..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 4 mars 2015

Question de rythme…





Les plus attentifs de mes lecteurs auront remarqué une baisse de fréquence dans la publication de ces billets qui, comme l’auraient probablement affirmé Mathusalem et bien d’autres personnages éminents si Dieu ne les avait arrachés prématurément à notre affection, réjouissent le cœur et l’âme de l’homme et de la femme de goût. Il faut dire que mon esprit (car j’en ai un et de toute beauté) s’est trouvé accaparé par de bien triviaux soucis. 

D’espoir inconsidéré en amère désillusion j’ai parcouru des centaines d’annonces immobilières et de kilomètres sur d’improbables chemins vicinaux à la recherche de la demeure apte à guérir ce sentiment d’insatisfaction profonde qui envahissait mon âme. Ce fut l’occasion de faire la rencontre d’agents immobiliers qui, me menant d’immondes masures qu’un rien transformerait en paradis naturels ou venant évaluer mon actuelle demeure, me permirent de jeter les bases d’une jolie collection de cartes de visite vivement colorées et accessoirement d’atteindre une conclusion. Laquelle est double : d’une part que mon insatisfaction actuelle est plus qu’autre chose l’effet d’une « dépression saisonnière » et que d’autre part le principal intérêt d’un éventuel changement de cieux serait de procurer auxdits agents et au fisc l’occasion de dépouiller votre serviteur et son éventuel acheteur d’un total de vingt et quelques milliers d’Euros avant qu'ils ne se retrouvent posséder des biens perdant de ce fait une bonne partie de leur valeur affichée. Aider l’état et une corporation méritante à surmonter leurs difficultés passagères est certes de nature à réjouir tout bon citoyen mais vu le coût de la manœuvre, on finit par se poser des questions quant au niveau réel de sa citoyenneté.

Ainsi renonçai-je à mes rêves immobiliers. Il n’empêche que ces errances ont gravement affecté le rythme de publication de mes billets et que le rétablir ne me paraît pas aller de soi. Surtout que l’époque ne semble pas bien riche en événements. L’inexorable montée du FN, l’inéluctable affadissement du célèbre « esprit du 11 janvier », l’allocution aussi quotidienne que définitive de M. Hollande sont certes des sujets passionnants mais ils ne m’inspirent que moyennement. Le réchauffement global, les aventures du petit Bachar, la meilleure façon de trier islamistes et musulmans à l’aide d’une boussole, savoir dans quel ordre il serait préférable d’écorcher et de rouer vif M. Poutine afin de le ramener à de meilleurs sentiments, déterminer avec précision la date à partir de laquelle il sera loisible de traverser le Sahara à la rame sont des questions qu’aucune grande conscience ne saurait ignorer mais en suis-je vraiment une (de conscience) ?

Restent la géographie, le comportement lamentable des animaux qui encombrent de leur importune présence notre planète, mes joies, mes peines, la pluie et le mauvais temps, les variations du prix des flageolets en boîte, l’intérêt comparé du dernier roman de Glutzenbaum et de la pêche aux moules… Bref, les thèmes majeurs ne manquent pas. Sera-ce suffisant ? Nous verrons bien…

Là-dessus, je m’en vais scier du bois.
 

23 commentaires:

  1. Là-dessus, je m’en vais scier du bois

    Quel homme prévoyant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est l'histoire de l'Indien (je veux dire Peau Rouge) à qui on demandait si l'hiver serait rude.
      Cher Jacques, ne vous laissez pas abattre! Le printemps venu vous requinquera le moral comme à nous tous, j'en suis certaine.

      Supprimer
    2. Je ne me laisse pas abattre, chère Orage. Je peux voir les premiers signes du printemps s'esquisser et les prédictions de la météo me font juger possibles des travaux au jardin. Le bois que j'ai scié permettra de belles flambées. Tous les indicateurs sont au vert !

      Supprimer
    3. Ici la météo fait des prévisions, en Espagne des prédictions. J'ai visité il y a peu le centre météo espagnol à Madrid, encombré d'ordinateurs en tout genre. Ils se trompent comme ici. Mais le mot de prédiction a un côté boule de cristal bien plus proche de la réalité.

      Supprimer
  2. Profitez de vos collines. Si l'herbe est plus verte ailleurs (ce qui reste à prouver), aller la chercher peut causer plus de soucis que de plaisir. Et quand le plaisir devient une coûteuse corvée, mieux vaut y renoncer. Et puis, comme vous le fait remarquer Orage, le printemps s'annonce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "aller la chercher peut causer plus de soucis que de plaisir". C'est la conclusion à laquelle je suis arrivé.

      Supprimer
  3. Aller scier du bois à 11h19?Et l'apéro?

    RépondreSupprimer
  4. Comme vous voudrez, l'essentiel c'est que vous repreniez le rythme, on s'inquiétait!
    En attendant sciez bien et à bientôt.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. Le meilleur moyen de combattre la dépression saisonnière, c'est de vous donner un but. Vous pourriez, à l'instar du célèbre facteur (Cheval, pas Besancenot), commencer la transformation de votre aimable logis provincial en temple cambodgien : http://www.olivewhite.com/blog/wp-content/uploads/2012/03/Palais_Ideal_Facteur_Cheval_IMG_6966.jpg
    Sans compter que la renommée aidant, vos voisins vous seraient reconnaissants de contribuer, par l'édification d'un tel chef d'oeuvre, à la surcote de leur logis. Quant au maire, il vous baiserait les pieds, sa commune étant devenue une destination culturelle fort courue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent conseil ! Aurai-je le courage de le suivre ?

      Au cas où vous ne connaîtriez pas, un surnommé Picassiette entreprit de décorer non seulement sa maison et son jardin mais aussi ses meubles de fragments de faïence fixé par du ciment teinté de bleu. Ça peut se voir à Chartres ou ici : https://www.google.com/search?q=maison+picassiette&newwindow=1&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=jjD3VOeJJ8v_ywOm9YCwCA&ved=0CAcQ_AUoAQ&biw=1173&bih=560#imgdii=_&imgrc=NFIbFYE-q-gEkM%253A%3BD-4FPVCcQZ0a0M%3Bhttp%253A%252F%252Fchartres-tourisme.com%252Fsites%252Fdefault%252Ffiles%252FCopie%252520de%252520Picassiette%252520-%252520Vue%252520g%2525C3%2525A9n%2525C3%2525A9rale%252520-%252520PC%252520-%252520DSCF8679.jpg%3Bhttp%253A%252F%252Fchartres-tourisme.com%252Fnode%252F234%3B800%3B531

      Impressionnant, non ?

      Supprimer
    2. Very impressive ! Its time for you to use your hands to enjoy life !

      Supprimer
    3. D'autres ont imaginé un Palais Idéal à cheval sur plusieurs cultures.
      Pas très convaincant le résultat je trouve....

      Supprimer
    4. Même si ces réalisations ne sont pas toujours du meilleur goût, on ne peut que rester ébahi devant tant de persévérance.

      Supprimer
  6. La fatigue bloguesque je connais. Je vous souhaite donc un prompt rétablissement car le monde a besoin de vos lumières maître Jacques.

    RépondreSupprimer
  7. L'agent immobilier sera-t-il le prochain animal dont vous serez le Buffon?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes deux ex-épouses ayant exercé à des titres et avec des succès divers cette noble profession, j'ai quelques lueurs sur la question...

      Supprimer
  8. "Scions, scions, scions du bois
    Pour la mère, pour la mère
    Scions, scions, scions du bois
    Pour la mère Nicolas
    Qui a cassé ses sabots
    En mille morceaux

    Scions, scions, scions du bois
    Pour la mère, pour la mère
    Scions, scions, scions du bois
    Pour la mère Nicolas
    Qui a cassé ses sabots
    En mille morceaux

    Scions, scions, scions du bois
    Pour la mère, pour la mère
    Scions, scions, scions du bois
    Pour la mère Nicolas"

    Encore des histoires de Nicolas et de sionisme ...

    RépondreSupprimer
  9. Un motorhome je vous dis , le oricipal c'est que la santé sout revrnue.

    RépondreSupprimer
  10. Vous voilà revenu à la raison...

    RépondreSupprimer