..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 19 janvier 2019

Vers un enterrement de première classe ?

Après une nuit de 12 heures, ce qui pour moi est quasi-inoui, je me lève et, histoire de voir si nous sommes toujours en république, j'allume le téléviseur. Cnews m'apprend que c'est le cas. Nous sommes même dans une république « bon enfant » et non « sale chiard » ou « mauvais vieillard ». Les Gilets jaunes se sont organisés, ont un service d'ordre dûment brassarisé, des secouristes pour soigner les éventuelles victimes des charges de la police sanguinaire du dictateur Macron, les personnes fragiles (vieillards, nains ou moribonds) sont signalées en rose et les casseurs en noir. Ce qui facilite grandement le travail de la police qui pourra tabasser les Roses et assister les Noirs comme ils y sont naturellement enclins. On a déposé une déclaration, indiqué un itinéraire, bref on s'est civilisé.

Seulement, ces bonnes résolutions n'ont pas que de bons côtés. En rentrant dans le rang, on devient aussi efficace que la CGT dont les innombrables cortèges n'ont pas toujours obtenu les merveilleux résultats escomptés. Pour qu'une manifestation obtienne le moindre résultat, il faut qu'elle réunisse des centaines de milliers voire un ou deux millions de participants et encore ce n'est pas garanti.

L'alternative est évidemment la violence et même l'hyper-violence. On met les villes à feu et à sang, le pouvoir craint l'insurrection et lâche du lest. Ils avaient commencé comme ça et obtenu des choses. Seulement, en incendiant, en pillant et en bloquant les routes, on se met le parti de l'ordre à dos et le soutien diminue. Ce qui est bien dommage, vu que, au-delà du nombre restreint des protestataire actifs, ce qui inquiète le pouvoir c'est le soutien qu'ils rencontrent dans la population.

Comme Rodrigue, Les Gilets Jaunes sont confrontés à un dilemme. Soit on continue les émeutes et on perd en soutien, soit on rentre dans le rang et on perd en efficacité. On ne sait trop que choisir...

Organiser des manifestations monstres n'est pas chose facile. Il faut avoir des troupes prêtes à marcher. Les GJ en ont-ils ? D'après un récent sondage, 51% des personnes interrogées seraient pour la poursuite du mouvement soit 15% de moins qu'à la fin novembre. Ce soutien reste certes important mais il s'érode et reste à déterminer la part de ceux qui au-delà d'un soutien pour la forme (qui n'est pas en faveur de la baisse des taxes et/ou de l'amélioration du pouvoir d'achat?) seraient prêts à prendre une part active au mouvement ?

Nous sommes donc à la croisée des chemins. Sauf à multiplier de manière significative leurs effectifs, les GJ vont vers une mort lente. Le retour à des méthodes plus rudes risquerait de rendre cette dernière violente.

18 commentaires:

  1. C'est jaune et ça ne sait pas ...

    Et merci pour Soeur Sourire et sa célèbre chanson bien plus connue des burkinabè que des français !

    Dominique nique nique

    RépondreSupprimer
  2. Et surtout bon retour !

    Dominique

    RépondreSupprimer
  3. Je ne crois pas du tout que les Gilet Jaunes aillent vers une "mort lente" ni même rapide, et c'est justement parce que ce qu'il demandent est impossible:
    Que le gouvernement et les politiciens (tous...) arrếtent de mentir!


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de mort lente en effet.

      Ce que j'ai vu aujourd'hui démontre plutôt le contraire.
      Et il me déplairait que ce mouvement qui a toute ma sympathie connaisse la mort lente et l'oubli.
      Je suis dans les 51%.
      Plus vous JE ?

      Supprimer
    2. @ realist : A l'impossible nul n'est tenu.

      @ Fredi : On se donne rendez-vous en 2050 pour voir qui a raison ? Après tout, je n'aurai guère que 100 ans...

      Supprimer
    3. @Jacques Etienne
      Mais impossible n'est pas Français...

      Supprimer
    4. @ realist : La formule, venant d'un individu qui s'est pris deux raclées suivies par l'invasion de son pays et son abdication, me semble peu crédible.

      Supprimer
  4. Il est probable que les manifestations vont cesser, mais que le mouvement des Gilets Jaunes trouvera une expression politique avec laquelle il faudra compter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le mouvement des Gilets Jaunes trouvera une expression politique

      Ça en revanche je ne le souhaite pas.
      En tout cas pas sous la forme de listes "gilets jaunes".
      Pour le reste on peut rêver...

      Supprimer
    2. Pour trouver une expression politique encore faudrait-il qu'ils aient un minimum de cohérence.

      Supprimer
    3. Le Rassemblement National saura bien les repêcher.

      Supprimer
    4. Peut-être Rupert, mais personnellement je trouve que le RN manque de plus en plus de cohérence.

      Supprimer
    5. Tout ça finira bien par se décanter. LREM, parti de circonstances, ne me paraît pas bien parti pour durer un siècle. Comme le Reich millénaire, il a déjà 999 ans. La "Gauche", entre la FI de Mélenchon et le PS d'Olivier Faure, ne reviendra pas aux affaires avant longtemps et que Dieu nous en préserve. Cette famille politique favorable aux fonctionnaires, à l'immigration de masse et génératrice d'air chaud est complètement à contre-courant des tendances actuelles. La vocation de LR me semble d'être phagocytée par le RN après d'atroces souffrances bien méritées.

      Quant à ce dernier, il pourrait profiter d'une conjonction des planètes: environnement international favorable (Brexit, Salvini, groupe de Visegrad, effets Trump et Bolsonaro) et mouvement de révolte des Gilets Jaunes émanant de sa clientèle naturelle, les Gaulois de la "France périphérique". Marine Le Pen semble avoir mis un mouchoir sur la sortie de l'euro, et son parti recommence depuis peu à tirer à boulets rouges sur les tenants de l'invasion migratoire. Elle n'a même pas besoin de se fatiguer plus que ça.

      Alors non, je ne dis pas que tout cela est très cohérent. Le reste ne l'était pas non plus et nous le subissons pourtant depuis plusieurs décennies. Je pense simplement que le RN remportera haut la main les prochaines élections européennes, sauf fillonade ou sofitellerie de dernière minute. Les sondages sont, pour une fois, très clairs sur ce point. Après, je ne sais pas.

      Supprimer
  5. Belle occasion de nous remémorer "Les funérailles d'antan" de Georges Brassens :

    Jadis, les parents des morts vous mettaient dans le bain
    De bonne grâce ils en f'saient profiter les copains
    " Y a un mort à la maison, si le cœur vous en dit
    Venez l'pleurer avec nous sur le coup de midi... "
    Mais les vivants aujourd'hui n'sont plus si généreux
    Quand ils possèdent un mort ils le gardent pour eux
    C'est la raison pour laquell', depuis quelques années
    Des tas d'enterrements vous passent sous le nez
    Mais où sont les funéraill's d'antan ?
    Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards
    De nos grands-pères
    Qui suivaient la route en cahotant
    Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées
    Ronds et prospères
    Quand les héritiers étaient contents
    Au fossoyeur, au croqu'-mort, au curé, aux chevaux même
    Ils payaient un verre
    Elles sont révolues
    Elles ont fait leur temps
    Les belles pom, pom, pom, pom, pom, pompes funèbres
    On ne les r'verra plus
    Et c'est bien attristant
    Les belles pompes funèbres de nos vingt ans
    Maintenant, les corbillards à tombeau grand ouvert
    Emportent les trépassés jusqu'au diable vauvert
    Les malheureux n'ont mêm' plus le plaisir enfantin
    D'voir leurs héritiers marron marcher dans le crottin
    L'autre semain' des salauds, à cent quarante à l'heur'
    Vers un cimetièr' minable emportaient un des leurs
    Quand, sur un arbre en bois dur, ils se sont aplatis
    On s'aperçut qu'le mort avait fait des petits
    Mais où sont les funéraill's d'antan ?
    Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards
    De nos grands-pères
    Qui suivaient la route en cahotant
    Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées
    Ronds et prospères
    Quand les héritiers étaient contents
    Au fossoyeur, au croqu'-mort, au curé, aux chevaux même
    Ils payaient un verre
    Elles sont révolues
    Elles ont fait leur temps
    Les belles pom, pom, pom, pom, pom, pompes funèbres
    On ne les r'verra plus
    Et c'est bien attristant
    Les belles pompes funèbres de nos vingt ans
    Plutôt qu'd'avoir des obsèqu's manquant de fioritur's
    J'aim'rais mieux, tout compte fait, m'passer de sépultur'
    J'aim'rais mieux mourir dans l'eau, dans le feu, n'importe où
    Et même, à la grand' rigueur, ne pas mourir du tout
    O, que renaisse le temps des morts bouffis d'orgueil
    L'époque des m'as-tu-vu-dans-mon-joli-cercueil
    Où, quitte à tout dépenser jusqu'au dernier écu
    Les gens avaient à cœur d'mourir plus haut qu'leur cul
    Les gens avaient à cœur de mourir plus haut que leur cul

    Dominique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien belle chanson mais, vu qu'on ne sait plus vivre, comment saurait-on mourir ?

      Supprimer
  6. Les gilets jaunes mourront peut être de leur belle mort ou s'éteindront probablement à petit feu mais s'il y en a un qui ne dételle pas,c'est bien notre phare de la pensée complexe,l'astre élyséen en manches de chemise..
    56 heures de temps d'antenne sur deux jours et nous n'en sommes pourtant qu'au début!
    Mazette! avec un pareil marathonien du one man show d'entreprise,on n'achève pas Macron!

    La solution la plus simple pour lui faire gagner un temps précieux,serait qu'il crée son propre canal Macron,mais on me signale qu'il en a déjà un à sa dévotion: BFM TV..

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Macron est en effet impressionnant. Le problème est que s'il fait le même show dans TOUTES les régions, ça va devenir lassant.

      BFM est également la chaîne des GJ...

      Supprimer