..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 22 août 2019

Ma vie d'artiste

Jeune homme, je me berçais d'illusions. Pour des raisons que j'ignore, je m'étais inventé une vocation littéraire. Ce qui était d'autant plus curieux qu'à part une correspondance relativement abondante, je n'avais jamais rien écrit. Ma copine M. voyait en moi un poète maudit c'est probablement pourquoi elle finit par me préférer un fonctionnaire qu'elle cocufia avec entrain. En dehors d'une tendance certaine à l'ivrognerie, je ne vois pas pourquoi elle m'avait attribué cette qualité alors que je n'ai jamais envisagé d'écrire le moindre poème et que je n'étais pas plus maudit qu'un autre. Il faut dire que M. finit par embrasser la carrière de psychanalyste et que dans ce métier on a souvent le goût du drame et beaucoup d'imagination.

Il est vrai qu'en ces lieux je commets quelques petits textes que certains ont l'indulgence d'apprécier et qu'il m'est arrivé de publier quelques nouvelles foutraques sur un site littéraire. Mais cela ne fait pas de moi un écrivain.

Ma véritable vocation, c'est la peinture. Je suis un peintre bichrome. Je laisse le monochrome à d'autres. Mon œuvre picturale a ceci de particulier que plutôt que des supports banals comme la toile ou les murs,j'en choisis de plus originaux. Mes couleurs favorites sont aujourd'hui le rouge basque et le blanc. J'ai beaucoup pratiqué le blanc et le gris dans une autre période. Mais plus que de longs discours, laissons place à quelques unes de mes œuvres récentes que je baptise du nom de leur support ce qui supplée à mon manque d'imagination : 

Boîte aux lettres



Portillon de jardin


Poteaux pour fil à linge

Fenêtre et ses volets ( tirée d'une séries de six œuvres similaires quoique de tailles différentes)

Porte de garage (La plus monumentale de mes œuvres corréziennes)

Malheureusement, il se trouve que j'ai fini de peindre tous les supports disponibles de cette humble demeure. C'est donc en Normandie que je poursuivrai mon œuvre probablement par une nouvelle série de fenêtres. 

30 commentaires:

  1. Bravo...
    Joli travail à la croisée de l'art brut et de l'art industriel
    Je pense que plusieurs galeries d'art parisiennes seraient intéressées par une installation immersive .

    (si je peux aider...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez, je ne cours ni après la gloire ni après l'argent.Les satisfactions profondes que me procure mon art me suffisent.

      Supprimer
  2. Quand vous aurez fini de donner dans l'auto-dérision, soyez assez aimable pour nous donner l'adresse du site où vous publiez vos "nouvelles foutraques".
    D'avance merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, chère Midred, ce site a totalement disparu du net emportant avec lui des oeuvres immortelles. De plus une défaillance de disque dur a entraînéla perte de mes tapuscrits.

      Supprimer
    2. Voici la seule trace que j'ai pu retrouver de ce site :

      Écrits… vains ?
      Revue littéraire apériodique en ligne

      Écrits… vains ? est un site éditeur et une revue littéraire à laquelle participent de nombreux intervenants. Vous y trouverez de la poésie, des nouvelles, des essais, des critiques, ainsi que l’actualité littéraire.

      Er ça date de 2000 !

      Supprimer
    3. Essayez-donc avec çà :

      https://archive.org/web/

      Supprimer
    4. Wayback machine...
      J'ai retrouvé de vieux billets de blog alors que ce dernier avait été supprimé.

      Supprimer
    5. Bizarre votre truc, Fredi ! Je n'ai rien trouvé du tout qui ressemble, de près ou de loin, à une nouvelle de l'Oncle Jacques !

      Supprimer
    6. Mais c'est qu'il faudrait au préalable connaître le nom du blog où écrivait JE.

      Supprimer
    7. Ecrits... Vains est le seul nom ?

      Supprimer
    8. En tout cas on retrouve bien le site Ecrits... Vain avec la première archive en date du 7 octobre 1999 et la dernière en date de mai 2019

      Supprimer
    9. Alors :
      JE écrivait-il dans "prose" ou "poésie" ? A partir de quelle date ? Sous quel pseudo ?
      Car sur "Wayback machine" que je parcours on retrouve plein de choses !

      Supprimer
    10. Enfin non pas tant finalement...
      Ça :
      février 2006

      "Coin cuisine" de Isabelle Blondet
      "Le fossoyeur" de Philippe Lecoq
      "Médecine douce" de Philippe Lecoq
      "le Boléro" de Jean-Claude Grivel
      José, Jésus de Josué (1)
      de Jean Sébastien Loygue

      Supprimer
    11. @ Fredi : Je n'ai JAMAIS écrit sous un pseudonyme. J'écrivais en prose. J'ai bien trouvé un site "Écrits vains" mais il s'agit de tout autre choses. Pourriez-vous me dire comment vous êtes parvenu à ces textes (qui ne me disent rien) ?
      @ Mildred : J'ai contacté un ancien administrateur du site, au cas où il serait en mesure de m'indiquer comment retrouver les archives. Je vous tiendrai au courant.

      Supprimer
    12. Sur Wayback machine en tapant le nom du site que vous donniez et donc n'est pas le bon.
      Peut-être aviez-vous un autre nom de domaine ?

      Supprimer
    13. Non. Il semble que le domaine ait été repris.

      Supprimer
  3. Votre amie s'appelait M et vous étiez le Maudit : à vous deux, vous auriez fait un grand film allemand.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Monsieur des Collines :

    D'après le choix judicieux de ce rouge puissant et de ce blanc vibrant nous pouvons constater que l'artiste vit pleinement sa période dite "basque", en référence aux magnifiques couleurs solaires ici exaltées. Nous ressentons que l'artiste a atteint la plénitude de son art avec ces supports d'expression, si chargés de sens et de puissance.

    (Pour des raisons que j'ignore je viens de m'inventer une vocation de critique d'art) ;)

    RépondreSupprimer
  5. Pour votre prochaine exposition à Beaubourg ça va être compliqué à déplacer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, tout est déplaçable ! Seulement si l'expo avait lieu en hiver, l'absence de la série "Fenêtres et volets" rendrait mon logis inconfortable.

      Supprimer
  6. Merci, j'ai bien ri...je trouve votre bichromie tout à fait remarquable, et surtout la tonalité du rouge qui est unique.
    Je vous engage à essayer la peinture suédoise, sur les supports en bois ( extérieurs ou interieurs) : on la fabrique soi même, à base d'eau, farine, huile de lin, ocres, un peu de savon noir et du sulfate de fer si utilisation en extérieur.. c'est beaucoup plus facile à étendre qu'une peinture classique : c'est de la vraie " glisse", ( gain de temps, plaisir )le support n'a pas besoin d'être poncé avec maniaquerie...Ceci dans le cas où vous auriez encore de nombreuses oeuvres à commettre... :-)

    Anne

    RépondreSupprimer
  7. Heureux de vous avoir distraite et merci pour le renseignement.

    RépondreSupprimer
  8. Il m'a semblé lire sur un blog voisin l'appellation : "Ecrivain en bâtiment" ...
    Je découvre ici un "Peintre sur bâtiment", infiniment plus intéressant que les tags dont croient devoir nous gratifier certains artistes urbains.
    J'aime beaucoup ces harmonies !

    RépondreSupprimer
  9. bonjour,
    vous me distrayez toujours, car vous écrivez trés bien.
    Sur youtube, il y a une vidéo sympa, dans laquelle on peut voir tout un village Bourguignon repeindre les portes de granges, d'église etc... à la peinture suédoise... et comme je vous le dis, cela va vite. Mais il s'agit de " rouge bourguignon".. :-) vous achetez les ocres sur internet, il n'y a que 2 sites sur la france. Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble en effet avoir vu un documentaire sur ce sujet et même des portes peintes ainsi lors d'un voyage en Bourgogne. Merci pour vos compliments !

      Supprimer
  10. Admirable! La postérité vous en saura gré!
    Félicitations amicales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre admiration me comble d'aise, Cher Nouratin ! Avec toute mon amitié.

      Supprimer