..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

mardi 26 août 2014

L’Angleterre (1)



Contrairement à ce que croient bien des gens, l’Angleterre n’est pas une île mais seulement une partie de la Grande-Bretagne. Ce n’est même pas un état mais une composante parmi d’autres du Royaume Uni. On se demande donc pourquoi on a au cours de l’histoire fait tant de cas de ce bout de machin. Une chose est pourtant certaine : en dehors de l’Irlandais ou de quelqu’un qui se serait malencontreusement trouvé prisonnier sa vie durant dans sa douche, L’Anglais est l’être le mieux arrosé d’Europe au point qu’il vient s’installer dans mes vertes collines afin d’y expérimenter les joies d’un climat aride et qu’il considère M. Hollande comme un homme tout à fait normal quoique un peu distrait puisqu’il sort souvent sans parapluie. 
Le climat y est adapté à des êtres capables de se mettre en T-shirt dès que la température avoisine les 15 ° Centigrades.   

Sa « montagne » la plus élevée, le Scafell Pike, culmine à 978 m et le plus long de ses fleuves, la Tamise, ne parcourt que 346 kilomètres Vraiment pas de quoi être fier ! Borné au nord par l’Écosse et à l’ouest par le Pays de Galles, terres maigrement peuplées par les rares celtes que les germains n’ont pu ni exterminer ni déloger, le reste de son territoire, exigu autant que surpeuplé, est entouré de diverses mers comme la Manche (que dans leur jargon ils nomment avec une impudente ignorance « English Channel »), La Mer du Nord, la Mer d’Irlande, la Mer Celtique et L’Océan Atlantique, toutes mers que je soupçonne fort de communiquer entre elles quand on ne les surveille pas attentivement. Ils sont 53 millions d’Anglais, d’Anglaises et de gens venus d’un peu partout à s’entasser sur ses 130 000 km2 !  407 au km2 ! Plus que la Hollande ! Soyez sur vos gardes, voisinophobes surtout que la plupart habitent dans des villes. Sa capitale, Londres (allez savoir pourquoi « London » dans leur patois) compterait dans son aire urbaine 15 millions d’habitants, soit plus d’un Anglais sur quatre. 

L’histoire de l’Angleterre est si longue et complexe qu’en dresser un résumé sommaire serait une gageure. Nous n’en donnerons donc que quelques dates et faits  importants. Vers 9000 avant Jésus-Christ, à neuf heures moins le quart, le niveau des mers s’éleva et sépara la Grande-Bretagne à la fois de l’Irlande et du continent, en faisant une île. L’Angleterre ne put que suivre le mouvement. Les habitants préhistoriques du pays connurent successivement le paléolithique, le néolithique, l’âge de bronze et l’âge du fer. Rien de bien original. Entre -2 800 et – 1 100, ils bâtirent l’ensemble de cercles de pierres érigées de Stonehenge. 1700 ans pour un truc qui ne ressemble pas à grand-chose, c’était pas des rapides !  

En l’an 43 de notre ère, les Romains conquirent l’Angleterre qui s’appelait alors la Bretagne et que la Bretagne s’appelait Armorique (de l’Arabe al mouriq = Chapeau rond* et non pas « pays des armoires », vu que le pays des armoires, c’est la Normandie). Malgré trois cent soixante années de colonisation, les Bretons ne se mirent jamais sérieusement au latin. Ils continuèrent de baragouiner leur breton jusqu’à ce qu’aux Ve et VIe siècles diverses peuplades germaniques, dont les Angles et les saxons, viennent les importuner au point que beaucoup d’entre eux préférèrent quitter leur pays pour l’Armorique que l’on appela désormais « Bretagne ». Les Angles donnèrent leur nom au pays et leur côté anguleux à certaines Anglaises (bien que d’autres soient dotées de généreuses rondeurs). 

En 1066, un certain Guillaume le Bâtard, duc de Normandie de son état, suite à la victoire d’Hastings,  conquit le pays ce qui lui permit de se surnommer « le Conquérant », ce qui fait plus sérieux. Les seigneurs normands qui l’accompagnaient firent main-basse sur les terres et pendant près de trois siècles firent du français la langue de l’élite et du commerce. Nous y reviendrons. La Peste Noire de 1348 vida le pays de la moitié des croquants qui l’encombraient dont l’essentiel des francophones. Pour des raisons dynastiques, la perfide Albion et la douce France** s’affrontèrent durant plus de cent ans aux XIVe et XVe siècles. Vers la fin de ce conflit, les Anglais brûlèrent une sainte sans laquelle les militants du Front National ne sauraient pas trop quoi faire le 1er Mai (comme quoi à quelque chose malheur est bon). 

Petit à petit, les rois Anglais unirent sous leur autorité le Pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande en un Royaume que leur manque d’originalité les fit baptiser « Uni ». Parallèlement leur flotte leur assura une suprématie maritime que vante l’excellent hymne patriotique « Rule Brittania » (que seul un angliciste médiocre traduirait par « roule ma poule »  ou « en voiture Simone»). Après quelques malentendus avec l’Empire Napoléonien qu’elle contribua à abattre, elle continua de se constituer un empire colonial à faire baver d’envie (s’il avait alors été en mesure de baver) le Roi Philippe II d’Espagne. La Révolution Industrielle lui permit de devenir la première économie mondiale avant de se voir détrônée par ses cousins Étasuniens au début du siècle dernier. 

Durant la dernière guerre, un certain Winston Spencer-Churchill, têtu comme une bourrique, refusa de s’incliner devant M. Hitler et continua de mener un combat un temps solitaire contre l’Allemagne.  Le monde libre lui doit donc beaucoup.  Ensuite suivit la décolonisation, un déclin certain puis un relatif redressement sous la férule d’un Dame de fer nommée Margaret Thatcher (en français : Marguerite Couvreur en chaume) qui malgré son nom ridicule parvint à devenir premier ministre dans les années quatre-vingts. En 1997, la mort de Lady Diana Spencer (eh oui, encore une Spencer !), ex-épouse du Prince de Galles (nom que partagent un tissu et le prince héritier du royaume) bouleversa bien plus le monde entier que celle qui fut sa belle-mère. Depuis, à part le 50e puis le 60e anniversaire de l’accession au trône de la reine Elizabeth II, et les jeux olympiques de 2012, rien de bien saillant.

Fin du premier volet. Nous évoquerons prochainement l’économie et la culture  anglaises.

*Cette étymologie nous a été communiquée par Mme R., professeur  de philologie comparée in partibus infidelium
**Les qualificatifs accolés à chacun des pays montrent avec clarté de quel côté se trouvait le bon droit

21 commentaires:

  1. J'ai dû, dans ma vie, lire deux ou trois histoires de l'Angleterre ; eh bien, c'est la première fois que j'y comprends enfin quelque chose !

    (Et je me retire, chapeau à la main, devant votre génie.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les couleurs26 août 2014 à 11:36

      Chapeau melon, of course ?

      Supprimer
    2. Toujours heureux de rendre service !
      Merci pour ces compliments mérités.

      Supprimer
  2. J'attends avec impatience de savoir si les Grands Bretons sont thons, comme les Portugols sont gols et les Espagnais niais -ou l'inverse, je ne sais jamais.

    RépondreSupprimer
  3. Allez-vous passer en revue successivement le pays de Galles et l'Ecosse?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une possibilité. Mais je le ferai éventuellement de manière plus sommaire.

      Supprimer
  4. On ne s'en lasse pas ! Encore !

    RépondreSupprimer
  5. Presque aussi instructif (et bien renseigné) qu'Astérix chez les Bretons. C'est dire !

    RépondreSupprimer
  6. Bon sang, avec cette histoire d'Armorique et d'arabe, j'ai failli l'avaler, mon chapeau rond... et rendre mon abonnement à ce blog, tout frais (l'abonnement).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai fait qu'emprunter une miette de son encyclopédique savoir à une star de la linguistique comparée...

      Supprimer
  7. Texte qui mérite d'^tre dans les manuels d'histoire de l'Education Nationale!

    RépondreSupprimer
  8. Je suppose que c'est parce que vous n'avez pas voulu attirer notre attention sur les instincts sanguinaires de vos amis les Angles que vous avez passé sous silence le massacre que fut la bataille de Towton en 1461, dans cette si romantiquement nommée "Guerre des deux roses" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on devait évoquer tous les massacres de l'histoire, on ne serait pas sortis de l'auberge...

      Supprimer

  9. votre résumé est au petit point identique à la tapisserie de Bayeux, cette merveille de broderie que sans ces hargneux de saxons , nous n'aurions pu admirer , ce qui pour une fois, me les rendrai presque sympathiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que je retourne la voir, la tapisserie, car je devais avoir à peine dix ans la dernière fois...

      Supprimer