..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 16 mai 2019

Promenade au jardin



Comme le montre la photo ci dessus, ma maison de Corrèze possède un assez grand terrain planté d'arbres d'ornement. Dire que j'en suis ravi serait exagéré. En effet, s'il avait le bon goût de ne mesurer que la moitié de sa surface, cela m'arrangerait car quand on n'est pas amateur de nature sauvage, cela implique de longues corvées de tonte et de tailles de haie dont je me passerais volontiers. C'est ce que j'ai fait l'an dernier en délégant à un jardinier ces tâches. Le problème est que c'est coûteux et qu'au rythme où progressent les retraites ça pourrait devenir prohibitif. Je préfère donc mon petit terrain normand que je vais bientôt retrouver avec l'espoir que mes gariguettes seront sur le point de mûrir et que les frimas tardifs n'auront pas nui aux haricots et aux pommes de terres que j'y avais semés.

Donc plus que me ravir, ce que je pourrais pompeusement qualifier de « parc arboré » si sa taille était plus grande, m'intrigue car je ne connais rien aux arbres d'ornement. C'est pourquoi, si certains d'entre vous pouvaient identifier les arbres en question, je leur en serais reconnaissant.

En voici un que je suis parvenu à identifier :


Il s'agirait d'un Prunus cerasifera Pissardii. Et il m'inquiète car, alors que ces dernières années il n'avait produit que quelques rares prunes que je m'étais empressé de ne pas goûter les craignant toxiques, cette année, comme le montre la photo, ses branches croulent sous les fruits. M. Wikipédia les décrit ainsi : « Le fruit est une drupe de 2-3 cm de diamètre de couleur jaune ou rouge (proche de la mirabelle qui est issue d'un croisement de prunus cerasifera avec prunus domestica). Cette prune est comestible quoiqu'un peu aigre, aqueuse et fade. Elle arrive à maturité à partir de début juillet et jusqu'à la mi-septembre. ». Malgré ses faibles qualités, on peut donc le manger tel quel ou sous forme de confitures. Seulement, si l'homme peut s'en repaître, je suppose que les guêpes ne les dédaigneront pas. Étant allergique à leur piqûre et le prunus se trouvant à immédiate proximité de mon abris de jardin, je crains de me voir, en cas d'invasion, réduit à l'abattre, sort que connut un poirier pour les mêmes raisons.

Voici les autres essences qui peuplent le terrain :


Pourpre comme le prunus, je ne l'ai pas vu produire le moindre fruit. Toutefois, il semble porter des inflorescences :


Un autre de mes pensionnaire est cet énorme arbuste qui semble surtout se développer horizontalement, vu que haut d'environ 3 à 4 mètres, il s'étend sur environ 6 mètres. Au printemps, il produit de petites fleurs blanches formant des sortes de pompons.


Il s'est tellement étendu qu'il a fini par quasiment englober un autre arbuste à feuillage pourpre dont je montre ensuite le feuillage:




Pour en finir avec les inconnus, voici un arbre également volumineux dont les feuilles mêlent le vert-tendre au jaune :



A part cela, on y trouve aussi un tulipier agonisant, des lilas peu gaillard, quelques autres arbustes et un magnifique forsythia qui connut son heure de gloire en mars dernier :


Les iris viennent d'éclore et de jolies pervenches fleurissent en mêlant leurs tiges à un des hortensias :




 








18 commentaires:

  1. Un bien joli jardin dites moi !
    On y ferait volontiers un barbec !

    RépondreSupprimer
  2. pour l'arbuste aux fleurs blanches, il me semble ressembler à ce que l'on appelle l'oranger du Mexique qui a des fleurs très odorantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais également identifié un oranger du Mexique, mais Nicole, ci-dessous, ne semble pas du même avis -je suis cependant assez circonspect quant à son diagnostique, eu égard à l'arbre de Judée qu'elle semble reconnaître, ce qui n'est pas mon cas : il me semble que l'arbre de Judée a des feuilles d'un vert olive à vert-de-gris, et quasi rondes.

      Supprimer
    2. Ayant bien observé feuilles et fleurs et les ayant comparées avec celles que m'a fourni M. Google, je conclus qu'il s'agit bel et bien d'une viorne deDavid. Pour ce qui est de l'arbre de Judée, je suis sceptique.

      Supprimer
  3. 1 arbre de judée, 2 arbre à perruque, 3 viorne, 4 une variété de berberis, 5 une variété d'aucuba le tout sous réserve !
    nicole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'arbre à perruques, je ne l'ai jamais vu en fleurs, mais après examen attentif, il semblerait bien qu'il s'agisse de cela. Pour la viorne, comme je l'ai dit plus haut, c'est bien ça. Pour ce qui est du berberis (ou épine vinette), c'est bien ça. De même pour l'aucuba. Je n'aurai qu'un mot : Bravo !

      Supprimer
    2. Nicole, Nicole ? Vous ne seriez pas "la dame au petit chien", par hasard ?

      Supprimer
  4. la Corrèze, la Basse(?)-Normandie, la Corrèze, la Basse(?)-Normandie, la Corrèze, la Basse(?)-Normandie, la Corrèze, la Basse(?)-Normandie, la Corrèze... j'espère que vous ne roulez pas au diesel !
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde ici, sait que l'Oncle Jacques roule au diesel et fume des clopes !

      Supprimer
    2. Mildred, ça vaut mieux que de rouler les clopes et de fumer du diesel.

      Supprimer
  5. Ma Normandie est (ou plutôt était, vu qu'il n'en reste qu'une) bien Basse mais vous espérez mal : je roule au diesel ce qui est criminel tout en demeurant économique. Ainsi, tel un colibri, je fais ce que je peux pour détruire la planète.

    RépondreSupprimer
  6. Les Normands sont des taiseux, c’est bien connu.
    Il est donc normal que vos arbres ne se présentent pas.
    Respectons leur silence.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui j’allais oublier l’essentiel, vos photos embaument.
    J’adore leurs parfums
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  8. Mince ! ils étaient Corréziens et je les ai baptisés Normands.

    Voilà pour me faire pardonner « Couverte de terre d'élite, la racine de l'arbre prendra plus vite. » verifié par les photos.

    Toujours moi Hélène etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir corrigé de vous-même et d'apprécier l'arôme de mes photos car, vu le temps que je mets à les parfumer, un peu de reconnaissance est bienvenue.

      Supprimer
  9. Je crois que l'"énorme arbuste qui s'étend sur 6m" est un boules de neige. Voir Google.
    Orage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, pas un boules de neige ou (viorne aubier) mais une autre variété de viorne : la viorne de David. J'ai vérifié avec Google : feuilles et fleurs lui correspondent parfaitement.

      Supprimer