..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mercredi 12 décembre 2018

Le porc

Parmi les nouveaux animaux de compagnie il en est un qui allie agrément et utilité. Je veux parler, comme ceux qui ont lu le titre s'en doutaient déjà, du porc, également appelé cochon. Sa longue familiarité avec l'être humain a donné naissance à de nombreuses expression dans le langage courant. J'en évoquerai quelques unes :

« Dans le cochon, tout est bon ». Peut-on imaginer hommage moral plus fervent ? « Tout homme a dans son cœur un cochon qui sommeille », c'est à dire qu'en lui la bonté ne demande qu'à être éveillée. « Avoir un caractère de cochon », qualité souvent attribués aux bretons et dont je m’enorgueillis du fait de mes origines trégoroises, signifie être d'un naturel enjoué et festif qui pousse, par exemple, à organiser des feux de joie dans les préfectures ou à déverser des tonnes de lisier dans leur cour. « X est un vieux cochon » (notons au passage qu'il n'existe pas plus de jeunes cochons que de jeunes badernes), dit-on d'un homme qui malgré l'âge garde une soif de vivre inentamée. Très récemment, le slogan « Balance ton porc » fut lancé par la propriétaire d'un suidé qui, ayant constaté à quel point son animal était ravi de monter sur une balançoire, voulut répandre cette pratique ludique.

Mais, pour paraphraser la réplique de La Farce de Maître Pathelin, revenons à nos cochons. Adopter un animal de compagnie est une décision qui ne doit pas relever de la foucade ! A quoi bon acquérir un poisson rouge si on ne possède ni bocal ni aquarium ? Ce serait l'exposer à une courte vie de misère ! De même, comment faire le bonheur d'une girafe quand on vit dans un studio exigu et bas de plafond ? Le porc, lui convient à tous les habitats, qu'ils soit ruraux ou urbains (ce dernier, pour des raisons que je n'ai jamais bien saisies déclencha le rire de mes condisciples au collège lorsque notre professeur nous en parla.). Bien sûr un sol en terre battue serait l'idéal afin qu'il puisse fouir à son aise mais il saura s'accommoder d'autres types de sols tant sa nature est bonne. Certains, ayant prêté une oreille complaisante aux racontars, pensent que le cochon n'est pas très propre. Il n'en est rien. Lorsqu'on lui permet de bénéficier des équipements nécessaires, il fait montre d'une hygiène physique scrupuleuse, se brossant les dents après chaque repas, prenant une à deux douches quotidiennes, et poussant parfois la coquetterie jusqu'à se vernir les sabots. S'il n'en va pas de même dans les élevages porcins, c'est que dans la plupart des cas c'est en vain qu'on y chercherait lavabos, verres à dents, dentifrice, brosses, savons, serviettes de bain et cabines de douche en nombre suffisant.

De plus, sa compagnie est d'un agrément remarquable. Il se montre affectueux pour peu qu'on lui témoigne une affection sincère. Il est toutefois déconseillé de lui permettre de se coucher sur votre lit surtout si vous en avez choisi un de l'espèce Large black dont le mâle atteint les 360 kilos. De manière générale, il est peu sage d'en adopter un couple car la femelle, au bout de 115 jours peut donner naissance à 12 petits et cela deux fois par an. Placer 24 petits porcs chez vos amis tous les ans peut s'avérer une gageure. Sauf, bien entendu, si vous êtes ami avec un charcutier qui se fera un plaisir d'adopter toute la portée avant qu'elle n'ait été sevrée et vous offrira parfois une modeste compensation par alléger votre peine . Ces artisans ont un cœur d'or !

Toutefois, au moment des vacances la possession d'un porc pose problème. Comme celle d'un chien. Combien d'hôtels, combien de musées les refusent ? Quant aux porcs n'en parlons pas. A ma connaissance AUCUN ne dit les accepter quelle que soit leur taille. Pour éviter de se voir privés d'hébergement et d'escapades culturelles, on comprend que bien des gens abandonnent leur chien, la mort dans l'âme ! Avec le porc, il existe une autre solution. Plutôt que de l'attacher à un arbre, vous pouvez le manger ! En effet, à la différence de la chair du chat ou du chien dont peu de gens se repaissent, la sienne est délicieuse, surtout si vous l'avez alimenté de produits bio. De plus, vous pouvez, soit salés soit congelés, soit confits conserver longtemps les délicieuses préparations que vous en aurez faites. Ainsi, même après sa disparition votre ami à quatre pattes continuera à vous procurer du plaisir et à se montrer utile.

12 commentaires:

  1. Avec un point d'exclamation,vous faisiez une insulte potable: le porc!
    Mais nous contenterons du porc sans point d'exclamation,dans lequel tout est bon,ici aussi.
    Riez,riez mais je me trouvais récemment dans une exploitation modèle,où il me fut permis de visiter l'étable à cochons où folâtraient quelques mignons gorets...
    J'en avais repéré deux aux doux yeux cillés et bientôt persillés,dont je me proposais de demander des nouvelles à la fermière à ma prochaine visite.

    Mais,à la visite suivante,ne les voyant plus,je demandai de leurs nouvelles à la crémière.

    "Mon bon monsieur, vous ne les verrez plus,tous passés à la casserole la semaine dernière!"
    (oh! bien sûr,elle ne l'a pas dit ainsi,y mettant les formes,mais j'avais déjà compris,allez..).

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est certain que les éleveurs ont une légère tendance a vouloir retirer un certain profit de leur activité et que cela entraine forcément une issue fatale pour leurs malheureux animaux. Ce monde est cruel !

      Supprimer
  2. Autre côté éminemment sympathique de la bestiole, outre les savoureuses charcutailles en émanant, ses côtes, échines et autres filets mignons, c'est d'être honni par ceux qui nous honnissent !...

    Dominique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez tout à fait raison.
      Pourquoi avoir choisi un coq stupide comme animal fétiche et emblème national quand le porc y aurait largement pourvu...
      Et si on peut emmerder mahométans et vegans,en passant,on fait coup double.

      Vendémiaire.

      Supprimer
  3. Je crois savoir (source sûre maraboutesque) depuis ma lointaine Haute-Volta que Jeanne d'Arc ne trouvait pas l'évêque Cauchon si sympathique ...

    Et pourquoi citer le large black mais ni le noir de Bigorre ni le porc d'Amsterdam ?

    Cochon qui s'en dédit !

    Dominique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...Echangerais bien sur le bûcher une Jeanne d'Arc contre un Cauchon grillé.

      Vendémiaire.

      Supprimer
    2. Mon choix du Large black est dû à son poids remarquable qui permet de mieux réaliser les inconvénients qu'il y aurait à autoriser un porc à partager votre couche (en tout bien tout honneur), c'est tout. D'autres porcs, comme le Noir de Bigorre, ne manquent certes pas de mérites mais leur poids est bien moindre.

      Supprimer
  4. A votre place, avec un pareil panégyrique du cochon, sous toutes ses formes, je craindrais, qu'à l'instar des Gilets Jaunes, d'être accusé de provoquer des attentats terroristes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien conscient qu'en signalant le mérite insigne de cet animal je mets ma vie en péril. Mais, que voulez vous, la vérité doit être dite, quel que soit le prix à payer.

      Supprimer
  5. C'est bien vrai, c'est le meilleur ami de l'homme! Et en plus il pourrait rendre
    de signalés services en tant qu'allié dans notre éventuelle résistance à l'invasion!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  6. Il paraîtrait (je n'ai pas essayé) que la présence d'un porc aurait tendance à éloigner certains types de français de fraîche date contre lesquels certains français de date plus avancée (pour ne pas dire rancie) développeraient quelque allergie ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux pour sa sécurité garder à ses côtés un porc plutôt qu'un mouton pour garde du corps !

      Vendémiaire.

      Supprimer