..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 18 février 2020

Le rat est l’avenir du Parisien


Lorsque aucun fait saillant (Exhibition biroutesque, libération d’un politicien fraudeur, parole maladroite d’un ministre, danse frénétique de Mme Benbassa ou autre foutaise) ne vient au secours de media en quête de sensationnel, il arrive que l’on parle de l’invasion de Paris par les rats. D’ailleurs, comme pour bien d’autres sujets, ne serait-il pas pus prudent de parler d’un sentiment de pullulation ? Quoi qu’il en soit, sentiment ou réalité, la prolifération de ces rongeurs est de temps à autre évoquée. Et, curieusement, les gens semblent davantage s’en offusquer que s’en réjouir. J’ai du mal à les comprendre. Me mettrais-je à geindre si je découvrais en bêchant mon jardin que celui-ci se trouvait situé au-dessus d’une importante nappe de pétrole ?

Dans bien des pays d’Asie du Sud-Est (Chine, Cambodge, Viet-Nam, Laos, Thaïlande), on est friand de viande de rat. D’ailleurs, consommer sa viande fut très tendance à l’occasion du siège de Paris en 1870. On m’objectera que les asiatiques se repaissent de rat des champs et non de rats d’égout, que les rats se gavant dans les rizières sont gras et nourris sainement quand leurs collègues citadins se repaissent d’ordures.J’appelle ça chipoter. Le cuisinier Thomas Génin qui prôna la création de la première école de cuisine de Paris servait aux gourmets de 1870 des terrines de rat farcies de chair et de graisse d’âne pour le prix modique de 15 francs-or. Selon lui,  « le rat, s’il était désagréable à toucher, donnait une viande d’une formidable qualité, fine et un peu fade, mais parfaite si elle était bien assaisonnée. » et ce n’était pas, vu le faible nombre de rizières de la ville, de celle du rat des champs asiatique dont il parlait. Sans compter qu’avec la multiplication des cultures potagères urbaines, l’alimentation des rongeurs deviendra de plus en plus saine.

Bien sûr, il faudra, dans un premier temps, que le Parisien surmonte la répugnance atavique que provoque l’animal mais la raison voudra que celle-ci soit dépassée : quoi de plus en accord avec des convictions locavores que de consommer une viande produite Intra Muros ? D’autre part, cette consommation réduirait fortement la prolifération du rongeur au grand bonheur des musophobes tout en permettant la création de nombreux emplois lucratifs de chasseurs. Il se pourrait même que le succès des plats de rats n’amènent leur prix à flamber comme c’est le cas en Thaïlande (voir ici) et que des commerçants indélicats ne servent en lieu et place du muridé de vulgaires lapereaux !

Les Parisiens au lieu de s’en plaindre devraient donc, pour des raisons morales autant qu’économiques, se réjouir du trésor que leur apporte l’invasion et prier pour qu’il ne s’agisse pas là d’un simple sentiment.

Pour finir sur une note plaisante, je vous donne ci-dessous la traduction d’une des recettes de rat parue en 1973 dansThe Brand new Monty Python bok, ouvrage dont je suis l’heureux propriétaire et qui devrait avoir une place d’honneur dans la bibliothèque de tout honnête homme du vingt-et-unième siècle :

«Soufflé au rat

 Assurez vous que les couinements du rats ne sont pas audibles de la rue, en particulier dans les endroits où la Ligue Anti-soufflé et des « bonnes âmes » du même acabit se mêlent de persécuter les amateurs des innocents plaisirs de la table. Quoi qu’il en soit, placez le rat sur votre planche à découper. Levez bien haut votre couperet afin que son acier scintille aux lueurs du soleil couchant et ensuite abattez-le d’un coup - tchak ! - provoquant ainsi un craquement – sur le cou gras du rongeur terrifié et préparez-le en soufflé .»

Gourmets, à vos fourneaux !

12 commentaires:

  1. Que les Parisiens bouffent leurs rats et arrêtent de gémir et de se plaindre qu'ils sont envahis !
    J'avais bien un jardinier qui allait cuisiner des chats dans un restaurant du village où je vivais, chaque fois que le restaurateur avait réussi à en cravater un ! Et aucun client, que je sache, ne s'est jamais plaint de manger du civet de chat !

    RépondreSupprimer
  2. Tiens...
    Vous avez remarqué que Chrome indique tous les blogs hébergés chez Blogger comme suspects ?
    Même vous cher JE, Boutfil ou Didier Goux.
    C'est du grand n'importe quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu normal qu'un blog où on veut que les Parisiens bouffent des rats alors qu'ils ont encore tant de couleuvres à avaler, soit suspect !

      Supprimer
    2. @ Fredi : Où cela apparaît-il ?

      @ Midred : Avaler les unes n'empêche pas de manger les autres...

      Supprimer
    3. ah ben ça me rajeunit de devenir suspecte ! moi qui lâchait l'affaire petit à petit par lassitude au bout de plus de 11 années, je crois que je ais m'y remettre

      Supprimer
    4. Durant toute la journée d'hier un message apparaissait au bas de l'écran.
      C'est fini semble-t-il.

      Supprimer
  3. Je me souviens... sur RTL.... la Famille Duraton...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne nous rajeunit pas. Je m'en souviens, avec Jean Carmet dans le rôle du cousin Gaston...

      Supprimer
  4. Avec tous les restaurants chinois qu'il y a dans le 13ème je me demande pourquoi il y a autant de rats dans le square Hélène Boucher !

    RépondreSupprimer