..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 29 février 2020

Sacrée soirée !


Le côté héroïque de mon existence n’a certainement pas échappé aux plus attentifs de mes lecteurs. Au nombre, déjà élevé, de mes exploits, est venu s’en ajouter un nouveau : hier soir, au risque d’y perdre à jamais les dernières bribes de ma santé psychique j’ai regardé la soirée des césars. Malgré le terrible ennui que je ressentis tout au long de cette interminable « cérémonie », j’ai tenu jusqu’au bout. Ça na pas été sans mal. J’étais loin de me douter que tant de récompenses y étaient distribuées à tant d’inconnus qui, pêle-mêle remerciaient Dieu, leur boucher-charcutier, l’amant de leur grand-mère, la bicyclette du cousin Jules, l’humanité en général et les concessionnaires Renault de la région Nouvelle Aquitaine en particulier, sans l’aide et le soutien sans faille desquels ils n’auraient pas même osé rêver d’obtenir d’obtenir un jour le César de la meilleure dame-pipi ou celui de meilleur troisième grand mamamouchi de la pelloche.

Mais, vieil âne, suite à quel absurde défi, suite à quelle impitoyable coercition, vécûtes-vous cette redoutable épreuve, me demanderez-vous ? Ma réponse sera simple : la curiosité, mes bons amis ! Je voulais savoir si M. Polanski et/ou son film « J’accuse» obtiendraient ou non la moindre récompense. N’ayant pas vu le film, je ne saurais dire si ce dernier, sous le mince prétexte de traiter de l’affaire Dreyfus est ou non une apologie du viol, de la sodomie, de la pédophilie et de toutes sortes de répugnantes perversions. On serait tenté de le penser vues les raisons mises en avant pour prôner son boycott.

En fait, il semblerait que le tohu-bohu provoqué par les nombreuses nominations dudit film soit dû à une affaire vieille de quarante trois ans sur le détail de laquelle je ne reviendrai pas car il faudrait avoir vécu sur Mars ces cinq dernières décennies pour n’en rien savoir. Ce qui est curieux, c’est que, sans provoquer tant d’émoi dans le Landerneau cinématographique, le même délinquant aux crimes imprescriptibles avait été couronné par la même institution en 1980, 2002,2011, 2012 et 2014. Simple distraction ? Manque d’information sur la vraie nature du monstre ?

Se poser ces dernières questions relève de la plus crasse mauvaise foi. C’est prétendre tout ignorer de la profonde révolution qui a ébranlé les bases du milieu cinématographique d’abord puis de la société en général. « Me too », « Balance ton porc », « Embastille ton chameau » sont passés par là, libérant la parole des femmes meurtries à vie et au-delà, sortant les cadavres des placards où on les espérait oubliés. Le milieu du cinéma, comme celui de la triperie ou des farces et attrapes a ses particularités. Vu que parmi les articles qu’il propose à sa clientèle, en plus de la violence, des crimes, des super-héros, de l’exposition des multiples tares d’une société injuste, le sexe a sa place peut-être n’est-il pas si étonnant que, poussée par une soif de gloire moins commune chez les détaillants en fruits et légumes, la « promotion canapé » y tienne un rôle important ?

Il se trouve que mon meilleur ami de jeunesse évoluait dans ce milieu : fils d’un directeur de production de la plus ancienne société cinématographique du monde, après quelques stages, il devint vite l’assistant de réalisateurs célèbres (le cinéma est une grande famille!) et j’appris par son canal certaines anecdotes concernant le comportement sexuel de telle ou telle personnalité en vue du grand écran. Oserai-je esquisser que parmi les gros consommateurs de partenaires se comptaient certaines vedettes féminines et non des moindres ?

Mais tout ça, c’était avant. La starlette qui posait ravie au bras de Weinstein, ayant atteint son but se découvre, le temps passant, être une quasi-rosière à la moralité austère. Le monde a changé, vous dis-je ! Mais, comme le disait si bien Lao-Tseu (à moins que ce ne soit mon poissonnier, je les confonds toujours), on ne m’empêchera pas de penser que « Plus ça change et plus c’est pareil » en dépit des progrès de l’hypocrisie.

5 commentaires:

  1. Tout est dit et bien dit JE.
    J'ajouterais que Polansky n'étant pas un manchot derrière la caméra, son film est probablement très bon.

    RépondreSupprimer
  2. Il ne faudrait tout de même pas perdre de vue que de "répugnantes perversions" filmées par un maître de la pellicule ne soient instantanément hissées au rang d'œuvre d'art ou même d'œuvre d'art majeure !

    RépondreSupprimer
  3. "Il se trouve que mon meilleur ami de jeunesse évoluait dans ce milieu : fils d’un directeur de production de la plus ancienne société cinématographique du monde..."
    Je suppose que c'est cet ami d'enfance qui vous a permis de vous installer comme négociant en NAC et comme conseiller conjugal (outre-Manche, I presume !)...

    Dans la catégorie "meilleur conteur', le seul nominé est...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas dire qu'il m'ait vraiment aidé dans ma carrière. A moins que nos bringues aient été un élément décisif de ma formation...

      On a fini par se perdre de vue après son premier long métrage qui, malgré une très bonne distribution fut un remarquable flop et qui d'après mes recherches postérieures a entraîné sa disparition des écrans (au sens propre).

      Supprimer
  4. @ Fredi : Merci. Si, "Me too" ou pas on le couvre de récompenses depuis si longtemps, ce n'est pas pour rien...

    @ Mildred : Certes, mais comme sujets pornographiques, il faut bien reconnaître que l'affaire Dreyfus ou Tess d'Urberville, c'est assez limité, sauf à changer un peu l'histoire...

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.