec la division Leclerc vers lAllemagne puis vers l'indochine, l'Algérie et petit maquisard- paysan, à force d'école de guerre et de batailles diverses et variées à pris sa retraite comme colonel, beau parcours non ! je ne sais pas ce que nous pourrions choisir aujourd'hui, il y avait plus de gens indécis et prudents que de héros et de salauds , par contre ,les résistants de la dernière heure me font toujours doucement rigoler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, ces gens-là ne me font pas rire. Je les soupçonne d'avoir été bien nombreux et d'avoir beaucoup nuit.

      Supprimer
  3. Il faut lire Giraud "Un seul but la victoire" (Julliard 1949, 384p.) pour déchiffrer l'histoire du gouvernement d'Alger.

    Le complot du silence ourdi par les gaullistes voulut effacer des chroniques les peines et soins de l'homme qui avait préparé le débarquement américain en Afrique, qui avait libéré la Corse sans les Américains, qui avait refait l'armée française avec les Américains. Finalement il eut après-guerre le destin du commandant Kieffer, lui aussi grand oublié volontaire, qui s'en f...... !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il eut quand même des obsèques nationales... L'imbroglio d'Alger est souvent passé sous silence. Il est vrai qu'il ne s'inscrit pas dans le droit fil de la légende gaullienne...

      Supprimer
  4. "Le petit Brassens" n'apparait pas à mon écran.
    De quelle chanson s'agit-il ?
    La tondue ?
    Les deux oncles ?

    Et pour un puzzle, deux morceaux c'est peu ...

    RépondreSupprimer
  5. "... trois ans d’immobilisation avaient permis à des colonies de coquillageS d’en bloquer les hélices".
    Et pas de Saint-Jacques ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'étais de mauvaise foi, je vous dirais qu'il s'agissait d'une multitude de colonies formées chacune d'un seul coquillage mais comme je ne le suis pas, je me contente de corriger.

      Pour ce qui est des Saint-Jacques, mon père n'en a jamais parlé. Et puis ces coquillages ne se fixant pas, c'eût été étonnant...

      Supprimer
    2. Pas de Saint-Jacques pour les coquilles de noix ...

      Supprimer
  6. Il a bien raison le vieux Georges, rien ne saurait dépasser en stupidité cette manie de se
    massacrer entre gens qui ne se connaissent même pas. Je suis un peu dans le même cas
    que vous, mon paternel, qui avait à peu près le même âge que le votre, a eu pour seul souci,
    pendant la guerre, celui de rester en vie. Ce sont eux, les héros, car eussent-ils succombé aux
    sirènes d'un patriotisme belliqueux qu'ils y auraient sans doute laissé leur peau et nous ne
    serions donc pas là pour en parler. J'espère que tout le monde se rend bien compte des
    services inappréciables qu'ils ont ainsi rendus à la France...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère comme vous. Ce ne serait que justice de leur décerner un grade élevé dans la Légion d'honneur à titre posthume.

      Supprimer
  7. Rester enfermé dans cuirassé en Egypte en plein soleil, devait être harassant, les 40 degrés devaient être atteints facilement dans une coque en métal chauffée en permanence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassurez-vous Grandpas : ils avaient droit de sortie ! Mais bon, Alexandrie, c'est comme tous les ports : on en a vite fait le tour...

      Supprimer
  8. Au fait, Jacques, j'ai retrouvé votre voiture.

    RépondreSupprimer
  9. Ah merci ! Grâce à vous on a bien saisi "... la distance qui existe entre la version manichéenne qu’on nous vend aujourd’hui et ce que fut la réalité d’hommes pris dans une tourmente dont les enjeux les dépassaient et à qui leur marge de manœuvre paraissait aussi réduite que celle d’un bouchon flottant sur l’océan."
    EDIFIANT !

    RépondreSupprimer