..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 27 novembre 2017

Reparti pour un tour ?

Regarder la pluie tomber et stagner le brouillard assis à mon bureau est un plaisir indicible. Il arrive même que, de ce point d'observation, je puisse contempler les douces courbes des collines et, le croirait-on, parfois les voir baignées de soleil. Mais le temps passant, il arrive qu'on se lasse de ce qu'on a le plus chéri. Le brouillard perd son mystère, la pluie son côté rafraîchissant, les collines leur charme. Et puis, malgré tout son attrait, parfois le jardin apparaît davantage une source de répétitives corvées qu'un pourvoyeur de paix interne. Le temps passe, inéluctablement, on réalise que depuis l'achat de ce coin de paradis normand cinq puis huit et maintenant dix ans se sont envolés. On a bien essayé de compenser l'ennui qui s'installait par un autre achat en Corrèze. Et on réalise qu'en fin de compte, on n'a fait que multiplier les corvées d'entretien et de jardinage. On se prend à rêver de rupture...

Il y a quelque temps donc, le démon du changement a recommencé d'envahir mon âme nomade. Je me suis mis en quête d'une maison plus petite dotée de peu de terrain. Dans un endroit où passent les portables, où l'Internet se capte sans coûteuse et aléatoire liaison satellite, et où la réception télévisuelle est meilleure. Où, si on a oublié quelque emplette, on peut réparer l'erreur sans mettre la voiture à contribution. Quand on cherche, on trouve. Pas forcément ce que l'on cherchait. Ainsi me suis-je trouvé séduit par une maison du bourg voisin bien plus grande mais avec peu de terrain, peut-être moins de caractère mais répondant à toutes mes autres exigences. Un prix plus que raisonnable renforça ses attraits.

Et me voici, bien qu'un peu hésitant, en train de rêver. La maison en question a bien besoin d'un léger rafraîchissement : arracher les moquettes, rendre aux parquets leur lustre, changer les papiers, repeindre les éléments de la cuisine, masquer certains carrelages sous de nouveaux revêtements, repeindre les carreaux muraux de teintes moins tristes. Du home staging plus que de vrais travaux. L'électricité n'est pas, loin de là, aux dernières normes. Mais qu'importe si elle fonctionne ?

Mardi, je vais, avec un agent immobilier, envisager les diverses possibilités permettant de mener mon projet à bonne fin. Si une négociation permet de ramener le prix du bien visé à un niveau me donnant une suffisante marge de manœuvre, peut-être mettrai au plus tôt ma maison en vente. Les deux agents qui l'ont visitée se sont montrés enthousiastes et confiants en une prompte vente.

Il n'empêche que certains jours le doute m'assaille. Vieillirais-je ?


12 commentaires:

  1. Et quand le printemps reviendra, instable que vous êtes, vous regretterez votre jardin aujourd'hui dans les brumes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Fredi, je ne regretterai rien. Ce n'est pas dans mes mœurs.

      Supprimer
  2. "Les deux agents qui l'ont visitée se sont montrés enthousiastes et confiants en une prompte vente."

    C'est une profession que vous connaissez assez peu n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu tout de même : mon ex-femme a tenu une agence 25 ans durant et j'ai déjà vendu 4 de mes maisons.

      Supprimer
  3. Mais non, vous ne vieillissez justement pas. Du moins pas autant qu'il faudrait pour vous guérir de ce bougisme qui sied mieux à un godelureau qu'au monsieur arrivé, qui en toute quiétude peut se retourner sur sa vie pour contempler sans regret le chemin parcouru !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bougisme ? Ily a dix ans que j'ai acheté cette maison et plus de six ans que j'y réside en quasi-permanence. Moi j'appelle ça de la stabilité.

      Supprimer
  4. Là, vous jouez petits bras! Et dans un an après 6 couches de peinture au plafond, la pose de la cuisine Ikéa et du plancher imitation chêne du Dakota du sud, vous ferez quoi?
    Et ben oui, retour à la case départ et interrogation métaphysique sur le temps qui passe et son utilisation.
    Allez je vous aide à libérer les Viollet le Duc, Mansart, Haussmann,Ictinos et Callicratès (là j'ai pompé dans Wiki) qui sommeillent en vous en vous proposant un chantier à votre mesure:http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/67/Ch%C3%A2teau_Montgilbert_1.jpg

    Lancez vous et bon courage.


    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que le château de Montgilbert constituerait un défi autrement sérieux. Mais de crainte de ne pas le mener à bonne fin, je renonce à ce chantier.

      Supprimer
  5. Je suis d'accord avec Le Page : cette maison ne semble pas en assez mauvais état pour vous occuper longtemps. Au bout d'un an, vous ne songerez plus qu'à la revendre pour en acheter une autre. Mon conseil : allez directement à la masure absolue.

    RépondreSupprimer
  6. Un an de gagné sur l'adversité, c'est toujours ça. Surtout qu'un petit terrain m'évitera de me consumer en remords de n'avoir pas fait , par manque d'envie, les travaux qui s'imposent comme c'est le cas en ce moment.

    RépondreSupprimer
  7. Monsieur des Collines :
    "Reparti pour un tour ?"
    Construisez-vous un manège, avec chevaux de bois et tout et tout !

    Ok c'est nul, je sors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La vie est une sorte de manège où l'on est pas certain d'attraper la queue du Mickey" Lao Tseu

      Supprimer