..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 5 mars 2018

Il fait jour à midi, vous êtes sûrs ?

Curieusement, il semblerait qu'en Italie une alliance entre l'extrême droite et la droite « traditionnelle » soit possible sans que le pays se retrouve à feu et à sang voire perde à jamais son âme. Le même phénomène extraordinaire se constate en Autriche où, horresco referens, une telle alliance serait même au gouvernement sans que pour autant ait éclaté une sanglante guerre civile. Ce n'est pas en France qu'on verrait, ou simplement envisagerait, pareilles horreurs. Car en France ON SAIT PERDRE ! Et puis, à droite, on écoute religieusement les degauches qui savent ce qui est bien et ce qui ne l'est pas. La eux-disant extrême droite est le mal incarné, les HLPSDNH aux aguets, prêtes à replonger le pays dans les ténèbres et la barbarie. Le problème est que c'est la gauche qui décide de ce qui est extrême ou pas. Alors qu'à droite, tenir des propos qu'eût tenus sans problème un politicien modéré de décennies pas si lointaines est considéré comme fasciste voire pire, à gauche on ne saurait désapprouver et encore moins condamner quelque parole ou action, si violentes soient-elles, du moment qu'elle s'inscrivent dans la droite ligne du gloubi-boulga qui lui tient lieu d'idéologie.

Admettons qu'un membre de la eux-disant extrême droite déclare qu'il fait jour à midi (ou toute autre évidence). Cette audacieuse position se verrait condamnée par tout ce que la gauche compte de beaux esprits. Et à juste titre, si on considère sa manière particulière d'envisager tout problème. En effet, si le bon peuple tend à croire qu'il fait jour à midi, c'est parce qu'il ne réfléchit pas. Et surtout qu'il généralise outrageusement à partir de constats discutables parce que ne prenant pas en compte TOUTES les données du problème. En effet, si on se trouve en hiver au-delà du cercle polaire, on constate qu'il ne fait pas jour à midi. De même, à l'occasion d'une éclipse solaire totale ayant lieu à midi, et quelque soit l'endroit où l'on se trouve, on se trouve plongé dans les ténèbres. Pour un esprit de gauche, déclarer qu'il fait jour à midi est donc le signe d'une vision partielle, locale et étriquée des choses. Et donc, en aucun cas l'expression d'une quelconque vérité.

En accordant à l'exceptionnel ou au minoritaire autant sinon plus d'importance qu'aux constats généraux, il lui est donc possible de faire passer le loup pour un agneau et réciproquement et cela au nom d'une prétendue connaissance profonde des choses.

Mais revenons à nos alliances. En France, la main sur le cœur, tout dirigeant de droite « traditionnelle »clamera à tous les vents qu'envisager une alliance de toutes les droites est inconcevable. Comment expliquer ce curieux phénomène ? J'avancerai deux hypothèses : d'une part, la droite traditionnelle pense que seule une alliance centriste lui permettra d'accéder au pouvoir. En conséquence, elle accueille dans ses propres rangs des « centristes » penchant fortement à gauche. Du coup son discours s'en ressent : ménager la chèvre et le chou nuit à l'établissement d'une ligne politique claire. D'autre part, en prenant (ou affectant) des attitudes clairement à droite, les politiciens « traditionnels » craignent de voir le FN siphonner leurs voix car on préfère généralement l'original à la copie. Toutefois, M. Sarkozy avait , en 2007, repris au FN son discours et était parvenu à être élu grâce à ses voix avant de mettre en œuvre une toute autre politique. Lorsqu'il a tenté de réitérer cette manœuvre en 2012, des votes lui ont manqué...

A moins de vouloir que notre pays ne reste éternellement aux mains de « modérés » qui le conduisent d'une main molle à l'abîme, il me semble donc souhaitable que les droites s'allient tout en restant fidèles à leur particularités. La porosité des électorats montre que rien ne s'oppose à une telle alliance qui pourrait porter assez rapidement ses fruits si l' « enmêmetempstisme » macronien connaît une débâcle méritée (ce qui semble assez bien parti) affaiblissant durablement le "centrisme" .

11 commentaires:

  1. « Admettons qu'un membre de la eux-disant extrême droite déclare qu'il fait jour à midi »

    Pas de problème : il suffirait de brandir la dernière éclipse totale ayant eu lieu à cette heure-là pour démontrer que l'extrême droite se livre à de honteuses et pernicieuses généralisations abusives.

    RépondreSupprimer
  2. Vous oubliez que nous avons la droite la plus bête du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et une gauche du même tonneau. C'est à se demander si ces gens-là ne représenteraient pas le peuple !

      Supprimer
  3. Que la droite française prenne exemple sur l'Italie.
    Ou qu'elle aille au diable.

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi?: parce que la droite française est de gauche.

    Le Page.

    RépondreSupprimer
  5. Ce que Sarkozy a réussi en 2007, il n'a pas pu le renouveler en 2012 parce qu'entre temps il s'était assis sur le résultat du référendum de 2005, où 54% des électeurs avaient rejeté le projet de constitution européenne.

    RépondreSupprimer