..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 10 juin 2013

Faut-il cultiver notre jardin ?



Candide, après des voyages autour monde pour le moins riches en péripéties, affirme que oui. Romain Gary, dans Le grand vestiaire, roman qui préfigure Émile Ajar bien que publié en 1948, pense que non. Situées juste après la fin du deuxième conflit mondial, les aventures de ses héros se terminent dans le jardin d’un garde-barrière amateur de roses. Un beau salaud qui, tandis que la guerre faisait rage, avait consacré tous ses soins à élaborer de nouvelles roses. Il avait même  vu une de ses créations, l’Impératrice jaune  recevoir le premier grand prix en 1943 ! Monsieur, alors que « des millions d’hommes se faisaient tuer pour [lui] » vivait une vie paisible dans son mini éden au milieu des vignes !  Quelle ordure !

Gary, à travers ce personnage, et l’indignation qu’il inspire à son jeune héros fait le procès du refus de l’engagement.  Georges Brassens, dans Les deux oncles  lui répondit.  C’était en 1964. Les temps ont changé ! Pourrait-on, alors que pratiquement tous les protagonistes de cette tragédie sont morts ou bien engagés sur la voie du gâtisme, de nos jours écrire et chanter un tel texte sans encourir les foudres des bien-pensants? J’en doute !  Les temps sont à l’héroïsme ! Aujourd’hui, au moins en parole, l’engagement est essentiel.  Revienne l’occupation, on aurait dans les 100% de résistants, au bas mot. Ce ne fut pas le cas en 1940.

Je suis d’une génération dont les parents ont connu la guerre. A les écouter, eux qui ne furent ni héros ni traitres, les choses semblaient moins simples qu’elles n’apparaissent aujourd’hui.  Plus que rêver de plaies, de bosses, de luttes armées, d’exploits glorieux et d’actions violentes, leurs récits et mon tempérament m’ont plutôt mené vers le pacifisme. S’il doit y avoir des guerres, qu’elles se fassent sans moi.  Contrairement à la tradition, il ne faudra pas non plus compter sur moi pour pousser les jeunes à y prendre part. Je partage pleinement l’opinion de M. Brassens  (encore ?  - oui, encore !) sur la question. Mourir pour des idées ?  Non merci !

Cela ne veut en aucun cas dire que l’on n’ait pas des idées tranchées sur les choses de ce monde. Seulement, de là à vouloir les imposer à autrui suite à un combat donquichottesque, il y a un pas que je ne franchirai pas. A quoi sert de gagner par un combat douteux si seule la peur qu’engendre  la force retient les vaincus d’exprimer  ce qu’ils sont ?  Seule l’adhésion d’une LARGE majorité à un consensus social peut fonctionner. Violence, intimidation par la loi ne serviront à rien. Si une grande majorité des passagers et de l’équipage du bateau sur lequel je suis embarqué trouve judicieux de le saborder en pleine mer, les chances de parvenir à  les en empêcher sont minces. On gagnera peut-être du temps en tentant de retarder leur accès à la cale mais, sauf à les convaincre de l’inanité de leur intention, ça ne servira à rien.

D’où l’intérêt de la culture jardinière. D’ailleurs, quoi qu’on en dise ou proclame, cultiver son jardin, que ce dernier soit métaphorique ou non, n’est-il pas la principale activité à laquelle se livrent ou aspirent l’immense majorité des hommes et femmes ?  

Comme le bon vieux Georges, j’inviterai les boutefeux de tous bords qui disent ne rêver que de combats  et y poussent les autres à aller s’entre-massacrer en un lieu de leur choix et de nous foutre la paix. Je doute que nous perdions ainsi grand monde et que cette perte soit grande…

15 commentaires:

  1. Que chacun cultive donc son jardin en attendant la mort lente qui viendra toujours bien trop vite !

    RépondreSupprimer
  2. Jacques, vous êtes un sage et cela fait du bien de vous lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sage ? Ça se discute. Merci cependant de m'apprécier !

      Supprimer
  3. "A quoi sert de gagner par un combat douteux si seule la peur qu’engendre la force retient les vaincus d’exprimer ce qu’ils sont ?" Mais c'est un sujet de gôche, cher Jacques ! De quel droit osez-vous être l'auteur d'une telle question ? Vous ne reculez-décidément devant aucune vilénie !

    Crr crrr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un sujet de gôche ! Reculer devant une quelconque vilénie serait indigne d'un réac !

      Supprimer
  4. Voltaire quel mec !
    Une sorte de Brassens avant l'heure si j'en crois son Candide.

    Vous êtes un mondain:

    Regrettera qui veut le bon vieux temps,
    Et l'âge d'or, et le règne d'Astrée,
    Et les beaux jours de Saturne et de Rhée,
    Et le jardin de nos premiers parents;
    Moi je rends grâce à la nature sage
    Qui, pour mon bien, m'a fait naître en cet âge
    Tant décrié par nos tristes frondeurs:
    Ce temps profane est tout fait pour mes moeurs.
    J'aime le luxe, et même la mollesse

    RépondreSupprimer

  5. Et puis parler jardin ça calme...
    Plus un Jégoune à l'horizon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai qu'un réac pacifique c'est décourageant pour la gauche et ses "luttes" continuelles. Il est toujours curieux de constater que ces gens si épris de paix utilisent sans cesse un vocabulaire guerrier : lutte, combat, conquêtes, etc.

      Supprimer
  6. Je reviens vous lire après quelques jours et il semble que j'ai tout loupé. Alors juste à dire "ne changez pas" ! Des fois que vous en seriez encore capable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je pense que mon principal changement à venir sera spatial et non idéologique. J'irai voir comment c'est l'au-delà. Hélas, je ne serai plus en mesure de vous communiquer si c'est mieux ou pire là-bas...

      Supprimer
    2. Ne pariez pas trop sur le fait d'avoir la paix là-bas, on ira quérir shamans et mediums :p

      Supprimer
    3. Non, pas ça ! Je vous en prie !

      Supprimer
  7. De nos jours pour se taper sur la gueule, il y a les rings de boxe, le mec en face fait rarement des cadeaux.

    Avant il y avait des arènes où combattaient les gladiateurs, thrace vs mirmillon, rétiaire vs secutor,mais ça c'était avant.

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.