..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 3 septembre 2014

L'Islande



Qu’est-ce que l’Islande sinon une petite Mongolie maritime peuplée de Scandinaves ?  Située au milieu de nulle part, ou de l’Atlantique-Nord ce qui revient au même, ce pays fait tout pour rebuter d’éventuels immigrants ou visiteurs. S’appeler « Terre de glace » alors qu’à Reykjavik la température maximale atteint allègrement les 13° C en juillet est rusé ! Une autre astuce employée pour éloigner les importuns est de donner aux villes des noms absolument imprononçables et difficilement lisibles. Ainsi lorsque vous essayez de vous renseigner sur les attraits de Seydisfjördur, bourgade qui, il faut bien le reconnaître n’en présente aucun, après quelques tentatives infructueuses de taper son nom dans un moteur de recherches vous vous dites qu’en fait vous passeriez de meilleures vacances à la Grande-Motte. Et vous feriez bien.  Car le pays est volcanique en diable, son point culminant est le Hvannadalshnjúkur (2109 m.), volcan dont il faut probablement plus de temps pour prononcer correctement le nom que pour en escalader les pentes. Seulement dix pour cent du territoire est couvert de glaciers (ce qui prouve, si nécessaire, la mauvaise foi des « Terre de Glaçais »). Les geysers, sources jaillissantes et intermittentes d’eau chaude  sont supposés être une autre « attraction » du pays. Si vous aimez les jets d’eaux, allez plutôt voir celui de Genève qui a le mérite d’être constant et de ne pas ébouillanter. Pour évacuer l’eau des incessantes précipitations, de nombreux fleuves parcourent les paysages arides du pays avant de se jeter via des fjords dans l’Océan.  Presque deux-tiers des 320 000 Islandais vivraient dans la capitale, Reykjavik,  et son agglomération,  pratiquement tout le reste réside dans des bleds de mort qui donneraient à Romorantin ou Châteauroux des airs de mégalopoles. Avec pour conséquence de faire du reste du pays un quasi-désert.

La colonisation de l’île par les Scandinaves débuta à la fin du IXe siècle. L’histoire de ce pays est une longue suite de catastrophes. Guerres intestines, épidémies (peste noire (1402-1404 et de nouveau en 1494-1495), variole au XVIIIe siècle), famine suite, en 1783, à l’explosion d’un volcan qui causa la mort de la moitié du bétail et d’un quart de la population : que des misères !  Du point de vue politique, ce ne fut pas mieux, rattaché en 1262 au royaume de Norvège, l’Islande finit, suite aux vicissitudes des unions et désunions scandinaves, par tomber dans l’escarcelle du Danemark avant de devenir en 1918 un royaume lié à son ancien protecteur. En 1944, la république fut finalement proclamée après que l’île eut été occupée pendant la guerre par les Britanniques puis les Étatsuniens. Elle entama alors, grâce au plan Marshall et à l’industrialisation de la pêche, une période de prospérité qui allait la mener à devenir un des pays les plus riches du monde en matière de PNB par tête. Comme quoi, dans la vie d’un peuple, il faut savoir être patient… Hélas, ayant un peu forcé sur la spéculation financière, la crise de 2008 la toucha cruellement. Comme quoi, rien n’est jamais acquis à l’homme…

L’économie Islandaise est basée sur la pêche et l’industrie de l’aluminium. La géothermie autorise l’Islandais et à l’islandaise à ne pas trop se cailler les miches lors de leurs ébats et est utilisée pour la production d’une électricité qui leur permet de voir ce qu’ils font (en plus de fondre l’alu).  L’élevage séculaire du mouton a eu pour conséquences une déforestation massive et une aridité des sols. Toutefois, la rumeur selon laquelle le mouton islandais serait muni de lunettes vertes lui permettant de brouter les cailloux serait infondée. La toison de ces aimables ruminants permet la confection et l’exportation de tricots plutôt rigolos d’aspect.

Du point de vue culturel, les Islandais parlent une langue que l’isolement a conservée proche du vieux norrois ce qui leur permettrait de discuter sans problèmes avec les habitants des Îles Féroé si ces derniers ne manquaient totalement de conversation et étaient un peu plus près. L’Islandais ne porte pas de nom de famille mais le prénom de son père suivi de –son, ce qui est inadmissible au XXIe siècle. La littérature islandaise fut prospère au Moyen-âge ou nombre de poèmes et sagas furent écrites. Depuis, pas grand-chose à signaler à part  Halldór Laxness (prix Nobel de littérature 1955) que ceux qui l’ont lu connaissent. Ce serait bien le diable cependant que n’aient pas été écrits quelques poèmes, romans ou traités consacrés à la morue, au mouton, à la géothermie, à l’aluminium ou aux tricots… Pour ce qui est de la peinture, elle est surtout composée de faux. Pour le reste…

De tout ça, il ressort qu’un voyage en Islande demande au touriste d’avoir des goûts un peu particuliers. Mais quand on raffole des fjords, qu’on est transporté à la vue de geysers, de glaciers, de terres arides et de volcans, qu’on rêve de visiter des usines de congélation de poisson, des fonderies d’aluminium ou des centrales géothermiques, que la seule vue d’un mouton vous ravit, qu’on a bien envie de perfectionner le norrois qu’on a acquis aux Îles Féroé, ça peut être tentant… Attention toutefois à ce que l’éruption catastrophique d’un des nombreux volcans aux noms improbables ne vous retienne pas trop longtemps : vous pourriez vous en lasser.

21 commentaires:

  1. Que diantre mon Cher Jacques tendez vous la perche pour faire battre ?
    N'oubliez pas que dorénavant des ébats ne sauraient sans être louches se limiter à un homme et une femme fussent ils islandais ...
    Donc votre propos est insidieusement homophobe, ce qui après quelques récentes polémiques sur vos allusions racistes fort heureusement relevées par de vigilants lecteurs ne plaide guère en votre faveur pour une entrée à l'Académie Française !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que j'ai légèrement tendance à penser en hétéro. Peut-être qu'une bonne rééducation me fera changer...
      Vous croyez vraiment que mes chances de devenir immortel sont compromises ?

      Supprimer
  2. Ce qu'il y a d'amusant dans ce petit pays, c'est que tout le monde ou presque a ou a eu un membre de sa famille au gouvernement.
    Une vraie république égalitaire en somme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rendu possible par une faible population et aussi le fait qu'ils sont très férus de généalogie.

      Supprimer
  3. Bon j'y vais ! On ne sait jamais, ça peut marcher plusieurs fois avec une escadrille de cette qualité :

    -"Terre de glace" répulsive à l'immigration ? Comme si l'immigration ne POUVAIT provenir QUE (c'est moi qui accentue...) des pays chauds ! Racisme ordinaire !
    -"... bleds de mort" Je ne commente même pas la minoration déguisée de la majuscule tant le procédé est grossier.
    -"peste noire..." transparent !
    -Toutes les dates de catastrophes que vous mentionnez peuvent par le simple ajout ou retrait d'un nombre cabalistique être reliées à des dates-clefs de l'Hégire.
    "Halldór Laxness" est l'anagramme à peine transformée d'une organisation complice de la bienpensance...
    -Jacques Etienne est une référence DIRECTE au cousin d'Etienne Marcel qui s'est opposé à l'apposition d' accents sur les majuscules.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que tout le monde n'a pas votre capacité à débusquer les arrière-pensées, sinon il y a longtemps que certains auraient réclamé ma pendaison !
      Vous m'avez bien amusé !

      Supprimer
  4. Dans la série des catastrophes s'étant abattues sur cette île, vous avez oublié Björk, qui serait paraît-il une chanteuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, vous savez, après Pauline (Carton), j'ai cessé de m'intéresser à la chanson...

      Supprimer
  5. Ma foi c'est imparable...

    RépondreSupprimer
  6. Heu ...je répondais à Léon bien sûr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas absolument indispensable que vous me répondiez fredi. Voyez-vous le billet précédent suffit à ma gloire pour le reste de la semaine. Imaginez un peu : ROBERT MARCHENOIR LIT LES COMMENTAIRES DE Léon CHEZ JACQUES ! Vous voyez qui est Marchenoir ? Il à son rond de serviette quand il veut au Forum du PI, attendu comme le Messie apportant la vraie parole libérale libre. Vous voyez la bombe ? ROBERT COMMENTE LEON CHEZ JACQUES ! C'est du lourd ! Vous voyez qui est Léon, a contrario ? Une sorte de paillasson domestique placé à l'entrée des blogs de bonne réputation par le Maître des lieux. On s'y essuie distraitement les pieds avant de passer au salon entre gens de bonne compagnie. ROBERT MARCHENOIR REPOND A LEON ? CON FINI ET TROLL EN RESIDENCE CHEZ JACQUES ! Moi, le faux Léon, après avoir détruit le vrai Léon chez Goux, m'être fait virer de chez GOUX (même pas la reconnaissance du tyran libéré), GEORGES, JEGOU, SUZANNE... ROBERT MARCHENOIR... ME PARLE.

      Supprimer
    2. virer de chez GOUX

      Tout comme moi.
      Ça nous fait un point commun.
      Faut dire que j'avais un peu forcé la dose. Depuis, sur les conseils avisés du sieur Nicolas, je traîne dans ses indésirables.
      Brave homme. Mon seul regret c'est que jamais je ne partagerai sa cave.

      Supprimer
    3. Moi je ne vire personne et surtout pas les Léon, vrais ou pas. Je manque peut-être de susceptibilité...

      Supprimer
  7. Vous avez tout à fait raison d'appeler l'attention sur les risques potentiels du voyage dans ce pays de moutons à geysers. Je me souviens notamment de l'éruption du volcan Eyjafjallajtankül, voilà quelques années, laquelle perturba durablement la circulation aérienne dans toute l'Europe du Nord. Et présentement c'est le volcan Bunga-Bunga, cher à l'ami Silvio, qui manifeste l'intention de faire des siennes. Comme destination de vacances, on doit sans doute pouvoir trouver mieux.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Nouratin, je ne suis pas certain que votre plaisanterie sur le nom du catastrophique volcan qui provoqua tant de misère en 2010 ait été notée par tous.

      Supprimer
  8. Vous avez oublié cette spécialité culinaire inoubliable qu'est le requin faisandé

    http://www.toolito.com/hakarl-du-requin-au-menu-en-islande/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oubli d'autant plus stupide que j'en mange un peu tous les matins au petit déjeuner !

      Supprimer
  9. Quelques précisions quand même, histoire de rétablir la réputation de ce brave petit pays que vous écorniflez aimablement.
    L'islandais est cultivé. En moyenne, chaque foyer islandais possède au moins 300 livres, y compris ceux qui vivent dans des fermes isolées.
    L'islandais est la dernière langue classique qui ne soit pas morte. Elle n'a pas été modifiée depuis le IXème siècle et a contrario de pas mal de langues européennes, elle refuse l'introduction de mots étrangers. Ainsi, "téléphone" se dit "simi" (le fil qui relie).
    L'éruption de 1783, qui se trouve provenir du même volcan qui cloua les avions au sol il y a peu, est responsable, de la révolution dite française qui ravagea notre beau pays. Le panache de fumées, l'épandage de scories qui s'en suivit, causa en Europe la perte des récoltes pour cette année, et de très mauvaises les deux années suivantes. Causant de sérieuses disettes avec leurs cortèges de misères sociales.

    Sinon l'Islande fait partie de mes destinations de rêve, puisque je voue une haine farouche à la chaleur et à l'astre qui en est la cause, fondant littéralement lorsque le mercure frôle les 25°.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Amiral, tu va dans le sens de notre amie commune, la célèbre Minijupe, qui passe ses vacances dans ce pays, en est amoureuse et attends impatiemment tous les 6mois le temps d'y retourner !

      Supprimer
    2. Merci pour ces précisions, Amiral ! J'ignorais les ravages causés en Europe par l'éruption de 1783. J'étais au courant des disettes mais non de leur origine. Il semblerait donc qu'il n'y a pas que l'homme pour créer des catastrophes climatiques. Je me pose souvent la question de savoir si les écolos ne seraient pas les mouches d'un coche planétaire qu'ils prétendent sauver. Ce qui ne dispense pas d'éviter de faire n'importe quoi.
      Bien que redoutant comme vous la chaleur, la fraîcheur des collines me suffit, celle de l'Islande dépasse les exigences de mon confort... Et puis, les vacances, hein... Quand on vit au paradis pourquoi se rendre au purgatoire ?

      Supprimer