..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 5 février 2019

Grand Débat

Tous les Français sont conviés à participer au Grand Débat. Il s'agirait de faire part à nos gouvernants de nos diverses revendications afin que ceux-ci, plutôt que de faire ce qu'ils jugent bon pour le pays, s'attachent à répondre aux véritables aspirations du peuple. Quoi de plus beau, de plus noble, de plus démocratique, de plus et tout et tout ?

Pourtant, ce Grand Débat se fera sans moi. Non que je pense que son véritable but soit de noyer le poisson comme il est de bon ton de l'affirmer mais pour diverses raisons dont la première est, qu'étant satisfait de mon sort, je ne revendique rien de précis. De plus, si mon sort ne me convenait pas, je ne compterais pas sur une quelconque mesure gouvernementale pour l'améliorer. D'autre part, au niveau politique, mes sujets de mécontentement ne sont pas si originaux que j'en vienne à penser que nul ne songera à les formuler ni suffisamment partagés pour que je puisse rêver de les voir portés par une majorité de participants et encore moins pris en compte par le gouvernement. Dans ce cas, à quoi bon aller bavarder à la mairie ou en tout autre lieu où l'on débattrait ?

La fameuse « crise des Gilets Jaunes » m'a fait réaliser à quel point je me sentais éloigné des idées qui courent rues et rond-points. Si, au départ, ce mouvement avait rencontré ma sympathie, ne serait-ce que parce qu'augmenter les taxes sur les carburants à un moment où le prix de ceux-ci atteignait des sommets me paraissait aussi maladroit qu'absurde, qu'avoir amputé le pouvoir d'achat déjà en régression de modestes retraités n'était pas souhaitable et que l'aspiration de certaines catégories particulièrement défavorisées à plus de bien être était parfaitement justifiée. Ensuite, quand on en est venu à réclamer une démocratie participative ou le RIC, quand les revendications sociales sont devenues totalement irréalistes, quand la démission du président et/ou la dissolution de l'assemblée devinrent des priorités, mon enthousiasme premier s'est bougrement refroidi. Il disparut totalement quand je vis, de toute part, s'élever la condamnation des violences policières d'un "État totalitaire ».

J'ai eu de plus en plus nettement l'impression que se créait une majorité de mécontents n'ayant en commun que le rejet d'un homme, une coalition hétéroclite ne partageant que la haine d'un pouvoir aussi récent que sont anciennes ses raisons et qu'en admettant qu'on exauce ses vœux de destitution ou de dissolution cela ne mènerait qu'à montrer de manière encore plus évidente que notre pays est devenu ingouvernable.

Tout cela m'amène à me demander si, plutôt que d'attendre le salut de l'avènement de Bidule ou de Machin, voire d'un peuple souverain qui part dans tous les sens, on ne ferait pas mieux de s'éloigner des débats qui agitent les foules et de se contenter de consacrer le peu de temps qu'il nous reste à cultiver notre jardinet et, comme le préconisait Brassens, faute d'un idéal surhumain, à se borner à ne pas trop emmerder ses voisins.

15 commentaires:

  1. Ensuite, quand on en est venu à réclamer une démocratie participative ou le RIC, quand les revendications sociales sont devenues totalement irréalistes

    Il y a peut-être une explication à ça.
    Lire sur le sujet cet excellent article.

    https://www.causeur.fr/gilets-jaunes-medias-isf-ric-debat-158790

    Content de vous voir de retour.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article en effet. Je l'ai partagé sur facebook. Je sens qu'avec lui je vais encore me faire des amis !

    RépondreSupprimer
  3. Si je comprends bien, et inutile de faire un débat là-dessus, ce n'est pas demain que nous aurons cette "série noire" puisque vous voyez la vie en rose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains qu'il y ait un malentendu :je n'ai jamais eu dans l'idée de raconter une série d'anecdotes dramatiques. Dans mon titre je voulais simplement dire que les choses vraiment graves ne manquent jamais de se produire, tôt ou tard. Quant à voir la vie en rose, ce n'est pas le genre de la maison. Je suis aussi heureux que je suis capable de l'être, c'est déjà pas mal et je m'en satisfais.

      Supprimer
  4. « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
    Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »

    L'essentiel n'est-il pas d'avoir de belles carottes?

    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand les nazis sont venus chercher les communistes, bien que non communiste, il protesta vivement. Le nazi vinrent le chercher. Fin de son histoire.

      Plaisanterie mise à part, je ne vois pas bien le rapport qui peut exister entre les années trente et notre époque : les menaces, probablement encore plus graves, ne sont pas les mêmes.

      Supprimer
  5. Ah oui !... Brassens !
    gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
    se borne à ne pas trop emmerder ses voisins !
    et gloire à don juan qui rendit femme celle
    qui, sans lui, quelle horreur ! serait morte pucelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mon souvenir l'idéal était "surhumain" mais vous avez raison, c'est de "sacro-saint" que Brassens l'avait qualifié.

      Supprimer
    2. Cher Jacques !

      Pour le surhumain vous aurez confondu Georges Brassens avec Fiedrich Nietzsche ...

      Un abus de poiré ?

      Dominique

      Supprimer
    3. N'y ayant jamais goûté, j'ignore tout du poiré.

      Supprimer
  6. Votre dernier paragraphe est celui d'un sage,surtout si on veut s'éviter un ulcère....
    Malheureusement,à la campagne aussi,certains rivalisent d'imagination pour emmerder leurs voisins,à croire qu'ils sont trouvé là leur vocation...
    Vous me mettrez aussi beaucoup de roses dans le jardinet, pour accompagner agréablement les années qui nous restent,surtout de la variété appelée demoiselle...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vendémiaire : jusqu'ici je n'ai pas à me plaindre de mes voisins. Pour ce qui est des rosiers, il en existe déjà beaucoup dans mon jardinet mais j'en ignore le nom.

      Supprimer
  7. Et pourquoi pas de grands ébats ?...

    Dominique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez, les grans ébats, ça m'est passé... L'âge peut-être ?

      Supprimer