..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 19 novembre 2011

Passer sous les roues d'un bus peut nuire gravement à votre santé



Faire une overdose de roues de bus est un des dangers qui menacent la santé de l'homme d'aujourd'hui (pour celui d'hier, c'était les roues de diligences). Je sais de quoi je parle.

J’allais au collège et j’attendais tranquillement mon bus lorsque je m’aperçus  que j’avais oublié ma trousse à la maison. Une journée d’école, c’est toujours ennuyeux, mais quand on n’a pas de quoi écrire, ça devient tout de suite plus pénible. Être en butte aux remontrances outrées des profs et aux quolibets des condisciples (qui se feraient un devoir de ne rien me prêter, cet âge étant sans pitié) ne me disait rien aussi trouvai-je vite une solution : De l’autre côté de la rue, un copain attendait le bus qui le mènerait au lycée. Je traversai donc et lui empruntai  un stylo. 

C’est alors que je m’aperçus que mon bus s'apprêtait à démarrer avec à son volant le célèbre Grand louis, un conducteur qui avait ceci de remarquable qu'il s’arrêtait boire son coup de rouge dans pratiquement tous les bistrots entre Montlhéry et la porte d'Orléans.  Et retour . Plusieurs voyages par jour. Ça n'affectait pas sa conduite, si bien qu'il ne venait à personne l'idée de lui en faire grief. Une autre époque, je vous dis.

Sans plus réfléchir je me ruai vers ce véhicule. Mal m’en prit car une voiture me faucha net et m’envoya dinguer sous le bus.  Si vous n’avez jamais vu des roues énormes rouler doucement vers vous, inutile d’essayer,  je peux vous  dire ce que ça fait : on ne reste pas traîner. Immédiatement, je me mis à ramper, stylo à la main ; les roues soudain s’arrêtèrent. Alerté par les hurlements  de ceux des passagers qui avaient vu la scène, Grand Louis avait freiné. Je pus donc  sortir de l’autre côté du bus et y monter. 

A peine assis, je me mis à trembler de tous mes membres. Vu que tous n’avaient pas réalisé ce qui m’était arrivé certains se demandèrent ce qui pouvait bien troubler à ce point ce petit gars.


Mais ce n’est pas là le plus curieux. J’appris par le copain qui m’avait prêté le stylo que le plus choqué était surement le conducteur de la voiture. Mettez vous à la place d’un gars qui vient de renverser un gamin, de l’envoyer rouler sous un car et qui ne trouve pas trace de sa victime !

17 commentaires:

  1. La marque des pneus , Michelin,Firestone,Continental ou Good-Year? :-)

    Comme disait un ami,on ne risque rien en prenant le bus sauf dans la gueule.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Vous êtes d'une cruauté sans nom !

    RépondreSupprimer
  3. La même mésaventure est arrivée à l'homme de ma vie lorsqu'il avait sept ans, et qu'il s'est jeté sous les roues d'un tram pour récupérer en bébé-chien qu'on venait de lui donner.
    Mais cette histoire, comme la vôtre, s'est bien terminée, puisque "la Cocotte" a vécu jusqu'à ce que son jeune maître ait terminé ses études de médecine, dix-neuf ans plus tard.

    RépondreSupprimer
  4. Vous êtes un miraculé mine de rien.
    Votre histoire fait froid dans le dos.
    PS: merci pour votre message.

    RépondreSupprimer
  5. On viendra encore dire que les "instituteurs" ont une vie plate à mort...

    RépondreSupprimer
  6. La roue tourne la roue tourne répétait madame Irma,
    La roue tourne la roue tourne quand le camion l'écrasa.
    Heu... c'était juste pour demander si "passer sous les rues d'un bus" est une astuce et dans l'affirmative me la révéler, j'en suis friand.

    Coach Berny

    RépondreSupprimer
  7. @ Grandpas : D'où j'étais on ne voyait pas bien...

    @ Carine : Curieux, c'est tout !

    @ Mildred : Personnellement, je n'avais rien de spécial à faire sous ce bus !

    @ fredi : De rien. Miraculé ? Non, ou alors je l'ai été plusieurs fois.

    @ Ygor : Elle n'est plate que quand le chauffeur, au lieu d'être alcoolique, est distrait...

    @ Coach : C'est une erreur. Je vais la corriger de ce pas ou plutôt de ce clavier.

    RépondreSupprimer
  8. ah ah! je sens que ce blog va devenir MYTHIQUE ou même CULTE... oui ou les deux aller pas de petites économies!! Geargies.

    RépondreSupprimer
  9. .. ou les deux, alleZ, etc.. Geargies

    RépondreSupprimer
  10. J-E s'il vous plait: enlevez moi ce bandeau puplicitaire en haut à droite. La droite populaire n'existe pas. Plus exactement elle a un autre nom: le Front National.

    RépondreSupprimer
  11. @ fredi : Désolé, je persiste et signe : DP ou FN, d'où que cela vienne, je suis contre le vote des étrangers.

    RépondreSupprimer
  12. @ Geargies : Mythique ? Culte ? Qu'entendez-vous par là ? Soyez plus explicite !

    RépondreSupprimer
  13. je vois dans ma boule de cristal ou à facettes poindre un Pierre Dac matiné de Pierre Etaix... persévérez, vous tenez le bon bout.. hahah, c'est tout .. et bien plus tard, on pourra dire: j'y étais!! Geargies

    RépondreSupprimer
  14. Une pétition contre le vote des étrangers ? N'est ce pas incongru, ou bien j'ignore qu'ils ont actuellement le droit de vote ?
    Merci de m'éclairer si je me trompe, mais je n'ai pas l'impression qu'il s'agisse là d'un débat important à l'heure actuelle, cela dit, vu des collines, je suppose qu'on guette l'envahisseur avec crainte.

    RépondreSupprimer
  15. @ tzatza : Il se trouve que les socialistes sont en faveur du vote des étrangers aux élections locales et comptent le mettre en place au cas où ils seraient élus. Il n'est pas nécessaire d'attendre qu'une mesure soit prise pour y exprimer son opposition. Quant à l'envahisseur, vu des collines ou pas, on peut très bien, sans le craindre, ne pas souhaiter sa venue.

    RépondreSupprimer
  16. Geargies, si vous voulez, je vous ferai un certificat de présence...

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.