..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

dimanche 9 décembre 2018

La pétanque, le bricolage et la découpe de viande, voilà les dangers !

Nous sommes toujours en république. L'apocalypse n'a pas eu lieu. Il faudra attendre la semaine prochaine, la suivante voire plus tard. L'action préventive de nos forces de l'ordre nous a évité ce désastre. La prévention, c'est comme la défense dont la meilleure forme, définie par les Monty Python il y aura bientôt cinquante ans, est de frapper votre adversaire avant même que l'idée de vous attaquer ne lui soit venue à l'esprit. Ainsi furent arrêtés de potentiels manifestants ayant dans leur coffre de voiture des boules de pétanque ou des tournevis. Notons au passage que le violent gilet jaune est non seulement très méchant mais ne regarde pas à la dépense et ne ménage pas sa peine. C'est ce qu'on ne peut manquer de penser quand on compare le prix de la boule et le fardeau qu'elle contraint à porter à la gratuité d'un pavé trouvé sur place.

D'autre part, rien ne prouve que ces boules avaient pour destination d'être utilisées comme des armes de jet létales. On peut penser que, pour certains, se promener toute la journée sur las Champs-Élysées puisse sembler ennuyeux à la longue et qu'afin de passer le temps ils y apportent leurs boules au cas ou des parties s'y organiseraient...

Quoi qu'il en soit et qu'on le veuille ou non, la boule de pétanque est devenue une arme par destination au même titre que le tournevis. Cela m'inquiète d'autant plus que je détiens en ma demeure trois boules de pétanque et un grand nombre de tournevis. Que m'arriverait-il, si, montant d'un cran, l'action préventive menait les autorités à perquisitionner les domiciles à la recherche d'armes par destination ? Devrais-je cacher ces objets ainsi que mes couteaux et ma feuille de boucher ? Si leur cachette venait à être découverte, cela ne me rendrait-il pas encore plus suspect ? Devrais-je, la mort dans l'âme, porter tout ça au bac des métaux de la déchetterie ? Solution dangereuse, car ce faisant, en cas de contrôle de mon véhicule, je me verrais accusé de transporter un véritable arsenal.

J'avoue ne plus savoir que faire alors que, loin de rêver de violences gendarmicides, mes préoccupations du moment sont de rénover une chambre pour la venue de ma fille à Noël et de réparer la chasse d'eau des waters du rez-de-chaussée!

8 commentaires:

  1. Vous savez que c'est exactement la réflexion que je me suis faite ce matin, au petit déjeuner...qui mène aux plus hautes pensées.
    En effet,toutes ces boules de pétanque confisquées hier vont faire défaut quelque part.
    Verra-t-on,les week-end,boulodromes et buvettes désertés,faute de joueurs et de munitions?

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et une vie sans pétanque est comme une belle à qui il manque un œil (ou comme un CRS sans "lycéens" à martyriser)...

      Supprimer
    2. Vous avez involontairement fait un lien entre perdre un oeil et CRS...
      C'est pourtant ce qui est arrivé à une jeune picarde de 20 ans samedi sur les Champs Elysées,victime probablement d'un tir tendu.

      Vendémiaire.

      Supprimer
    3. C'était bien involontaire. Il me semble d'ailleurs que la même mésaventure était arrivée à un CRS lors d'une précédente manifestation.

      Supprimer
  2. +Mon mari a longtemps travaillé rue François 1er, à deux pas des Champs donc, et jouait à la pétanque avec les employés de France 3; ce n'est pas incompatible ! personnellement ce que je préférais c'était qu'il m'achète mes cadeaux chez Dior (il n'avait qu'à traverser la rue…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je suis bien, acheter du Dior, c'est comme trouver un emploi.

      Supprimer
  3. Des boules de pétanque ! Même les gendarmes doivent regretter le bon temps où ils se faisaient matraquer à grands coups de mamelles par les mégères gendarmicides de la chanson !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dire que les rappeurs qui appellent à tuer les flics justifient la violence de leurs textes par cette pochade du père Georges !

      Supprimer