..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 4 février 2016

Rions avec la CGT !

Depuis le départ de Mme Taubira du ministère de la justice, la scène comico-politique connaissait une crise grave. Bien sûr, il nous restait Mmes Royal et Vallaud-Belkacem ainsi que M. Cazeneuve. Mais, soyons lucides, si leurs efforts pour nous distraire sont méritoires leurs résultats sont mitigés. Les éternelles tergiversations et autres promesses de « remises à plat » de l'une, la réforme du collège et les études de genre de l'autre, l'interdiction de manifester à Calais sous prétexte de risque de trouble à l'ordre public du dernier (comme si un calme olympien régnait dans la cité!) sont des tentatives louables, certes, mais tout au plus font-elles s'esquisser de pâles sourires. Il nous fallait quelque chose de plus fort.

Vous en aviez rêvé, la CGT vous l'offre ! En ce mardi 4 février de l'an quatre de la moi-présidence, ce syndicat, par solidarité avec les « Goodyear » condamnés, organise une grève du métro. Bafouant le droit imprescriptible que toute personne ou tout groupe a de séquestrer son prochain, une justice de classe a en effet osé infliger des peines de prison à des gens qui ont agi, avec le succès qu'on a pu constater, pour le bien commun. Il était urgent que l'on marquât le coup. Seulement, à part à la SNCF ou à la RATP, malgré une lente érosion, les bastions du syndicat cryptocommuniste se font rares et son pouvoir de nuisance se réduit, ce qui nuit à sa capacité de destruction de l'emploi. C'est donc la RATP qui s'est dévouée.

L'idée est excellente et gagnerait à se généraliser. En effet, ce ne sont pas les occasions de se solidariser avec les malheurs d'autrui qui manquent. On pourrait donc envisager que plutôt que d'organiser, avec un succès parfois mitigé, des grèves là où se posent les problèmes, ces dernières se trouvent centralisées soit à la RATP, soit à la SNCF où elles connaissent d'autant plus de succès qu'il est aisé de bloquer le système en mobilisant une partie des conducteurs tandis que les autres personnels pointent consciencieusement. Des licenciements dans les conserveries de sardines ? Grève à la RATP ! Une remarque désagréable adressé par un cadre à un employé du gaz ? Grève à la SNCF ! On pourrait multiplier les exemples.

Et puis à l'heure de la mondialisation, ne pourrait-on pas envisager que la CGT centralise dans ses bastions toutes les revendications de la planète ? Les « Durex » de Qingdao souhaiteraient une petite augmentation ? On bloque le RER B ! Des licenciements à Detroit chez General Motors ? Plus de TGV 15 jours durant ! L'heure est à la spécialisation, se concentrer sur son cœur de métier est d'actualité, or dans quel domaine ces entreprises excellent-elles sinon dans celui de l'arrêt de travail ? La grève d'aujourd'hui n'est qu'un premier pas dans la bonne direction.

Et puis ne boudons pas notre plaisir : voir de braves Parisiens de gauche contraints de marcher des heures sous la pluie sans que leur conscience politique leur permette d'oser critiquer la cause de leurs déboires est d'un comique irrésistible.

11 commentaires:

  1. Vous en avez des idées qu'elles sont bonnes ! Il ne reste plus à la CGT qu'à s'en saisir au plus vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être n'ai-je fait que suggérer une mutation déjà planifiée...

      Supprimer
  2. Vous avez raison : vive la mondialisation bien comprise !

    RépondreSupprimer
  3. On sait depuis longtemps que le G de CGT est l'initiale de grève. Mais on a tort de croire que le T est l'initiale de travail.

    RépondreSupprimer
  4. Mince alors, ils sont capables de vous faire des offres de service tant vos suggestions vont leur apparaître judicieuses...vous avez de l'avenir dans l'action revendicative, cela ne fait aucun doute!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me ferait-on un pont d'or que je refuserais de quitter ma retraite !

      Supprimer
  5. Qu'un cacique de cette confrérie ne vous lise pas, sinon on est mal.

    RépondreSupprimer
  6. La CGT s'est adaptée aux bonnes vieilles recettes du patronat. Çà s'appelle de la sous-traitance...

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.