..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 8 mars 2018

Jour de tristesse !

J'étais plutôt de bonne humeur ce matin : une pluie drue tombait d'un ciel plombé, j'avais rendez-vous chez le dentiste, ma nuit avait été agitée, bref tout était réuni pour une journée de rêve. J'allume la télé et qu'ouis-je en premier titre du journal de 8 h  ? Que Jean-Yves Le Drian quittait le PS ! Je crus halluciner ! Machinalement, je portai ma main à l'oreille pour régler mon sonotone. Le problème c'est que je n'ai JAMAIS porté de sonotone ! Craignant d'être victime d'une forme de delirium auditif, je me promis de lever un peu le pied sur le whisky mais force fut de constater que j'avais bien entendu car l'intéressé lui-même apparut à l'écran pour expliquer, la mort dans l’œil, qu'après quarante-quatre ans d'idylle avec ce parti, le temps était venu d'une déchirante rupture !

Je ne m'en remets pas ! Un fait d'une telle importance, qui ne manquera pas d'occuper les unes de la presse internationale et de créer la panique dans les principaux centres boursiers de la planète, ne se produit pas tous les jours car voyons les choses en face : que deviendront le PS et donc la France si cet homme d'exception quitte le navire ? Qui l'y remplacera ? Car ce n'est pas n'importe quel Drian qui s'en va, c'est LE Drian ! L'homme au regard de cocker triste qui vient de se prendre une raclée ! Cette race canine supportera-t-elle le choc ? C'est aussi l'homme dont le charisme éclipse celui de l’huître et de l'amibe réunies !

Avec ce départ, c'est tout un monde qui disparaît. Il y aura désormais l'avant et l'après rupture PS-Le Drian. Bien sûr, le grand homme reste au service de l'État, bien sûr il continuera de mener la politique extérieure de la France avec la même maestria qu'il démontra naguère à la tête de nos glorieuses armées, bien sûr son génie éblouissant ne cessera d'éclairer le monde. Mais quid du PS ?

Un PS sans le Drian, c'est comme une crème glacée sans ketchup, une reine de beauté sans moustache, un marin sans trottinette ! Ce pauvre parti, âme de la France, déjà bien amoindri par les défaites électorales et de lâches désertions pourra-t-il subsister ? Et une France sans PS serait comme une randonnée sans cor au pied, un dimanche sans belle-mère, un enterrement sans bal musette...

Nous vivons un grand deuil.

14 commentaires:

  1. Ah mais je commence à mieux comprendre pourquoi, tout à coup, on accuse Le Drian d'avoir favorisé ses petits-fils pour leur entrée dans telle ou telle école !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment pouvez-vous imaginer que ces deux faits soient corrélés ?

      Supprimer
  2. Mais quid du PS ?

    Il paraît qu'il y a encore quatre gugusses qui se battent pour prendre la tête du parti des 6%.
    Même qu'ils auraient débattu entre eux hier au soir afin d'éclairer le choix des derniers socialistes. J'sais pas si ça a passionné les foules ce débat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu l'engouement pour les minorités, je ne vois pas pourquoi le PS ne passionnerait pas les foules.

      Supprimer
  3. Ne plaisantez pas avec la reine de beauté sans moustaches. Le jour approche...

    Le Page

    RépondreSupprimer
  4. Ayant, contrairement à vous, baissé le sonotone et augmenté le whisky, je ne puis partager votre peine.

    RépondreSupprimer
  5. Un proche me l'a annoncé ce soir.
    "Le Drian se retire..."
    -Merde! il démissionne et se retire de la vie politique?
    "Non,seulement du PS."
    -Ah bon...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
  6. Sans compter que ça fait diminuer les effectifs du PS d'un sacré pourcentage - j'ai pas fait le calcul, mais ça doit faire mal.

    RépondreSupprimer
  7. Ça prend vraiment du temps de changer un ballon...

    RépondreSupprimer