..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 25 juin 2015

Petit commerce



« Vous tuez le commerce de proximité ! » c’est ainsi que le bon garagiste réagit lorsque je lui annonçai que j’avais fait affaire sur Internet et que je ne prenais pas sa magnifique tondeuse pour cause de prix bien trop élevé par rapport à des articles similaires vendus en ligne.

Il est vrai que toutes ces vitrines abandonnées déparent les rues de nos villages. Je suis le premier à le regretter. Cependant, s’il n’y avait que des acheteurs de mon genre, leur nombre grossirait encore. Car je dois l’avouer à ma courte honte : je suis atteint de bouticophobie. Entrer dans le moindre petit commerce, quand il ne s’agit pas d’un salon de coiffure ou d’un garage,  m’est une épreuve. En revanche,  je me sens à l’aise dans la grande distribution où personne ne vient m’agresser, où l’on me laisserait, si tel était mon bon plaisir (mais il l’est rarement, contempler les biens que je guigne tout mon soûl sans qu’on vienne me proposer de l’aide ou des renseignements que, n’étant ni aveugle ni illettré, je suis capable de lire sur les étiquettes informatives. Pour ce qui est du bricolage, quand le doute me taraude, je me mets à la recherche d’un vendeur qui se fait un devoir de m’offrir les précisions requises. Sinon, j’adore la paix royale qu’offre le self-service.

On m’objectera que le petit commerce crée du lien social. Mouais. Personnellement, les échanges sur le temps qu’il fait ne sont pas indispensables à mon intégration. De plus, certaines manies petites-commerçantes m’agacent au plus haut point. Le « Et avec ça, ça sera ? » de la boulangère ou de la charcutière après que je leur ai demandé une baguette ou deux tranches de jambon m’irrite. Qu’attendent-elles ? Que me revienne soudain à l’esprit qu’en plus de ces menus achats j’avais un besoin irrépressible de 457 pains au chocolat, de 34 pains de quatre livres, de 95 babas au rhum, de 64 croissants, de 40 kilos de levure ou encore de 20 mètres de boudin, de trois tonnes de lard maigre, d’un demi-porc, de 45 kilos de pâté, de 36 000 andouilles (ce qui expliquerait au passage la présence du poids lourd réfrigéré de location que j’aurais garé devant la boutique) ?

L’e-commerce, présente en plus d’éviter d’oiseuses bavasseries au bavard impénitent que je suis les considérables avantages de ne pas m’astreindre à observer les horaires d’ouverture et de n’avoir pas à me déplacer vers de grandes surfaces spécialisées situées en périphérie des villes (j’ai en sainte horreur tout ce qui ressemble à un environnement urbain).

Il est vrai qu’ainsi je tue le commerce de proximité mais, vu l’usage que j’en ai, il me faudrait être bien hypocrite pour prétendre pleurer sa disparition. Tout le mal que je lui souhaite c’est que demeure un nombre suffisant d’amateurs de « lien social », de discuteurs-de-bout-de-gras-avec-la-charcutière et de clients avides de conseils et de sourires commerciaux pour qu’il se maintienne.

24 commentaires:

  1. Et voyez comme c'est curieux : les commerces que je déteste le plus, quant à moi, sont les boutiques des coiffeurs (chez qui je ne mets plus les pieds ni les cheveux depuis 2003) et les garages. Cela étant, je n'ai pas une affection débordante pour les autres non plus. Et pas davantage pour les "grandes surfaces", où Catherine se fait un devoir d'aller à ma place, simplement parce que j'ai réussi à lui faire croire que j'écrivais un roman et ne pouvait donc pas être dérangé (même si, pour écrire un roman, il faille l'être singulièrement, dérangé).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas dire que j'adore les salons de coiffure (bien qu'au mien les coiffeuses soient très gentilles) ni les garages mais ce sont les seuls petits commerce que je fréquente par obligation plus que par goût.

      Ce n'est pas bien de mentir à Catherine !

      Supprimer
  2. Diantre, avec vous il n'y aurait donc plus de Vincent Poursan dans les albums d'Achille Talon !
    Et que serait Moulinsard sans la boucherie Sanzot ?
    Et le village gaulois sans Ordralphabétix ?
    Quant à la formule "le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière" elle n'aurait plus droit de cité ...

    RépondreSupprimer
  3. C'est à cause de gens comme vous qu'Hédiard a fait faillite.
    Vous n'avez donc pas de cœur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, et je n'en suis pas fier. Fauchon suivra vu que je m'approvisionne chez Leclerc.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas de commerce à proximité. Je suis obligé de prendre ma voiture pour aller faire mes courses dans les commerces de proximité des habitants du département voisin. A l'étranger en quelque sorte. J'ai quelquefois du mal à comprendre l'accent des vendeurs et je me méfie des spécialités locales. La tourista ne passera pas par moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eure-et-Loir ou Loiret ? N'importe comment, ces gens-là sont des coquins.

      Supprimer
  5. Je vous conseille tout à fait d'utiliser les caisses automatiques dans les grandes surfaces, ainsi évitez-vous également la caissière.
    Mon père est venu me voir il n'y pas longtemps, nous avons été faire des courses, je suis passé par la caisse automatique...et le discours " non, mais n'y a-t-il pas assez de chômage en Espagne pour passer par la caisse automatique...". Il m'a aussi sorti le "lien social" avec la caissière... Je cède, on passe par la caissière d'une lenteur insoutenable lorsque que la file "automatique" avançait de manière fluide...La caissière ensuite a tiré une tronche pas possible en passant au scanner nos achats...ambiance très pesante...expérience tout à fait désagréable...


    Vous voyez la chute venir, la fois d'après, nous sommes passés par les caisses automatiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas encore passé à la caisse automatique. Vu que je fais mes courses aux heures creuses (privilège des vieillards !) je continue à voir les caissières qui sont ici aimables (en général).

      Supprimer
  6. Et ne pas venir ensuite demander au commerce de proximité de réparer la tondeuse achetée en ligne me semble une évidence, ne serait-ce que par cohérence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu que le garage propose des services d'entretien et de réparation, je ne vois pas pourquoi je m'en priverais. Surtout qu'à 48 € de l'heure, je ne crois pas qu'ils le fassent par charité chrétienne.

      Supprimer
  7. Assassin ! Il devrait y avoir des lois contre ça.
    Ah... on me glisse dans l'oreillette que ces lois existent déjà, sans pour autant empêcher la mort du piti commerce de proximité.
    C'est donc qu'elle sont insuffisantes ! Etablissons la gabelle du piti commerce : obligation d'acheter pour tant par an dans un commerce de proximité, sous peine d'être envoyé aux galères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devriez être ministre du petit commerce. Avec vous il revivrait surtout si on imposait une forte taxe aux grandes surfaces et aux e-commerçants représentant l'équivalent de leur marge brute.

      Supprimer
  8. Ce que vous appelez étrangement "e-commerce", cher Jacques, n'est que la très ancienne vente par correspondance (cf. Au bonheur des dames, de Zola) ...
    Quant au très-horripilant "et avec ça" de la vendeuse, je réponds uniquement par "que vous dois-je?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur. A part qu'on n'a même pas besoin d'aller poster son bon de commande.

      Au "avec ça?" je réponds "rien".

      Supprimer
  9. j'avoue moi aussi, depuis la disparition des merceries parisiennes , acheter mes fournitures sur internet, bien sûr ,je suis consciente que la disparition des dites merceries, est la conséquence de mes achats en ligne, donc, c'est le serpent qui se mord la queue, j'achète en ligne parce qu'il n'y a plus de merceries où je n'allais pas parce que des prix trop élévés et une amabilité toute relative , la vie est bien compliquée

    RépondreSupprimer
  10. Je crains, hélas, pour la survie du petit commerce, que l'écrasante majorité de nos contemporains ne voient les choses exactement comme vous. Le "petit commerçant" n'est généralement qu'un entubeur de clients crédules et il n'a d'autre objectif que de remplir au maximum son tiroir-caisse...objectif qu'en raison d'une concurrence mortelle il ne parvient plus, la plupart du temps, à tenir. Il s'agit donc d'un mort en sursis, la meilleure des choses consiste à laisser faire la nature...paix à l'âme peu reluisante du petit commerce.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ayant moi-même pratiqué le commerce (plutôt moyen que petit), je ne peux que confirmer que la principale motivation du boutiquier est de se remplir les poches au maximum. Le "service" ne vient qu'après, quand il vient car certains commerçants sont d'une amabilité et d'une obligeance très relatives.

      Supprimer
  11. Aujourd'hui, nous avons cherché dans 2 "grands" commerces de notre région des filtres pour spa, en vain (et une vingtaine de kilomètres inutiles). De retour chez nous, mon mari me dit : "Et sur internet ?" Idée "lumineuse" et quelques minutes plus tard, en quelques clics, nous avions notre confirmation de commande (à voir pour la livraison promise en 24 heures...) Nous assistons là, à un changement de société et petit à petit, nous y adhérons... Wait and see...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour compléter ce que je répondais à Michel, j'ajouterai qu'en plus on trouve TOUT sur Internet.

      Supprimer
  12. Acheter une tondeuse en ligne ? Je n'y avais pas pensé. Et vous avez choisi quoi comme modèle ? Pour quel prix ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici le lien, mais je l'ai payée 10€ de moins : http://www.cdiscount.com/maison/bricolage-outillage/alpina-tondeuse-thermique-tractee-51cm-mulching/f-11704140102-bl510sbq.html

      Supprimer