..Toi qui entres ici, abandonne tout espoir de trouver un contenu sérieux. Ici, on dérise, on batifole, on plaisante, on ricane.

samedi 16 mars 2013

Cherchez l'erreur !

Entrée de cardinaux en conclave dans la Chapelle Sixtine
N'est-il pas émouvant de voir le recueillement des cardinaux, vêtus de violet, lorsqu'ils entrent en conclave dans la Chapelle Sixtine ?

Comment ça, selon vous soutanes, barrettes et mozettes ne seraient pas violettes mais rouges ? Seriez-vous atteint de daltonisme ? Toutes les personnes réellement cultivées vous soutiendront que vous errez !

Toutes, peut-être pas, mais au moins une, et pas des moindres.

Tandis que,afin de m'instruire, tout en me distrayant je parcourais le dernier écrit d'une blogueuse omnisciente dont il est coutume de taire le nom, une phrase retint mon attention : "Pendant que des hommes en robe violette faisaient des réunions secrètes et intimes afin de trouver un remplaçant qui allait guider leurs brebis avant que les cloches passent...j'étais comme beaucoup de français, sur les routes..."

Croyant à un moment de pardonnable distraction, je signalai à la dame qu'au contraire des évêques, les cardinaux se vêtaient non pas de violet mais  de rouge. Que n'avais-je pas dit là ! On me renvoya dans mes cordes de belle manière ! " Les cardinaux pendant la vacance du pouvoir au Vatican sont en violet, et aussi pendant les période de carême. En tout cas, vous devriez vous renseigner un peu plus avant de chercher la petite bête. Le diable n'est pas dans les détails, je suis désolée de vous l'apprendre à votre âge si vénérable. Le Diable est dans l'ignorance quand on refuse d'apprendre.Le verbe savoir est trop souvent l'ennemi du verbe apprendre.Se tromper arrive à tout le monde mais refuser d'accepter de pouvoir se tromper est effectivement le premier pas vers l'orgueil et la vanité, dégradant la dignité.Mais sans doute tout ceci est trop compliqué pour vous?L'enfer est pavé de bonnes intentions, n'est-ce pas?"

le violet de la honte me monta au front. Quelle buse daltonienne j'étais ! Moi qui aurais soutenu sous la torture avoir vu les cardinaux entrer en conclave vêtus de rouge ! C'est dire si cette érudition en matière d'insignes ecclésiastiques me troubla. Je fis des recherches et découvris le pot-aux-violettes : il était bien vrai que pendant les périodes de l'Avent, de Carême et durant la vacance du siège pontifical les cardinaux se VÊTAIENT de violet en signe de deuil. Tout est dans l'imparfait car l'instruction Ut sive sollicite du 31 mars 1969 avait aboli cet usage.

Je ne ferai pas à ma contradictrice l'affront de penser qu'elle aurait mal lu l'article de Wikipedia dont elle tirait sa science toute nouvelle et m'aurait à tort infligé un camouflet. Je préfère penser que trop prise par ses travaux littéraires, elle a, et c'est bien pardonnable, complètement zappé l'Instruction de 1969 et peu suivi le récent conclave. 

Allez, tiens, étant homme de compromis et peu friand de controverses je veux bien admettre qu'elle n'a pas tort : les cardinaux du conclave étaient bel et bien vêtus de robes violettes mais de ce violet particulier qu'on obtient en ne mêlant aucun bleu au rouge.

38 commentaires:

  1. le billet est joli mais, comment peux tu accorder autant d importance à une dame dont on tait le nom tant elle dit de bêtises.

    remarquons tout de même qu 'à la lire, on se marre bien. C'est gratis en plus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le dis : je m'instruis en m'amusant. Comment sinon aurais-je eu vent de l'Instruction Ut sive sollicite ?

      Supprimer
  2. Sans dire son nom est ce que ca commence par ROsa et ca termine par ELle?

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si pendant le Carême les cardinaux se vêtaient de violet, car il n'y en avait pas, par chez moi, mais je me souviens, en revanche, que toutes les statues des églises étaient cachées sous des tissus violet foncé qui leur donnaient l'aspect de spectres d'un genre bizarre, tout à fait propres à faire peur aux petits enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, les choses évoluent sans cesse et de manière perceptible : les statues ne jouent plus à Belphégor et les tits gnenfants en ont le sommeil moins agité.

      Supprimer
  5. C'est dommage que toute observation soit noyée par une incontinence verbale en guise de réponse. Celle que l'on ne nomme plus pourrait apprendre, si elle n'avait pas autant soif de reconnaissance. L'enfer est pavé de bonnes intentions...

    mais n'en reste pas moins l'enfer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoique ma mise au point se soit vu apporter une réponse moins verbeuse...

      Supprimer
  6. Bornée à ce point devient pitoyable ! Merci Jacques, j’ai appris quelque chose ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai appris ! Ainsi ce que j'appelais un camail s'avère être une mozette. Mot que je n'avais jamais lu ni entendu ! Comme quoi, TOUT peut être utile.

      Supprimer
  7. Finalement, on sent bien, là, que les gauchistes, qui se targuent pourtant d'être modernes, vivent dans le passé et sont incapables de voir le monde tel qu'il est... Et leur passéisme irradie au-delà du violet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une grosse partie de leur problème.

      Supprimer
    2. À ce stade de refus d'admettre ses bourdes, cela n'a plus rien à voir avec le gauchisme (la dame est une petite-bourgeoise tout ce qu'il y a de plus “mémère” apparemment), mais avec la psychose.

      Tiens, je vais peut-être en faire un petit billet, moi…

      Supprimer
    3. Vous êtes bien sévère, Didier. Régalez nous d'un billet cependant.

      Supprimer
    4. Bordel. Didier GOUX défend les gauchistes.

      Supprimer
  8. Il me semble que les cardinaux de l'église catholique romaine sont vêtus de Pourpre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais le pourpre n'est qu'un rouge soutenu. Les cardinaux "Princes de l'Église" s'inscrivent dans la tradition romaine où les aristocrates paraient leur toges de pourpre et les empereurs en étaient vêtus.

      Supprimer
    2. LA pourpre était en effet le nom de la teinture (extraite du coquillage du même nom) dont on se servait, dans l'Antiquité et au-delà pour teindre les étoffes en rouge. Équivalent approximatif, comme couleur : sang-de-bœuf.

      Supprimer
    3. LA pourpre est le nom de la teinture. LE pourpre celui de la couleur. C'est du moins ce qu'en dit le Petit Robert. J'accepte par avance vos confuses.

      Supprimer
    4. En héraldique,c' est un émail d'une couleur variant du gris-brun au rouge violacé. Plutôt rare, cet émail se rencontre surtout dans les blasons d'ecclésiastiques.

      Supprimer
    5. Recopier Wikipédia en ajoutant des fautes de ponctuation pour faire croire qu'on a de la culture...

      "En héraldique, la couleur peut être différente. C'est un émail d'une couleur variant du gris-brun au rouge violacé. Plutôt rare, cet émail se rencontre surtout dans les blasons d'ecclésiastiques. En représentation monochrome, il est symbolisé par des hachures « en barre » (soit de droite à gauche et de haut en bas)."

      http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pourpre#section_3

      Supprimer
    6. Mais, Nicolas, ne sommes-nous pas tous plus ou moins docti cum libro (Notez la pédanterie de l'accord) !

      Supprimer
    7. Surement mais ça n'est pas dans Wikipedia.

      Supprimer
  9. Ca ne m'étonne pas de vous, ça encore.
    Vous êtes persuadés d'avoir remplacé vos portes de remise par des blanches, qui valent 4 noires, comme chacun ici le sait.
    Sauf Grandpas :-)
    Je plaisannnnnnnnnnnnte, Grandpas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas ma faute : certains m'ont enfoncé dans l'erreur en le jugeant trop blanches !

      Supprimer
    2. Je vous trouve bien téméraire d'affronter une internaute que Médiapart n'hésite pas à consulter pour dévoiler la véritable identité d'Obertone afin de le confondre, une internaute qui recherche les employeurs des vilains petits fachos en lançant des appels à la délation sur Twitter, une internaute dûment référencée et chapeautée par les meilleurs blogdegauche.

      J'espère que vous avez demandé un permis de construire pour vos rénovations, et que vous n'avez pas agrandi subrepticement vos ouvertures, sinon, je ne donne pas cher de votre peau.
      Il n'est peut-être pas trop tard pour adoucir notre chère blogueuse (la meilleure d'entre nous tous) qui a un des blogs les plus remarquables du monde, intelligent, drôle, vif, et superbement écrit: admettez que les cardinaux sont habillés de violet, qu'est-ce que ça peut faire, au fond ?

      Supprimer
    3. Chère Suzanne, un courage farouche m'anime ! Rien ne saurait le fléchir !

      Supprimer
    4. Oui, mais vous êtes mal barré. Quand on n'a pas le soutien de Mediapart, du Monde Diplomatique, ou d'une association antiraciste type youpi-l'islam et qu'on blogue sous sa véritable identité en médisant lâchement d'une blogueuse d'importance, il faut au minimum avoir des potes gitans qui n'ont peur de rien. Vous n'avez même pas de berger allemand, c'est dire votre inconscience.

      Supprimer
  10. J'arrive tard, mais ça valait la peine. Elle est vraiment phénoménale. A tel point que je me demande toujours si elle existe vraiment, si elle ne serait pas un vaste canular destiné à tester les limites de la crédulité des blogueurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une possibilité. Mais dans ce cas, quelle constance !

      Supprimer
  11. Comme quoi, toutes les dames dont on tait le nom ne se valent pas...

    A tout hasard (une intuition), je précise que je n'ai strictement rien à voir avec cette Rosaelle... Monsieur Etienne, je ne suis pas une gauchiste, d'ailleurs vous me connaissez. :)

    P.s : Vous qui vous languissiez de recevoir un jour un troll sur votre blog... quel accomplissement, bravo ! ^^

    RépondreSupprimer
  12. Et aujourd'hui, la psycho-tique (qui s'accroche au poil des racistes pour leur boire le sang) prend la peine d'un billet de trente lignes pour faire croire qu'elle n'est même pas venu vous lire, tellement elle s'en fiche…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'un pathétique...

      Je regrette cependant d'avoir réanimé, l'espace d'un instant, son blog moribond.

      Supprimer

Les gentilles dames en blanc ayant de nouveau permis à certaine personne d'accéder à un appareil connecté à l'Internet, je me vois au regret d'activer la modération des commentaires, lassé que je suis de passer mon temps à supprimer ses inepties.Désolé pour mes fidèles commentateurs.