..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 16 septembre 2014

Incroyables excès !



Peu de gens le savent (j’ai réussi à échapper aux paparazzis !) mais en plus de la célébrissime Daimler, je suis l’heureux et fier propriétaire d’un magnifique break  Ford Focus nommé Bôbrèque II, roi des Bôbrèques (il a succédé à Bôbrèque, premier roi des Bôbrèques, un break Ford Escort qui me servit avec zèle et fidélité des années durant). Né en 2002, B II se montre d’une fiabilité exemplaire si ce n’est que son compteur de vitesse a, depuis les quatre années  qu’il est à mon service, toujours eu une légère tendance à poser des problèmes : il lui arrive de brusquement tomber à zéro. Ça ne dure que de quelques secondes à quelques minutes, mais c’est toujours ennuyeux car vue la manie qui a pris ces dernières années, pour notre bien, nos chères autorités de placer des radars un peu partout et de préférence là où rouler un peu vite ne pose aucun problème, être ignorant de la vitesse à laquelle on circule peut être coûteux en argent comme en points. Surtout que votre serviteur, quand ses pensées sont absorbées par les grands problèmes de ce monde (voracité de la piéride, fourberie de l’Islandais ou du Mongol, problèmes de cœurs de ses lectrices, etc.), tend à confier la conduite de son véhicule à un pilote automatique situé dans des zones reculées de son cerveau, lequel a le pied un peu lourd sur l’accélérateur, ce qui l’a parfois amené à des excès de vitesse qui, s’ils avaient eu des témoins malveillants, lui eussent valu un retrait de permis immédiat.

Il est particulièrement délicat de remédier à ces pannes très intermittentes (elles peuvent s’espacer de plusieurs mois) car la seule approche d’un garage  les fait  immédiatement disparaître. De plus, il est facile de palier ses effets : le compte-tours fonctionnant parfaitement, je sais qu’à 2000 tours, en 3e je roule à 50, en 4e à 70 et en 5e à 90 km/h. Je m’en accommodais donc… Jusqu’à ce que vendredi dernier le compteur se mit à donner à ses facéties ordinaires une dimension nouvelle : non seulement il tombait à 0 mais ensuite l’aiguille se mettait brusquement à passer de l’autre côté du cadran pour indiquer l’improbable vitesse de 220 km/h avant de retomber à zéro et que toute indication de distance parcourue (partielle comme totale) cessât de s’afficher digitalement. De même un Voyant Orange Non Identifié (VONI) s’alluma. Je crus prudent de m’arrêter afin de vérifier s’il annonçait la prochaine désintégration  du véhicule ou une simple usure anormale de la glafougnette de girovagation, problème d’autant moins grave qu’une telle pièce a le défaut capital de ne pas exister. La consultation du manuel m’apprit qu’il s’agissait du voyant de moteur, qu’au cas où il demeurerait allumé lorsque ce dernier tourne il serait bon de rendre une visite au concessionnaire du coin et qu’au cas où il se mettrait à clignoter la prudence conseillerait qu’on se rendît fissa-fissa chez M. Ford. Vu qu’il ne clignotait pas plus que la proverbiale courbe ne s’inverse, je poursuivis ma route.

Il n’empêche que voir que, selon l’instrument de bord, je parcours les routes sinueuses du bocage à 220 à l’heure a un côté amusant. Toutefois, mon mépris des voyants et des bruits intempestifs m’ayant plusieurs fois amené à me retrouver sur le bord de la route ou de l’autoroute auprès d’un véhicule au moteur fumant, j’ai pris la sage décision de convenir d’un  rendez-vous avec le bon garagiste afin qu’un diagnostique soit établi avec le faible espoir qu’il trouve une origine à ces petits maux.  Il faut croire que vieillir me rend bien frileux…

23 commentaires:

  1. J'ai la solution à vos problèmes : la Jaguar type D.

    http://www.telegraph.co.uk/motoring/goodwood-revival/11043073/1954-Jaguar-D-type-prototype-first-drive.html

    Elle n'a pas du tout de compteur de vitesse, comme ça vous ne serez pas emmerdé. Il y a juste des repères sur le compte-tours, vous connaissez déjà la méthode. En plus, ça m'étonnerait bien qu'elle ait des voyants orange non identifiés ou d'autres merdouilles de ce genre.

    C'est le genre de bagnole, quand elle tombe en panne, elle explose. Vous n'avez pas à vous faire chier avec des garagistes à la con.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais pour apporter des gravats à la déchetterie, je ne suis pas certain que ce véhicule soit tout à fait adapté...

      Supprimer
    2. Il suffit de demander. Pour apporter les gravats à la déchetterie, et autres usages réclamant un véhicule robuste, je vous conseille le Foxhound :

      http://www.telegraph.co.uk/finance/markets/questor/11098853/Exclusive-Inside-the-Foxhound-light-patrol-vehicle-the-Armys-Snatch-Land-Rover-replacement.html

      Avantage supplémentaire : si les écolos vous cassent un peu trop les pieds, vous pouvez monter une mitrailleuse dessus pour leur montrer ce que vous pensez du développement durable.

      Supprimer
  2. J'espère que cela vous incitera, lors de votre prochaine visite chez nous, à venir à bord de la Daimler ! Ne serait-ce que pour faire croire à mes voisins que j'ai des amis nageant dans l'opulence la plus arrogante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos espérances étant des ordres, je les exaucerai. Si vous pensez que cela rehausserait votre prestige, nous pourrions même envisager de faire le tour du Plessis à son bord, moi klaxonnant et vous bénissant la foule par le toit ouvrant...

      Supprimer
  3. Mon C15 dont je n'ose avouer l'âge (disons qu'il est majeur depuis belle lurette) a, lui aussi, de ces coquetteries. Chez lui, c'est la jauge de fuel dont l'aguille est fantaisiste. Ce qui oblige a garder l'œil sur le compteur kilométrique pour refaire le plein de temps en temps. Mais il est de bonne composition. Je le soupçonne même de continuer de rouler même avec le réservoir à sec. Juste pour ne pas m'abandonner au bord de la route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha... entre ceux qui mesurent la vitesse avec un compte-tours et ceux qui vérifient le niveau d'essence avec le compteur kilométrique... j'attends celui qui va mesurer la température de l'air, le matin, avec la balance à artichauts... pour ma part, veuillez m'excuser, je dois prendre mon marteau pour repeindre mon plafond...

      Supprimer
    2. @ Pangloss : La bonté d'âme de votre C 15 fait chaud au coeur : tout n'est pas perdu en ce pauvre pays !

      Supprimer
    3. @ Robert : Prenez soin de choisir un marteau adapté ! La peinture des plafonds est une entreprise délicate et rarement réussie...

      Supprimer
    4. Robert !

      Accroche-toi au marteau, j'retire l'échelle ...

      Supprimer
  4. C'est ainsi votre magnifique break a une âme de joyeux drille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien contre un peu de saine bonne humeur, seulement là, je trouve qu'il exagère !

      Supprimer
  5. Mon précédent coupé sport -une Twingo II- avait le même problème, sans compte-tours. C'est à la vitesse d'autrui et donc à l'oreille que je devais me fier.

    Je n'ai pas eu de problème avec la maréchaussée.

    RépondreSupprimer
  6. Mon Dieu Mon Dieu, vous existez donc pour les inconscients de la route ?

    RépondreSupprimer
  7. On ne soulignera jamais assez la fourberie des islandais, qui n'a d'équivalent que chez les patagons à pieds plats.

    RépondreSupprimer
  8. Argllll, Depuis que je suis incapable de changer un pneu, je crains de m'aventurer hors de chez moi (pusillanime, n'est-il pas?). La dernière fois, un pneu avait crevé alors que j'étais au supermarché à 6 km de chez moi et en plus un jour férié...J'ai été secourue par un trentenaire charmant qui a estimé que secourir une vieille dame en détresse lui permettrait d'expliquer à sa femme pourquoi il n(avait pas fait les courses prévues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassurez-vous : on crève de moins en moins. Et puis il y a des bombes qui permettent une réparation temporaire sans changer la roue...

      Supprimer
  9. Ces constructeurs d'automobile sont devenus de véritables tortionnaires. Du temps de ma 4CV de 1952 on ne se posait pas toutes ces questions, il suffisait de s'arrêter un peu au milieu des fortes côtes et de repartir un quart d'heure après une fois la fumée dissipée. Le progrès n'est pas toujours compatible avec le bonheur!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarder sous le capot d'une voiture des années 50-60 laisse pantois : il n'y a pratiquement rien ! De nos jours, les voitures regorgent d'éléments divers tous susceptibles de créer de nouvelles pannes : c'est ce qu'on appelle le progrès. Il n'empêche que les voitures sont beaucoup plus fiables qu'elles n'étaient...

      Supprimer