..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

jeudi 28 janvier 2016

Adieu Christiane !

Elle est partie hier et laisse un grand vide difficile à combler. Car il ne suffit pas d'être nul pour la remplacer, il faut surtout posséder un sens du ridicule apte à effacer celui du président. Ce n'est pas donné à tout le monde. J'avais, afin de prolonger son maintien au gouvernement, créé une page Facebook. Le soutien du gros milliers de ceux qui l'ont aimée aura été insuffisant. J'en suis navré. Comme bien des Français. Il faudrait avoir un cœur de pierre pour ne pas rire à la peine qu'exprima notre cher Noël Mamère à l'annonce de son départ. Lui seul serait à même de la remplacer mais son entrée au gouvernement ne semble, hélas, pas être à l'ordre du jour. Dès lors, qui brandira bien haut le drapeau de ce ridicule tant chéri par la gauche ?

L'histoire, si elle continue d'exister, se souviendra d'elle comme de l'initiatrice du « mariage pour tous », mesure sociétale démontrant la tendance naturelle de son camp à transformer le marginal en essentiel et l'aberrant en naturel. Mais plus que son grand œuvre, c'est sa capacité à déclencher involontairement les rires que je retiendrai. Le summum de ce qu'il faut bien appeler un apostolat fut quand elle brandit fièrement devant la presse des documents infirmant clairement les propos qu'elle tenait :



Un sommet ! Seulement, il serait injuste que ce haut moment éclipsât sa pratique quotidienne, moins spectaculaire mais tout aussi méritoire, du ridicule achevé. Ainsi, malgré un profond attachement aux « valeurs de la république », son amour de la petite reine la fit parcourir à vélo les rues de Paris :


A ceci près qu'elle le fit façon ministre, , accompagnée par six gardes du corps, dont deux à vélo, suivie d’un monospace et d’une équipe à moto...

Un autre domaine où elle fit preuve d'un sens inné du comique involontaire fut, parmi maints gazouillis dont elle inonda avec constance certain réseau social, l'invention du tweet politico-poétique :


Son goût du paradoxe ne fut pas pour rien dans l'épanchement de nos larmes de rire. Se présenter au régionales sur une liste indépendantiste quand on est ministre de la république, il faut le faire. Tirer à boulets rouges sur un gouvernement duquel on se dit entièrement solidaire, il fallait oser !

Hier est partie (à vélo) celle qui fit tant œuvrer nos zygomatiques. Jour de grand deuil pour la franche rigolade !

20 commentaires:

  1. De toute façon, comment prendre au sérieux une personne capable de déclamer du Césaire ou du Char sans éclater de rire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet difficile mais certaines gens de gauche y parviennent.

      Supprimer
  2. la tendance naturelle de son camp à transformer le marginal en essentiel et l'aberrant en naturel.
    Belle phrase...
    Qui résume toute la pensée socialiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle phrase.
      Qui résume toute la pensée socialiste...
      (ne suis pourtant pas un robot) Mais bon

      Supprimer
    2. d'accord...je corrige donc moi-même: je ne suis pourtant pas un robot, mais bon.

      Supprimer
    3. et pour les guillemets si c'est une citation?

      Supprimer
    4. Pour les guillemets français sur le clavier faites une recherche internet.
      Vous n'êtes pas un robot : je suis sûr que vous y parviendrez facilement...

      Supprimer
    5. Il va falloir que je m'en souvienne, elle résume pas mal. Merci de l'avoir relevée.

      Supprimer
  3. Il est vrai que son départ va créer un vide, mais je fais entièrement confiance à notre classe politique pour produire les pitreries susceptibles de le combler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien optimiste ! On risque de perdre en qualité.

      Supprimer
  4. Quel panégyrique!
    On pourra enfin menger de la banane tout en chantant du Ray Ventura.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi aurait-on cessé de chanter cette magnifique chanson ?

      Supprimer
  5. "regrets éternels", tousssa...
    On croirait une oraison funèbre!
    Z'êtes naïf, mon bon. Elle n'a pas fini d'être présente dans la PAF
    (si ça peut vous consoler...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais douté qu'il ne pouvait s'agir que d'un au revoir mais ses interventions tiraient beaucoup de leur valeur du fait de son appartenance au gouvernement : tous les humoristes involontaires n'ont pas ce privilège.

      Supprimer
  6. J'aime bien vos billets sur les NAC (si ce commentaire n'est pas trop tendancieux, sinon, virez-le.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que vous ayez posté un commentaire par erreur sur ce billet alors qu'il ne saurait concerner que le précédent, est pardonnable. Je ne vous censurerai donc pas.

      Supprimer
  7. Elle aurait été comique si elle n'avait pas été ministre. C'est comme "boire ou conduire". Elle a choisi.

    RépondreSupprimer
  8. Se présenter sur une liste indépendantiste : qu'elle en soit capable, personne n'en doutait. Les gens dans son genre, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les r'connait, pour paraphraser qui vous savez. Non, le pire, c'est que ça n'ait pas fait scandale. Ca en dit long sur ce qu'on est capable d'accepter!

    Alfred

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que les media n'ont pas beaucoup souligné l'information.

      Supprimer