..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 19 décembre 2017

Folies modernes

Plus les gens de gauche perdent du terrain sur le champ de bataille idéologique, plus ils se mettent à défendre des positions sur lesquelles, au temps de leur plus grande domination ils n'avaient même pas songé utile de camper. Les exemples se multiplient : lutte contre les crèches de Noël, contre la présence de croix dans les lieux publics, pour une écriture inclusive, pour la féminisation des fonctions et métiers, refus de relier les congés ou les fêtes aux événement religieux qui les génèrent, etc.

leur fureur se déchaîne contre des états de fait tellement anciens et ancrés dans les traditions qu'on est en droit de se demander si, en dehors des temps regrettables qui suivirent cette révolution qu'ils chérissent tant et de l'apogée des bouffeurs de curé que connut la fin de l'avant-dernier siècle, ils ne se sont pas montrés, plus d'un siècle durant, un peu distraits. A moins, bien entendu, qu'aux abois, telles des bêtes (ou crétins) blessés, ils ne soient en proie à une crise de folie destructrice. On peut alors parler de délire obsidional, trouble mental qui affecte des gens qui se pensent assiégés , environnés de persécuteurs contre lesquels ils se défendent par tous les moyens. La meilleure défense étant l'attaque voire l'attaque avant même que l'idée de vous nuire ait traversé l'esprit du supposé « ennemi ».

Quelle que soit la cause de ces combats d'arrière-garde, on est en droit de se demander où ils s'arrêteront. En effet comment nos vigilants athées pourraient-ils supporter tous les calvaires des carrefours de Bretagne et d'ailleurs ? Peuvent-ils tolérer que vues du ciel, nos églises présentent généralement un plan en forme de croix latine ? Que faudra-t-il raser pour pallier cette insupportable provocation ? Les bras du transept ? La nef et le chœur ? L'ensemble de l'édifice ? Quant aux cinq mille villes et villages (sans compter d'innombrables lieux-dits) dédié à Saint-Trucmuche ou Saint-Machin, ne serait-il pas urgent qu'on les débaptise ?

Dans le domaine linguistique, même si, pour l'instant du moins, on ne s'attaque pas aux racines latines de notre langue lesquelles sont pourtant la conséquence d'une conquête dont l'ancienneté ne saurait atténuer l'inadmissible iniquité, on nous parle d'écriture inclusive. Dans sa grande sagesse, l'Académie Française a récemment publié une déclaration soulignant les dangers que ferait courir à notre langue pareille « écriture ». Sans compter que, traditionnellement, en français, le masculin est inclusif, en ce qu'il désigne à la fois le masculin et le féminin. Ainsi les « droits de l'homme » sont-ils également partagés par la femme. La féminisation des métiers ou fonctions est au contraire exclusive car si une femme peut être un grand auteur, un homme ne saurait être une grande auteure.

Toutes ces moderneries ne devraient provoquer qu'un sourire amusé voire un rire franc. Hélas, les media, publics ou privés, et les « élites » prêtent à ces délires une oreille bienveillante et les propagent avec un sérieux papal. Quel meneur d'opinion osera dire que le roi est nu ? Qui dénoncera les doctes discours obsidionaux pour les létales impostures qu'ils sont ? L'écoutera-t-on seulement ?

9 commentaires:

  1. Oui, il est grand temps que le Père Nicieux, l'Abbé Tacorn et le Curé Pugnant se réveillent et prennent les "choses" (?) en main!
    (les athées ne sont pas forcément de gauche ni anti-cléricaux obsessionels :-D )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'étant moi-même croyant en aucune divinité (même les "forces de l'esprit" du père François M. me laissent sceptique), je peux être considéré comme athée mais le terme a été un peu confisqué par la gauche qui en a fait un ennemi de toute religion. Du coup les sans-dieu non agressifs se trouvent nommés agnostiques dans l'usage courant.

      Supprimer
  2. Que faudra-t-il raser pour pallier cette insupportable provocation ? Les bras du transept ? La nef et le chœur ? L'ensemble de l'édifice ? Quant aux cinq mille villes et villages (sans compter d'innombrables lieux-dits) dédié à Saint-Trucmuche ou Saint-Machin, ne serait-il pas urgent qu'on les débaptise ?

    J'suis bien d'accord qu'il y a là comme une insupportable provocation dans notre douce France républicaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les cimetières Étasuniens de Normandie avec leurs croix magnifiquement alignées n'en-sont-elles pas d'autres? Il est vrai que ces terrains sont sols américains...

      Supprimer
  3. La féminisation des métiers ou fonctions sera inclusive quand des femmes pourront être sage homme. Dixit.

    RépondreSupprimer
  4. Vous demandez : "Quel meneur d'opinion osera dire que le roi est nu ? Qui dénoncera les doctes discours...?" J'en connais au moins deux: Eric Zemmour et Alain Finkielkraut.
    Or dès qu'ils ont l'audace de s'exprimer, ils sont livrés à la vindicte populaire par les valets du régime qui sévissent dans les media, ce qui les conduit immanquablement à être traînés devant la justice et à être sévèrement condamnés plus souvent qu'à leur tour, sans que l'intelligentsia n'y trouve à redire.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis bien conscient de cela mais quand je parle de "meneur d'opinion" je pense à quelqu'un réellement capable d'entraîner derrière lui ou elle une majorité...

    RépondreSupprimer