..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

vendredi 11 mai 2018

Voyage au bout de la plomberie (2)

La plomberie, c'est un peu comme la misère : on pense en avoir touché le fond mais il n'en est rien. Voici deux mois jour pour jour, je vous narrais mes mésaventures plombières et mon désespéré combat contre une minime fuite d'eau. Il se trouve que je finis par en sortir vainqueur. Seulement, l'avenir me réservait une amère surprise...

Retour de Corrèze, j'aperçus une flaque d'eau dans le placard à balais situé sous l'escalier. Un rapide examen me permit de constater que certains tuyaux s'y trouvant étaient mouillés. J'en conclus naïvement qu'un problème de joints était à l'origine de mon malheur. Je me mis donc en devoir de refaire tous les joints. Mais bien que l'étanchéité de l'installation eût été assurée, de l'eau continuait de sourdre en bas de la cloison. J'en déduisis que, par capillarité, l'eau avait envahi la laine de roche de la cloison et que cette dernière la relâchait. Je me mis donc à casser le bas de la cloison et pus constater que ledit matériau était bien humide mais pas au point d'expliquer un suintement constant. J'en retirai la partie affectée mais ce n'est que le lendemain que je réalisai la véritable cause des dégâts : le plafond des toilettes était pourri d'humidité et de l'eau en tombait. Le problème venait donc de l'étage.

Seulement, en haut, les circuits d'eau se trouvaient à l'intérieur d'une cloison. Il me semble me souvenir qu'un certain Gabriel Cloutier m'avait un temps indiqué que les jonctions de PER devaient être visibles ou au moins accessibles. Je regrettai de ne l'avoir pas su auparavant même si la configuration des lieux avait empêché qu'il en fût autrement. A l'aide d'un cutter je me mis à découper près du lieu de la jonction une ouverture de 40 cm de côté dans le placo qui me permit de constater que là se trouvait l'origine du problème. Je suppose qu'en installant le chauffe-eau j'avais dû tirer un peu sur les tuyaux et qu'un joint mal serré en avait profité pour se mettre à fuir (le couard!).

Je coupai donc l'arrivée d'eau et me rendis chez M. Bricomarché un schéma de l'installation en main, y demandai l'aide d'une personne qualifié et nous nous mîmes au travail. A genoux au milieu de l'allée nous Disposâmes divers éléments de manière à rendre les connections plus aisées à atteindre. Nous trouvâmes une solution et le lendemain je me mis au travail et dus pratiquer une nouvelle ouverture dans le placo :


Le montage du système s'avéra à la fois relativement aisé et rapide :


Le problème résolu, restait à masquer ces deux béances car je doute fort que mon acheteur apprécierait que je laisse les choses en l'état. Je fabriquai donc deux trappes en contreplaqué entourées de champlat, adaptai les ouvertures auxdites trappes, les peignis et les installai. Voilà le résultat, à la fois simple et élégant :


Seulement, à l'intérieur de la cloison continuent d'exister 3 autres jonctions (toilettes, cabine de douche et lavabo) dont j'espère qu'elles auront la gentillesse de ne pas poser de problèmes à mon successeur. Après tout, la défectueuse avait su rester sage plus de 5 ans...

10 commentaires:

  1. J'vas y causer à vot' acheteur, moué, z'allez voir ! Maloulette , va .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je compte bien lui dire la vérité ! La maison Étienne ne saurait bénéficier de l'estime qu'elle recueille si elle n'avait pas constamment fait montre d'une honnêteté totale !

      Supprimer
  2. Je trouve que vous avez une "belle main de travail",comme on dit chez nous.
    En tout cas,écriture ou plomberie,vous semblez posséder tous les dons.
    Non,ne me remerciez pas pour ce cirage de pompes en bonne et due forme: je ne demande rien en retour...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai même plus : vous êtes le Jacob Delafon des Lettres, le Rimbaud de la pipe à eau et du raccord rapide, le grand chantre des eaux et des chasses.

      Supprimer
    2. @ Vendémiaire : Merci quand même !

      @ leon : Seul votre voisin mérite ce dithyrambe !

      Supprimer
  3. beau "boulot".. je prie néanmoins pour que rien de plus n'arrive.. ( en souvenir de WE pourris par des problémes de plomberie, dans une vieille maison )
    anne

    RépondreSupprimer
  4. Une trappe par-ci, une trappe par là, et vous vous étonnez que vos acheteurs renâclent à signer ! N'ont-ils pas tout simplement subodorer qu'ils couraient au-devant de problèmes sans nom, avec cette maison-aux-trappes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon acheteur (je n'en ai qu'un) n'est pas au courant des trappes pour l'instant. Je lui expliquerai tout. N'importe comment sa détermination est totale.

      Supprimer
  5. Moi qui ne suis pas fichu de faire un trou avec une perceuse, je suis toujours aussi admiratif devant les exploits que vous narrez avec une modestie confondante.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer