..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 15 décembre 2017

Ah! il fallait pas, il fallait pas qu'elle y aille, Ah! il fallait pas, il fallait pas y aller !


Une députée LREM a défrayé la chronique par une déclaration propre à indigner le populo : cette dame dont le salaire net est dit se monter à 5000 € par mois ( c'est en fait de 5362 € qu'il s'agit), osa déclarer qu'elle tirait le diable par la queue ! Elle se serait vue contrainte à réduire ses sorties au restaurant, à manger des nouilles plus qu'à son tour, à sortir de vieux vêtements de sa cave et à envisager de déménager vers un logement moins coûteux. Et le bon peuple de crier au scandale en comparant ses faibles revenus à ceux de l'indécente.

Au risque d'en choquer beaucoup, je vais tenter de démontrer qu'il est fort possible que ces plaintes soient justifiées. Il se trouve que cette dame avant de se lancer en politique touchait un salaire de 8 000 € mensuels. Ce qui la rendait éligible à l'impôt sur le revenu à hauteur de 21865 € annuels soit 1822 € par mois. Comme ceux d'entre vous qui sont soumis à cette contribution ô combien citoyenne le savent, ce prélèvement se fait l'année suivante. Admettons que cette brave dame habite Paris où le prix moyen de location par m2 est de 27,86 € et que sa folie des grandeurs l'ait poussée à occuper un logement à ce prix de 60 m2. Son loyer s'élèverait donc à 1671 € par mois. L'indemnité parlementaire s'élevant à 7185 € bruts et 5362 € net, notre élue se trouverait donc avec un revenu après impôts et logement de 5362 – 3493 = 1869 €. Avouez qu'il n'y a pas là de quoi pavoiser. Si avec une telle somme vous êtes capables de vous taper la cloche dans des restaurants de luxe quand bon vous semble et de vous habiller à votre guise chez le bon faiseur, expliquez moi comment vous faites.

Avec les mêmes charges et ses 8000 € il lui serait resté 4507 €. Soit une perte en revenu disponible de 2638 € par mois. Je crains que beaucoup de ceux qui crient au scandale, si leur revenu disponible après impôt sur le revenu et loyer baissait de 58,53% d'une année sur l'autre ne se trouvent dans une situation critique.

J'entends déjà certains évoquer les à-côtés faramineux dont bénéficient les parlementaires : frais de mandat, assistants parlementaires, frais de voyage, d'Internet, de correspondance et pas de cetera. Seulement, ces frais doivent maintenant être justifiés. N'est-il pas normal que les frais professionnels puissent être pris en charge ? Demande-t-on à une secrétaire de payer le loyer du bureau qu'elle occupe, son ordinateur, ses appels téléphoniques, les courriers qu'elle envoie dans le cadre de sa mission ?

J'ai lu sur certains fils que le député bénéficiait d'une voiture avec chauffeur, qu'il vivait sous les lambris dorés de la république. C'est, hélas pour lui, faux. De même il n'a pas le droit de cuissage dans une province de son choix...

Le problème de cette dame, c'est qu'un calcul aussi simple que celui que je viens d'exposer, elle aurait dû le faire ce qui l'aurait probablement dissuadée de se lancer dans pareille aventure. Mais que voulez-vous, l'attrait d'un pouvoir supposé nuit à la clairvoyance.

NB : L'imposition que j'annonce à été calculée sur le site des impôts. Celui du loyer moyen à Paris vous le trouverez comme moi sur Internet.

12 commentaires:

  1. "Si j'aurais su j'aurais pas venu", doit se dire la bonne dame qui pleurniche dans son coin.
    Mais il paraît qu'il sont une centaine à ruer dans les brancards pour les mêmes raisons.
    Qu'ils dégagent tous, et le plus vite sera le mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'ils peuvent retrouver leur situation ancienne, qu'ils y retournent. N'importe comment, quand on ne prévoit pas les conséquences de ses décisions, il n'est pas souhaitable de pouvoir légiférer.

      Supprimer
  2. Puis de toute façon servir la France ça n'a pas de prix.
    On devrait le faire bénévolement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée est excellente! Ainsi, seules des personnes disposant de bons revenus sans être contraints à travailler pourraient nous représenter.

      Supprimer
    2. Le suffrage censitaire est l'avenir de la démocratie...

      Supprimer
  3. Merci pour cette mise au point. Cependant, ce n'est pas très facile de faire passer ce genre de messages à la majorité de nos concitoyens (cf. votre article sur le salaire de Mme Fillon), dont beaucoup ne connaissent même pas le principe du calcul de l'impôt sur le revenu. Le socialisme, qui est la religion de l'envie comme l'écrivait ce brave Gustave Le Bon dès 1895, a fait beaucoup de dégâts dans les âmes. Bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison : socialisme et populisme sont basés sur l'envie. Ce qui implique que la plupart des gens ne sauraient me suivre. Je serais d'avis qu'on offre à chacun un stage d'un an (ou deux) de "bonne situation" avec ce qui, selon eux, sont de gros revenus. Évidemment, ils devraient se montrer capables d'assumer les devoirs, les responsabilités et les risques y afférents. S'ils réussissaient, ils garderaient le poste,s'ils échouaient, ils devraient en payer les conséquences. Je crois que ça calmerait bien des envies...

      Supprimer
    2. Ah! Ces libéraux de droite qui voudraient que les gens réfléchissent et soient responsables ! Mais s'ils l'étaient la gauche n'aurait jamais vu le jour ! La gauche c'est la conséquence de notre pêche originel. Être de droite c'est préfèrer la liberté et ca, déjà, il est suspect que l'on puisse même y songer ...

      Supprimer
    3. "Le socialisme, qui est la religion de l'envie comme l'écrivait ce brave Gustave Le Bon dès 1895".
      1895, à peu près l'époque où on a commencé à légiférer sur les "accidents du travail" dans ce foutu pays. Quand même, ces fainéants qui enviaient la sécurité qu'avaient les patrons !
      Et en 36, ces salopards qui ont eu envie d'aller à la plage, eux aussi ! Quand même !
      On n'en finirait pas d'énumérer les preuves que ces gens-là sont des envieux.

      Supprimer
  4. Donc pour mener le destin de la France, des individus incapables de faire une prévision de dépenses personnelles à 1 an sont élus!
    La dette n'est pas près d'être résorbée.

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que je me suis dit. 5000 boules à Paris, ça fait pas des masses pour un député en charge de quelques dizaines de milliers d'âmes. Gabriel Cloutier (anonyme qui refuse obstinément de s'inscrire sur Google et cie, pour cause de spams intempestifs)

      Supprimer