..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 28 juillet 2016

Imagine...




Imaginons que suite à nombre de siècles d'expansion, les Inuits aient converti à leur culte chamanique plus d'un milliard et demi d'humains. Supposons que cette religion soit, pour une foultitude de raisons, parcourue de sanglants conflits et de courants fondamentalistes visant à convertir le monde à sa foi et à imposer au sein des territoires déjà convertis une stricte observance des ses préceptes. Admettons que suite à une politique colonialiste les Européens aient, quelques décennies durant, occupé des territoires chamaniques et qu'ensuite, afin d'assurer leur croissance économique et de palier la médiocrité de leur démographie, certains pays aient facilité l'installation de millions de chamanistes sur leur territoire. Concevons qu'à cause de certaines difficultés d'intégration, dues à de multiples causes, une partie des chamanistes se tournent vers la version fondamentaliste de leur religion, se mettent à porter ostensiblement l'anorak, à exiger que les cantines servent du phoque à leurs enfants et généralement visent à ce que la société qui les héberge applique leurs lois. Cela irait-il sans poser problème au sein de la population autochtone (même si une partie importante de celle-ci a pour origine des allogènes assimilés) ?

Mais nous étions là dans le domaine de la pure spéculation. Les Esquimaux (ou Inuits) n'ont pas répandu leur culte sur une partie importante du globe et, hormis au Danemark, leur présence est quasi-inexistante en Europe. Il n'y a donc pas plus de problème Inuito-chamanique en notre beau pays que de cohérence chez M. Hollande.

Tout cela pour dire que le nombre, qu'on le veuille ou non, surtout quand il concerne une « communauté » traversée de courants fondamentalistes violents, entraîne fatalement des problèmes. S'il n'y a qu'un fondamentaliste sur cent mais que le culte dont il se réclame compte des millions d'adeptes, ça fait quand même des dizaines de milliers d'extrémistes (dont l'influence n'est pas négligeable sur le reste de leurs coreligionnaires). Si parmi ces dernier un sur cent est prêt à prendre les armes pour faire triompher sa vision de la société, ça fait quand-même des centaines de tueurs en puissance voire en attente d'action. Il se peut même que certains éléments autochtones, faute d'une conscience nette de leur identité, se trouvent amenés à embrasser un culte dont les pratiques sont en contradiction avec celle d'une société où ils ne trouvent pas leur place, ne serait-ce qu'au niveau spirituel. Ces conversions sont elles aussi liées à la présence en nombre d'éléments allogènes. Qui, malgré les mérites qu'elle ne saurait manquer de présenter, songe à se convertir au chamanisme inuit ?

Si dans bien des pays d'Europe, les minorités religieuses se sont vues au fil des siècles soit expulsées, soit contraintes à la conversion, soit marginalisées, c'est que l'expérience avait montré que leur existence menait d'autant plus à des troubles de l'ordre public que leur nombre était important.

Seulement, s'est développée Outre-Atlantique, à partir de rien, une puissance basée sur l'immigration et, suite à l'échec du « melting pot », communautariste. Bien que ses réussites (en dehors de la suprématie économique et, partant, « civilisationnelle ») soient pour le moins contestables, son « modèle » ainsi que son culte de la repentance ont été adoptés par nos vieux pays où l'on a jeté par-dessus les moulins le traditionnel assimilationisme pour le remplacer par le communautarisme et une "intégration" sans grande signification.

Si l'on suit ce constat, que faire ? A mon humble avis, seule une véritable politique assimilationniste serait en mesure de résoudre le problème à condition, bien entendu, que l'on ait une idée claire de ce en quoi consiste notre identité. Seulement, pour réparer les erreurs de plusieurs décennies, il faudra au moins autant de temps . En attendant plus de fermeté, moins de considération « humaniste » pour l'ennemi de l'intérieur pourront peut-être limiter les inévitables dégâts.

Si par fol orgueil nous continuons à cacher notre indécision sous le masque de nos « valeurs républicaines » et ce faisant à conforter nos ennemis dans l'idée que nous sommes décadents et qu'il suffira d'une pichenette pour que notre merveilleuse civilisation s'écroule, je crains qu'avant que n'éclatent de vrais et graves conflits les marchands de bougies, de peluches de fleurs et de mouchoirs n'aient de beaux jours devant eux.

21 commentaires:

  1. Où l'on en revient à polémique Victor ...

    RépondreSupprimer
  2. "Ennemi de l'intérieur" : vous avez dit ce que vous n'aviez pas le droit de dire ! Le seul ennemi de l'intérieur, ce n'est pas l'islamiste mais le frontiste.

    RépondreSupprimer
  3. explication ou excuse et prétexte à la régression?

    RépondreSupprimer
  4. L'important étant d'avoir le beau rôle, les fondements intérieurs en prennent un coup parfois, aussi, j'veux dire, contesse.

    RépondreSupprimer
  5. stop humiliation stop to the nuages,
    comme disait Juliette Gréco.

    RépondreSupprimer
  6. Brel aussi, a dit des conneries:

    "Gréco c'est un mec"

    RépondreSupprimer
  7. Assimilation je veux bien.
    Encore faudrait-il m'expliquer comment assimiler une religion qui est tout le contraire de ce qui fonde notre civilisation.
    C'est mission impossible et ceux qui ont tenter de nous faire croire que c'était possible n'y croyaient pas eux-mêmes.
    Ou alors ce sont des fous.

    RépondreSupprimer
  8. Assimilation je veux bien.
    Encore faudrait-il m'expliquer comment assimiler une religion qui est tout le contraire de ce qui fonde notre civilisation.
    C'est mission impossible et ceux qui ont tenter de nous faire croire que c'était possible n'y croyaient pas eux-mêmes.
    Ou alors ce sont des fous.

    RépondreSupprimer
  9. Assimilation ? Sur quels fondements ? Nous ne sommes plus d'accord sur rien.
    Pour qu'il y ai assimilation, il faut qu'il y est une intégration dans certains rites communs qui fondent le "nous". Hors de question de fonder ces rites sur une religion : ce serait atteindre à la liberté de pensée. Une part importante de nos citadins méprisent les rassemblement nationaux (14 juillet, 11 novembre) et ne font pas semblant de le cacher. On l'a vu lors de la commémoration de Verdun. Il ne reste que des rassemblements "festifs" auxquels personnellement, je veux bien me prêter pour la bonne cause, mais sans conviction quant à leur utilité.

    En dehors de ces moments d'union, l'intégration n'est que l'adhésion à des valeurs et des codes que les déconstructeurs se font un devoir de régulièrement "questionner".

    RépondreSupprimer
  10. En gros vous parlez de l’apôtre Pierre, venu de Syrie pour convertir au monothéisme Rome, puis la Gaule etc... ? Et donc vos dénoncez le christianisme ?
    J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant qu'il n'est pas venu à pieds de la Chine ...

      Supprimer
  11. Il y eut le manichéisme qui essaya de s'installer au moyen orient mais il fut combattu par l'islam, on se demande pourquoi.
    Quant à votre Inuit, elle me plait bien.
    Mais mettre un anorak en plein été, faut le vouloir.

    RépondreSupprimer
  12. la véritable assimilation suppose l'abandon total et volontaire des valeurs, des modes de vie, des coutumes etc de ceux que l'on entend s'assimiler? Ce qui me paraît impossible dans la situation actuelle où l'on assiste au contraire, de la part des allogènes, à un refus de tout ce qui fait l'identité française. Refus qui n'englobe pas certains aspects du confort moderne et de la protection sociale.

    RépondreSupprimer
  13. Et le morse comme écriture obligatoire ?

    RépondreSupprimer
  14. They phoque us !...

    RépondreSupprimer
  15. Je préfèrerais les Inuits... manque de pot il faudra faire avec les autres... voilà pourquoi je partage entièrement votre diagnostic. Hélas!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  16. en un peu plus retenu, ça donne quoi?

    RépondreSupprimer
  17. une boîte de conserve.

    RépondreSupprimer