..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 15 juillet 2019

Le homard, cet inconnu

Grâce au bon M. de Rugy, ce crustacé décapode vient de connaître un regain de popularité. Je ne reviendrai pas sur cet anecdotique « scandale » mais il me semble que le temps est venu de lui consacrer une de ces chroniques éthologiques qui ne sont pas pour rien dans le renom national et international de ce blog. Tout le monde en parle mais, en fait, peu le connaissent, c'est pourquoi j'ai choisi ce titre inspiré d'Alexis Carrel.

En tant que Nouvel Animal de Compagnie, le homard présente un inconvénient majeur, celui d'attirer sur ses propriétaires la haine d'une majorité de citoyens. En effet, il est de coutume pour eux,quand vient le temps des vacances, de manger leur ami à dix pattes afin qu'il ne souffre pas de la solitude. Car si de nombreux hôtels acceptent chiens et chats, je n'en ai jusqu'ici trouvé aucun pour signaler qu'ils acceptent les homards, quelle que soit leur taille. Manger du homard est très mal vu : c'est, aux yeux de beaucoup, le signe d'une honteuse opulence. Je vous conseille donc de lui préférer le chat ou le chien car le fait de manger ces sympathiques mammifères avant de partir en congé ne vous attirera que l'inimitié des âmes sensibles.

Mais revenons à nos moutons. La vie du homard est passionnante et serait longue si elle n'était trop souvent interrompue par une capture. En effet, sa gourmandise le pousse à venir se nourrir des appâts que les pêcheurs placent dans des casiers. Incapables d'en sortir, ils sont remontés à la surface, on leur met des élastiques autour des pinces avant de les vendre à des restaurants de luxe ou à des ploutocrates. Il connaît ensuite un bien triste sort : il meurt ébouillanté vivant. D'un autre côté, s'il avait été moins con, ça ne lui serait pas arrivé.

Il existe deux espèces de homards. L'européenne (appelée, en France, homard breton) et l'américaine qui ne présente pas grand intérêt. Sauf accident, notre crustacé peut vivre jusqu'à 40 années ! Et quelle vie ! La femelle pond des œufs qu'elle couve sous son abdomen jusqu'à ce qu'ils éclosent libérant une larve minuscule qui vit une vie planctonique avant de subir une mue et de se mettre à vivre au fond de la mer, Une vingtaine de mues suivront jusqu'à ce qu'il atteignent l'âge adulte vers quatre ou cinq ans. Et ce n'est pas fini car l'adulte continue de grandir et change de carapace tous les un ou deux ans. Grâce à quoi, à la différence de l'humain, il ne reste jamais éternellement mal dans sa peau et ne fait donc appel à aucun psy.

La nature l'a doté de deux pinces différentes : la gauche pour couper, la droite pour broyer, ce qui peut poser des problèmes à ceux d'entre eux qui sont gauchers. Nul observateur sérieux n'a jamais pensé que la langouste était la femelle du homard. Tout au plus a-t-on parfois avancé qu'elle n'était qu'une copine qu'il sautait de temps en temps. C'est faux. Pour la simple raison que la langouste vit dans des eaux chaudes et que le homard a horreur de celles-ci, répugnance explicable par la triste fin qui souvent l'attend.

De tout temps, le homard a été apprécié. On lui a même trouvé des vertus médicinales. Toutefois, plus que toute autre chose, c'est sa chair qui l'a fait rechercher. Du fait de la surpêche et de la pollution, le homard européen se fait rare et son prix monte. C'est pourquoi tant de Français ont du mal à en remplir leur frigo. Est-ce vraiment dommage ? Pas vraiment. A mon avis, la chair de ce crustacé est loin d'égaler en saveur celle de la langouste ou même du crabe araignée.

Mais je cause, je cause et tout ça me donne faim. Je crois que je vais aller faire un tour chez Leclerc histoire de voir si par hasard ils n'auraient pas quelque savoureux crustacé à me proposer...

25 commentaires:

  1. Bel article pour un manuel de SVT
    pardon ... de SVM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réunissant mes articles sur les animaux, je crois qu'on pourrait offrir à nos chères têtes (plus ou moins) blondes, toujours si avides de connaissances, un excellent manuel.

      Supprimer
    2. On dirait du Desproges mâtiné de Jean-Charles. Délicieux.

      Supprimer
    3. Merci! Cependant Jean-Charles ça ne nous rajeunit pas !

      Supprimer
  2. Le homard américain serait bon s'il ne séjournait pas si longtemps en eau douce avant d'arriver chez nous, ce qui lui enlève toute sa saveur.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais rien du homard car ayant fait un œdème de Quincke après avoir mangé de la langouste, je me suis toujours gardée à bonne distance de tous les crustacés quels qu'ils soient, c'est dire si votre billet m'a intéressée !

    RépondreSupprimer
  4. Le homard est également un admirateur passionné des grands écrivains français. Ainsi Jean-Paul Sartre, après avoir abusé de je ne sais plus quelle drogue pour écrire l'un de ses pavés philosophiques, avait-il la certitude d'être suivi par des homards, sur le trottoir du boulevard Saint-Germain…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Nerval promenait le sien en laisse aux abords de la Comédie Française...

      Supprimer
    2. @ Didier : Le homard d'eau douce infeste littéralement la Fontaine Saint-Michel. Je m'en suis aperçu un soir que j'arrosais mon départ en Afrique. Maintenant que ce soit par amour de sa littérature que ces braves animaux aient suivi M. Sartre, j'en doute fort, car, a l'époque, les homards lui préféraient généralement Camus ou Aron. Il se peut que le laid Jean-Paul ait pris pour des admirateurs des homards d'eau douce simplement venus se dégourdir les pattes à deux pas de chez eux.

      Supprimer
  5. Le homar thermi dort?
    A l’heure où les lions vont boire
    Quand le homard rugit le soir
    Alors devant sa télé le français
    Est indigné de ses délégués

    Ils ont bâfré du homard !
    Avec du Grevey Libertin
    Moi qui ne peux approcher
    Que les sardines déclassées

    Depuis

    Je rêve à des homards géants
    Qui me narguent effrontément
    — Je ne suis pas pour ta gueule
    Pauvre prolo pas imposé ! ! !

    Les français dans leur ensemble
    Pour le fricot sont modérés
    Entre amis c’est souvent la pizza
    La kanterbräu ou le coca

    Les chroniqueurs s’étonnent
    Le peuple est idiot vraiment
    D’exécrer ses représentants
    Qui vont jusqu’à l’abnégation ultime

    On est furieux on veut des noms
    Vont-ils avoir du regret
    J’en doute fort car c’est l’été
    Pour la rentrée… ce sera oublié

    RépondreSupprimer
  6. Ce que nous aimons dans les crustacés, c'est l'iode principalement.
    Essayez donc de tremper 24 heures une Marennes Oléron dans un bol d'Evian, vous m'en direz des nouvelles.
    Or c'est ce qui attend notre brave homard américain qui va traverser l'Atlantique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je refuse catégoriquement de me livrer à l'expérience dont vous parlez : j'ai l'eau en horreur !

      Supprimer
  7. "En tant que Nouvel Animal de Compagnie" … Tiens, vous seriez donc un fan de "Gaston Lagaffe" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment. Il se trouve simplement que je m'intéresse beaucoup aux NAC et que, malgré les inconvénients que j'ai mentionnés, le homard en ferait un de choix.

      Supprimer
  8. "Sauf accident, notre crustacé peut vivre jusqu'à 40 années"
    Mieux que ça, c'est un des rares animaux qui ne vieillisent pas (la probabilité de décès ne croit pas avec l'age), avec l'Heterocephalus glaber qui lui résiste même au cancer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que le homard n'était pas censé vieillir au sens ou beaucoup d'autres animaux vieillissent. Il n'empêche qu'il finit par mourir. Mourir en pleine forme n'est-il pas pire que tout ?

      Supprimer
  9. Avec les départs en vacances, certains pourraient abandonner les leurs, offrez-leur refuge. 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet une bonne idée. Seulement, que leur dire à leur retour quand ils voudront récupérer leur petit protégé ?

      Supprimer
  10. Je me souviens de l'époque où, petit garçon, je lisais dans le journal de mon père les menus des banquets officiels. Autant dire que c'était il y a longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça devait être quelque chose, vu que plus ça va moins on mange !

      Supprimer