..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 16 décembre 2016

Amer constat

« Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
[Le socialisme] (puisqu'il faut l'appeler par son nom) » continue de faire rage en Doulce France et dans tout l'Occident. L'État nous doit tout et peut tout pensent nos Doulx François qu'ils se situent aux extrêmes, au centre ou près des bords.

Oh, bien sûr, il y a bien des désaccords de détail, de préférence sur des questions sociétales, mais on est bien d'accord sur un point : c'est à l'État, par le biais de nouvelles législations, de régler ces problèmes.

J'entends sur ma radio de référence (France Inter (Radio de Service Comique) puisqu'il faut l'appeler par son nom), le chœur de nos vierges de gauche pleurer la remise en question marginale de leur hégémonie idéologique. Comme tous les intégristes, la moindre entorse au respect de la doctrine leur est insupportable. Un brin d'herbe leur cache la forêt et déclenche une peine infinie qui se mue bien vite en colère rabique et en désir de sanglante vengeance.

Ils ont tort. Leurs affaires marchent. Très bien même. Rien ne les menace vraiment, tant le mal s'est insinué jusqu'aux tréfonds de nos êtres. Sauf pour quelques fous, la question n'est plus que de savoir s'il faut plus ou moins d'État ici ou là, qui l'on doit assister en priorité, quelles « avancées » sociétales il conviendrait de renforcer ou de contenir... Rien de fondamental : du détail !

Par exemple, M. Fillon se dit contre l'avortement, mais à titre personnel, hein ? Pas question de toucher à la loi ! Voilà nos hommes de conviction : des gens convaincus qu'un fleuve ne remonte pas à sa source et que le courant emporte comme fétus de paille. Oh, on se dit bien prêt à l'action, on joue les Matamore, flamberge au vent, mais on se sait hâbleur et ne le serait-on pas de quelles troupes disposerait-on pour vaincre ? Qui soutiendrait un gouvernement VRAIMENT réformateur ? De Thatcher ou de Poutine en carton-pâte nous ne manquons point. Ce qui manque cruellement, c'est un peuple résolu au changement, conscient que ce dernier viendra de lui et non des pantins qu'il élit.

Peut-être ne sommes-nous pas descendus assez bas ? Peut-être avons-nous dépassé le point de non-retour ?

Voilà où j'en suis. Alors, m'enflammer sur telle ou telle question, soutenir telle ou telle option me tente de moins en moins.

Ma façon de changer le monde consiste à retaper des maisons. Sans aide gouvernementale et sans me plaindre de cette carence. C'est joli une cuisine (en partie) rénovée, non ?


16 commentaires:

  1. En d'autres temps le philosophe conseillait déjà : "Il faut cultiver notre jardin". C'est ce que vous faites avec un succès certain, et si on y ajoute la cuisine...
    Je m'amuse à imaginer la panique de notre classe politico-médiatique, si les 45 millions d'électeurs, le jour de la présidentielle, restaient éloignés des urnes, qui pour cultiver son jardin, qui pour rénover sa cuisine, qui pour faire l'amour à sa femme, qui pour balader ses enfants ou ses chiens !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça pourrait poser des problèmes : si seuls les candidats votaient, ils arriveraient tous ex-æquo.

      Supprimer
  2. Quelle débauche de luxe dans cette cuisine !

    RépondreSupprimer
  3. Vite une taxe sur les cuisines rénovées.
    J-J S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui tiens ! Ça c'est une bonne idée !!!
      Sinon j'ai l'impression que J-E n'est pas loin de souhaiter un changement de peuple.
      Si le peuple vote mal...

      Supprimer
    2. Oui c'est joli et en plus, on peut y cuisiner des tas de plats "politically incorrects", cassoulet , choucroute, andouillettes et charcutailles diverses! Allalah que la diversité culinaire est douce et savoureuse!!!

      Supprimer
    3. @ J-JS : Excellente idée !

      @ Fredi : Changer de peuple ? On sait ce qu'on perd, on ne sait pas ce qu'on trouve.

      @ pluton : Pour l'instant, oui.

      Supprimer
  4. L'amer constat que je fais, moi, c'est que tout le monde se fout de votre amer constat !

    RépondreSupprimer
  5. Dominique nous prie d'insérer : "Pour rebondir sur le dernier propos de Pluton, mais n'arrivant toujours pas à publier un commentaire par la voie normale:

    votre cuisine rénovée sied bien à un triptyque andouille de Vire + trippes à la mode de Caen + Camembert - Livarot - Pont L'Evêque, arrosé de cidre brut et terminé par un Calva de bon aloi !..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tripes avec 2 P, mazette ! Dominique n'y va pas demain morte !

      Supprimer
    2. De Dominique :
      N'arrivant toujours pas à publier par la voie normale, et donc pour rebondir sur la réponse de Mildred, certes tripes c'est avec un seul p ...(ici "on dit" boyaux", ce qui je l'espère pourrait expliquer peut être mon erreur mémorielle ?)


      Supprimer
  6. Une cuisine trop blanche selon les adeptes de la diversité, vous auriez pu peindre quelques portes en noir décorer de croissants du plus beau vert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu, mais je n'y ai même pas pensé !

      Supprimer
    2. En indirect de Ouagadougou : A propos de la décoration suggérée par "GrandPas" (ce bougre de beau-frère ne serait-il pas sponsorisé "en loucedé" par Recep Tayyip Erdogan ?), qu'en deviendrait-il de l'expression "au diable Vauvert" ?

      Supprimer