..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

lundi 31 octobre 2011

Du youpala et des stabilisateurs...



Hier soir, j'ai pris plaisir à suivre, chez un pélicanidé avide de plaisir,  un débat entre partisans de plus ou moins d'état dans les domaines de la santé et de l'éducation. Les participants étaient de qualité et les échanges très généralement courtois. D'un côté on prônait la suppression pure et simple du "service" public, de l'autre on expliquait l'impossibilité d'un tel bouleversement. Personnellement, j'aurais tendance à être d'accord avec les deux camps : d'une part le système étatique nous mène dans le mur et devrait donc être supprimé et d'autre part sa suppression est impossible.

Porte nawak, vous exclamerez vous (si vous ête djeun') !  Votre goût du paradoxe, vous perdra, me diront d'autres. Je vais pourtant tenter de m'expliquer. Et pour ce faire je prendrai une double métaphore : celle du youpala et des stabilisateurs.

Le youpala (ou trotteur), pour ceux qui l'ignoreraient, est un appareil composé d'un cadre à roulettes et d'un dispositif destiné à soutenir le corps et les jambes d'un jeune enfant dans l'apprentissage de la marche.Les stabilisateurs de vélo se compose de deux petites roulettes que l'on fixe à la roue arrière d'un vélo d'enfant afin d'éviter les chutes en attendant que l'enfant ait dominé l'équilibre nécessaire à la circulation sur deux roues.

Je ne suis pas certain que ni l'un ni l'autre ne soient nécessaires, ni même utiles à l'apprentissage qui de la marche qui du vélo. Ce sont des prothèses qui donnent l'illusion aux parents et/ou à l'enfant qu''il domine ces deux activités alors qu'il n'en est rien. Dès que l'enfant sait marcher, adieu le youpala, dès qu''il sait rouler, on démonte les roulettes. Beaucoup n'utilisent même jamais ces prothèses.

Cela dit, imaginons que plutôt que d'apprendre à rouler à vélo et à marcher on décide que ces appareils sont indispensable et que les enfants, les enfants de ces enfants et leurs descendants prennent l'habitude de ne se déplacer qu'à leur aide. Imaginons que grosso-modo cet usage se soit établi depuis plus de 6 décennies. Imaginons encore que des réformateurs audacieux décident du jour au lendemain la suppression du youpala et des stabilisateurs. Que se passerait-il ?  Les gens se révolteraient. Et à juste raison. Non préparés, le sens de l'équilibre atrophié, ils se casseraient la gueule en masse, forcément. Et plus on est âgé, plus se vautrer fait peur et mal.

Si on tentait de supprimer brutalement aux français le youpala de la sécu et les stabilisateurs de l’Éducation nationale, plus rien n'irait. Aussi sont-ils prêts à dépenser jusqu'à leur dernier sou pour les garder. On les comprend. Il est impossible de réformer en profondeur sans l'assentiment de la population. Sans qu'une pédagogie précède l'action.

Or à quoi assistons-nous ? Il existe un consensus quasi-général sur le système youpala-stabilisateur. A droite, on dit qu'on le sauvera en réduisant d'un poil la taille des roues, à gauche on prétend (hypocritement) qu'on peut sans problèmes les équiper de roues de plus grand diamètre en allant chercher l'argent "là oùsqu'elle est". Et bien sûr ça ne marche pas. Youpala et stabilisateurs continuent leur brimbalant chemin avec de plus en plus de jeu dans les rouges.

La solution ? Elle viendra d'elle même. C'est comme quand on a une bagnole pourrie : on trouve qu'elle rend quand même service, on se ruine en réparations diverses, on 'a pas les moyens de s'en payer une autre, et puis un jour elle vous lâche en rase campagne, le garagiste dit qu'elle est morte de chez morte, vous annonce un montant de réparations tel qu'avec ça on pourrait acquérir un véhicule décent. Alors,tout compte fait, on la laisse à la casse, et on s'en paye une autre. Ou on se met à la marche à pied, au vélo ou aux transports en commun...

7 commentaires:

  1. Je vois très bien par quoi vous aimeriez remplacer la sécu, mais l' E-N ?
    Et votre retraite ?
    la considérez-vous comme un avantage acquis et que les suivants se débrouillent?
    Ces stabilisateurs ont encore de beaux jours devant eux, je crois.

    RépondreSupprimer
  2. Bonnes objections, fredi. La suppression pure et simple de ce système est impossible. De même que si vous habitez un village et travaillez en ville, il est impossible de se passer de voiture. Je crois simplement qu'il faudra le réformer en profondeur : on ne pourra plus tout attendre de la sécu. Pareillement, si l’Éducation nationale continue de fournir un si piètre service, elle ne pourra conserver son quasi-monopole (le privé sous contrat n'étant qu'une succursale plus rentable de la maison mère, je sais de quoi je parle). D'ailleurs tout ça est en marche : le développement des mutuelles santé, des retraites complémentaires, des cours particuliers le prouvent.
    Le glissement d'un système à un autre ne pourrait s'envisager que très progressivement et il est évident que certains, pour une raison ou pour une autre, devront continuer de bénéficier d'un système d'état (genre CMU).

    RépondreSupprimer
  3. Bien qu'étant un partisan déterminé de la suppression des youpala et autres stabilisateurs je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il est vain de rêver d'un grand soir qui verraient les Français jeter loin d'eux leurs béquilles.
    Je suis aussi d'accord sur le fait que l'impécuniosité grandissante des pouvoirs publics conduira inévitablement à de profondes remises en cause. En un sens l'effondrement actuel est peut-être une chance sur le long terme - même si ça fera mal sur le court terme.
    En revanche je ne crois pas trop que la solution viendra d'elle-même. Elle ne pourra venir à mon sens que si l'on a préparé le terrain intellectuel (ce que ne fait aucun homme politique pour le moment, au contraire même). Ce pourquoi des échanges comme ceux qui ont eu lieu chez le Pélicastre me paraissent utiles.
    Et puis entre nous soit dit : le vélo sans les petites roues, c'est quand même vachement mieux, non?

    RépondreSupprimer
  4. @ Aristide : Je me souviens avoir déjà échangé avec vous, sur votre blog de l'importance ou de la non-importance des intellectuels dans le "progrès" des sociétés. Vous sembler accorder plus que moi un rôle à l'idéologie, tandis que je crois à l'inéluctable évolution soumise à la force des courants profonds qui les parcourent. J'envie votre optimisme, mais j'ai cependant, probablement dans un moment de foi, souligné (je me cite) qu'il était nécessaire qu'"une pédagogie précède l'action". Vous vous y employez...

    RépondreSupprimer
  5. ... Il me semble, mais peut être me trompè-je, que la question des coûts des béquilles et autres petites roues devrait être couplées à celle des gaspillages en navion de course, argent de poche multiplié par 10, soupe au cafiar et salaire des chefs des pompes à phynances multiplié par mille... mais bien sûr je epux me tromper, hein?!! Geargies.

    RépondreSupprimer
  6. Moi je ne m'en mêle plus.
    Que ceux qui ne veulent plus de l'école n'y aillent plus, fassent la grêve des impôts, ou trouvent une autre solution.

    RépondreSupprimer
  7. Certains utilisateurs de youpala ne savent plus se déplacer autrement qu'avec ces soutiens et surtout ne désirent plus qu' il en soit autrement.

    RépondreSupprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.