..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 29 octobre 2011

Apprendre à lire, pourquoi pas ?



Pendant que j'étais en Bretagne, occupé par la succession de mon père, un des grands esprit de ce temps a consacré un billet à une de mes contributions majeures à la culture française. C'est beau, c'est grand, c'est généreux. Si un jour Dieu me fait la grâce de m'accorder la foi, je ne l'oublierai pas dans mes prières.

Le seul problème c'est qu'il n'a pas compris de quoi je parlais. Comme quoi on peut être le Pic de La Mirandole du net et ne rien biter à quoi que ce soit. La vie fourmille de ces petits mystères. Ils en sont le sel.

Résumons les faits. Dans ce billet, je narrais une des pires déconvenues de ma vie : alors que je voulais obtenir quelques renseignements pratiques sur l'élevage de la volaille auprès d'un (permettez-moi de me citer) "marchand de poulets, poulettes, canetons, oisons" je constatai à mon grand dam l'absence dudit marchand. Impossible donc de savoir quelle race ou type de volailles seraient le mieux adaptés au terrain dont je dispose et au but que je poursuis. La question résolue, l'installation du matériel faite, mon but était bien entendu de lui acheter lesdits volatiles. Ingénu que j'étais ! J'ignorais que dans certaines régions on achète oisons, poulettes ou canetons non pour les élever mais pour les manger ! C'est ça la diversité...

Du coup, me voici devenu exemple archétypal de l'instituteur qui, sans complexes, ose aller demander au pauvre éleveur transi de froid quelles sont les petites ficelles de son métier afin d'à terme le priver des moyens de sa triste et laborieuse existence... Salauds d'instits ! 

S'ensuivit une kyrielle de commentaires absurdes. On m'inventa une vie bien chiante et une mentalité typique bien éloignées de ma réalité.

A ceux qui ne me connaissent pas dans la vraie vie, je signalerai que je n'étais pas instituteur mais professeur. Qu'alors que j'étais bien au chaud à l'abri du statut de fonctionnaire titulaire de l’Éducation Nationale, j'ai, en 1982, pour des raisons idéologiques, démissionné pour aller, avec mon épouse d'alors, vendre des fringues sur les marchés. Ce n'est que douze ans plus tard, suite à bien des vicissitudes, que je suis revenu à l'enseignement, sans sécurité cette fois-là, et avec l'espoir de le quitter à la première occasion. L'occasion, malgré mes efforts, refusant obstinément de se présenter, j'ai fini par me résigner et à attendre avec impatience que vienne le temps de la retraite...

J'ai toujours pensé qu'un statut à vie est plus un piège qu'une sécurité. Je suis partisan de la flexibilité professionnelle et de la mobilité géographique. Je l'ai prouvé maintes fois. Malheureusement, nous vivons dans une société sclérosée avide d'immobilisme. Qu'y puis-je ?

En résumé, quelqu'un qui ne me connaît aucunement, suite à une mauvaise compréhension de mes billevesées, m'invente une vie et une personnalité à sa convenance. Le plus amusant est que cette bonne personne dit partout, à qui veut l'entendre, ne pas me lire...

Heureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux est à eux (Mat. 5.3). Quel dommage qu'ici-bas ils n'aient pour récompense que le ridicule...

30 commentaires:

  1. XP tel qu’en lui-même… Vous êtes dur avec ce garçon... La grande force et le grand intérêt de ce "grand esprit de ce temps", c’est sa vivacité à tirer sur tout ce qui bouge, pavloviennement, sur la foi de sa première pré-impression au travers du prisme de sa grille de lecture perso. Et c’est parti ! Même quand Dame Crevette fait le rewriting, elle n’est tolérée que comme correcteur d’orthographe. Bref, il est bien souvent bon et plus que parfois à la ramasse…

    Mais comme dit l’adage : "On n’a jamais une deuxième occasion de donner une première impression"… Surtout à Messire Hervé qu’on ne saurait critiquer et ne saurait se tromper…
    Bon, z’êtes pas encore dans le même seau d’aisance que le gâteux stalinien là, Jérôme Leroy, celui qui rejoue chaque mercredi aprèm’ la bataille du rail avec son train électrique et l’épuration avec ses soldats de plomb (qu’il s’est décidé à remplacer par des play-mobil pour pouvoir scalper les putes à boches…)
    Donc, vous avez encore de la marge…

    RépondreSupprimer
  2. Certes, je ne vous avais pas reconnu sous la vêture du jeune instituteur ignare... ;-)) geargies

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu le début des commentaires là-bas... waouh ! ça décoiffe ! Mais qu'est-ce qu'ils ont à s'énerver comme ça parce qu'un type dit qu'il a envie d'élever des poules et cherche des renseignements sur la meilleure façon de créer et de gérer une petite basse-cour...
    J'ai remarqué quelque chose, tout de même, chez pas mal de blogueurs et de commentateurs de droite bien à droite: un mépris étrange de ce qui touche à la campagne, à l'agriculture, ainsi qu'au jardinage ou à l'élevage de loisir. Regardez la violence et la bassesse des termes employés quand on parle de la boue, de la crotte...
    C'est étrange de la part de ces ptits mecs qui causent de leurs costards en cachemire, de leurs copines façon papier glacé, de leurs westons; ils ne contrebalancent même pas ce dandysme urbain d'un vague semblant de "terre nourricière de notre beau pays", non. Et c'est d'instituteur qu'ils vous traitent. Horreur de ce passé proche où l'instituteur était aussi le maire ou le secrétaire de mairie, et jouissait d'un certain prestige, au temps ou chacun avait au moins un de ses grands parents issu du milieu agricole.

    RépondreSupprimer
  4. @u Plouc. C'est vrai, je suis dur. Toutefois ma conclusion lui permet d'envisager l'éternelle félicité. Ce qui n'est déjà pas mal.
    Espérons que bientôt le futur élu me lâche les baskets et réalise à quel point je suis indigne qu'il me consacre le moindre de ses précieux instants et qu'il reprenne sa bonne habitude de ne jamais me lire.
    Maintenant, si ça peut lui faire du bien de me promouvoir au rang de tête de turc, pourquoi lui refuser ce petit plaisir ? La vie n'en offre pas tous les jours. Je demanderais simplement à mes fidèles lecteurs d'éviter, comme certains l'ont fait ce coup-ci, de m'en aviser. N'étant pas lecteur d'Ilys, cela se fera à mon insu.
    Merci pour les précisions sur la correction orthographique. Suite à certains échanges, je croyais que l'excès d'alcool révélait l'infâme Mr P tandis que le docteur X, une fois dégrisé, écrivait sans trop faire de fautes d'orthographe...

    @ Geargies : En effet, je ne suis plus si jeune...

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai il ne vous lit pas, et on comprend pourquoi :

    « Bin oui, vous me connaissez, vous me lisez, vous savez parfaitement pù ke publie et moi je suis comme tout le monde, je ne vous connais pas et je ne vous lis pas. C'est comme ça.
    Remarquez, pédagoque en retrite, ce n'est pas glorieux, on comprend que vous atez des complexes... »

    Sans oublier que :

    « Votre blog est nul, vous n'avez ni talent ni lecteurs, pas les moyens intellectuels d'éhanger avec des contributeurs de qualité.... »

    Mais bon, entre deux visites à Montaigne il faut bien se distraire. Alors on invente des vies aux autres (oui, oui, à moi aussi), c’est nouveau, on ne trouve pas ça partout, c’est original quoi.

    Franchement c’est un grand honneur qu’il vous a fait. Et vous, avec votre blog « nul » vous le prenez comme ça...tsss, faudra pas vous plaindre s’il se met très en colère, là.

    RépondreSupprimer
  6. @ Suzanne : Tout à fait d'accord avec vous. J'ai du mal à saisir comment on pourrait être de droite et mépriser la terre.

    @ Aristide : Merci pour ces moments d'anthologie ! J'en ris encore ! C'est eux qui m'avaient fait croire à un grave penchant éthylique (que je ne condamne nullement, soyons clairs).
    Votre dernière phrase teinte cependant mes hoquets d'un soupçon d'angoisse: eh oui, s'il se mettait en colère ?

    RépondreSupprimer
  7. XP a deux phobies: les paysans et les enseignants.
    Il a des admirateurs chez le Pélicastre.
    Allez voir, c'est marrant.

    RépondreSupprimer
  8. Aristide:
    facile de se payer XP ici.
    Moins simple de l'autre côté, hein …

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne :
    très joli commentaire.
    Je suis heureuse d'être d'accord avec vous.

    RépondreSupprimer
  10. Nouvelles pas fraîches ! XP attaque les infirmières ! Demandez le programme !
    http://unfan.canalblog.com/archives/2010/11/26/19712420.html

    RépondreSupprimer
  11. Carine,

    Entendrais-je comme un reproche dans vos propos, voire une accusation de lâcheté?
    En ce cas soyons clairs : je ne cherche nullement à me "payer" XS, ni ici ni ailleurs. Puisque Jacques Etienne consacre un billet spécifiquement aux délires de notre homme je ne vois pas pourquoi je me priverais du plaisir de rappeler quelques-unes de ses perles.
    Mais engager une querelle à propos de cet insignifiant personnage, ou avec lui, ou polluer le fil d'une discussion en disputant de ses mérites me semble totalement dépourvu d'intérêt.
    Je suis sur le web pour essayer de défendre et de diffuser certaines idées, pas pour flatter mon égo ou m'engager dans ce que je considère comme des querelles de clochemerle.
    Pour moi tout le reste est subordonné à cet objectif premier.
    Croyez-vous que nous aurions pu avoir cette discussion constructive avec Marco Polo si nous avions commencé à dauber sur XS?

    RépondreSupprimer
  12. XP est un branleur dont le seul mérite est de publier de jolies filles à poils.

    RépondreSupprimer
  13. @ anonyme : C'est vieux tout ça. Et puis chacun sait que seul les agents immobiliers pratiquent la vertu et méritent leur argent. Je suis bien placé pour le savoir: mes deux ex-épouses ont pratiqué le métier.
    @ Aristide : Il me semblait plutôt que Carine soulignait la difficulté de s'exprimer chez M. XP du fait du filtrage des commentateurs. Cet esprit d'exception ne supporte que les thuriféraires, les autres, il les refuse.
    @ fredi : les photos... Bof. J'ai toujours préféré la réalité.

    RépondreSupprimer
  14. @ Carine : des admirateurs sur Pélicastre ? Et alors ? Je ne vois pas au nom de quoi on pourrait interdire aux cons de s'intercongratuler.

    RépondreSupprimer
  15. Connaissant (virtuellement) et appréciant Jacques depuis pas mal d'années, je demeure sidéré qu'on s'en prenne à lui. Pourquoi ? Il fait l'objet d'un mépris constant et hargneux de la part d'au moins deux pointures (ou supposées telles) intellectuelles. C'est de la folie pure. Pourquoi ? Parce qu'il refuse d'être fasciné ?

    RépondreSupprimer
  16. Je ne voudrais pas paraître inculte mais qui est ce XP et de plus pourquoi prendre son avis pour intéressant.

    J' aime bien votre site, on y est bien et j'attends toujours votre commentaire sur les séries américaines.

    A propos de gallinacés, ma préférence va vers les coqs de combat mais vous n'habitez pas la bonne région, ici le Nord-Pas de calais.

    Continuez à nous régaler de vos articles atypiques et merde à XP.

    RépondreSupprimer
  17. @ Ygor : Je crois que c'est dû au fait que plus une personne se prend au sérieux plus ma pratique de la dérision l'agace.

    @ Grandpas : Merci. J'aurais cependant du mal à écrire sur les séries américaines vu que je ne les regarde jamais. Il se trouve simplement que je refuse tout les "produits culturels" qui viennent des États-Unis parce qu'ils me semblent véhiculer des messages plus ou moins subliminaux destinés à changer notre vieux pays de tradition catholique en une province de leur empire. Il faudrait que je développe mais je ne développe qu'à regret vu que l'exercice m'ennuie. J'ai dû, au cours de mes six ans d'études supérieures écrire trop de dissertations, essais et autres billevesées... Il m'arrive cependant d'apprécier celles des autres, quand elles ne sont pas trop longues.

    RépondreSupprimer
  18. Il se trouve simplement que je refuse tout les "produits culturels" qui viennent des États-Unis parce qu'ils me semblent véhiculer des messages plus ou moins subliminaux destinés à changer notre vieux pays de tradition catholique en une province de leur empire.

    Le soft-power.
    Mais ça ne date pas d'hier.
    On peut dire que chez nous il a commencé un certain Juin 44.

    RépondreSupprimer
  19. ...avec des chewing-gum.

    RépondreSupprimer
  20. Eh oui, fredi, ça ne date pas d'hier...

    RépondreSupprimer
  21. Y.Yanka

    Laissez un peu de côté votre esprit de sérieux, et vous comprendrez pourquoi XP le fait tourner en bourrique.

    Parce ça l'amuse de le faire enrager, et Jacques Etienne saute dans le piège à pieds joints!

    Demandez à Didier Goux, il vous expliquera ça mieux que moi. Il en a déjà parlé sur son site.

    RépondreSupprimer
  22. Bienvenue, cher Anonyme !
    bien que j'eusse préféré que vous ne fussiez pas masqué, je tiens quand même à vous remercier pour la bonne humeur que vous apportez ici !
    Vous avez tout compris : XP me fait tourner en bourrique. Mettez-vous à ma place : quand il m'adresse un commentaire aussi cinglant que celui que citait Aristide (« Bin oui, vous me connaissez, vous me lisez, vous savez parfaitement pù ke publie et moi je suis comme tout le monde, je ne vous connais pas et je ne vous lis pas. C'est comme ça.
    Remarquez, pédagoque en retrite, ce n'est pas glorieux, on comprend que vous atez des complexes... »)comment, sauf à être un saint, garderait-on son sang froid? Curieusement, je me transforme en bourrique rigolarde quand on m'attaque de manière si pertinente. J'enrage aux éclats chaque fois que je tombe naïvement dans le piège de ce diabolique fourbe.
    Dans un premier temps je me suis demandé si votre anonymat ne cacherait pas le GRAND XP lui-même. J'ai bien vite repoussé l'idée : c'est un homme sérieux, il a assez dit qu'il ne me lisait pas pour que je le croie. Si cette raison ne m'avait pas suffi, le fait que votre commentaire soit écrit sans les nombreuses fautes qui sont la marque de son immarcescible prose aurait fini de m'en convaincre.
    Vous devez donc être de ses amis ! Aussi vous chargerai-je de lui transmettre mes amitiés sincères et de le prier de continuer de ne pas me lire et de tirer de ses non-lectures des billets aussi fins que celui qu'il me consacra naguère. Là dessus, je vais sécher mes larmes et attendre que s'apaise la rage qui m'étouffe.

    RépondreSupprimer
  23. Diable, vous le voyez partout!

    Je n'ai aucune sympathie pour ce garçon, mais vous devriez comprendre que vous faites son jeu, en écumant de la sorte.
    C'est exactement ce qu'il cherchait, s'amuser avec vous!

    RépondreSupprimer
  24. Cher Anonyme,

    je m'étonne que vous ne soyez pas ami avec le GRAND XP ! Vous partagez la même finesse d'analyse, la même compréhension profonde de l'âme humaine et vous me percez si bien à jour que vous ne pourriez que bien vous entendre. Quel gain ce serait pour l'humanité toute entière que la réunion de tels esprits...

    RépondreSupprimer
  25. Faites comme bon vous semble. Mais l'agressivité de votre réponse montre que vous en avez gros sur la patate.

    Au revoir. Je vous laisse le dernier mot, puisque vous semblez tant y tenir.

    RépondreSupprimer
  26. Adieu donc, cher Anonyme. Tiens, je vous fais la bise, tellement vous m'avez plu.

    RépondreSupprimer
  27. J'avoue avoir, sagittaire mal inspiré, empêné quelques méchantes fléchettes d'un vinaigre qui n'avait pas lieu d'être. A vous lire je ne pense pas vous avoir blessé, vous paraissez avoir le neurone matelassé et la saine indifférence des terreux qui puisent dans la glaise et les lentes vibration des sèves qui montent, rythmées par les saisons, un éloignement marmoréen pour les ronces intempestives des syllabes peu habitées. Je regrette pourtant d'avoir buriné à la va vite ces minces périodes maculées d'accords péremptoires -ces fausses notes de la phrase bien née. Il est vrai que je n'étais pas hyperboliquement sérieux du commentaire mais enfin... Il faut tourner 7 fois son clavier autour du com...

    RépondreSupprimer
  28. @ Restif : Je vous remercie de cet acte de contrition et n'aurai qu'une phrase : "Va et ne pèche plus!".

    RépondreSupprimer
  29. C'est là-bas qu'il faut moduler…
    Mais c'est ptet déjà fait, je n'ai pas poursuivi la lecture des commentaires.

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.